6/10

Cowboys & Envahisseurs : film de balles


L'affiche américaine,
plus virile.
Jetons sans ménagement notre attention sur l'affiche, et posons-nous cette grande question : quelle est la différence entre le public français et le public américain ? Regardons de plus près, voulez-vous (si, si, vous voulez). Nous héritions des jolies affiches teaser américaines, francisées pour l'occasion, pour se taper finalement d'hideux montages bleuâtres placardés sur tous les murs du métro parisien. Olivia Wilde arrive au premier plan avec un flingue (?), on tartine du bleu comme si cela pouvait nous rappeler un certain Avatar, et un bout de vaisseau alien apparait pour ramener à notre bon souvenir les posters d'Independence Day. Cela, tandis que les américains auront le loisir d'admirer une affiche, certes similaire dans son principe, mais néanmoins un peu plus artistique et moins fatigante pour les yeux. Allez j'ose même : pourquoi ne pas avoir gardé une des affiches teaser ? Cela faisait trop sérieux ? On n'est jamais trop sérieux en imaginant un film de cowboys avec des aliens, voyons !


Prêt à se rouler dans
la poussière.
Dès sa première apparition, nous sentons que Daniel Craig ne va pas jouer la carte de l'humour. Non seulement il n'en a pas la stature - bien que certains gros bras du cinéma aient réussi leur reconversion dans la comédie avec bonheur -, mais en plus, il ne se permet à aucun moment d'esquisser le moindre petit sourire de connivence avec son entourage. D'ailleurs, les trois premières personnes qu'il rencontre ont tôt fait de tester son sens de l'humour approximatif, et ont tôt fait de ne plus rien tester du tout. Bon sang, en voilà un cowboy qui en a dans le barillet ! Dès lors, le tour du personnage est fait, ce fut rapide n'est-ce pas ? Je vois que vous en voulez encore, allez donc faire le tour des autres personnages, tiens. Il en faudra bien deux pour celui d'Harrison Ford, histoire de vérifier que son vieux cowboy soupe au lait est aussi simpliste qu'il y parait, et deux également pour Olivia Wilde, parce que l'on risque de trébucher à la première lecture en découvrant les fondements de son implication dans l'histoire et qu'il est toujours agréable de faire deux fois le tour d'Olivia Wilde.


Un avant-goût de Indiana Jones 5.
Le fond, ce n'est donc pas la principale qualité de ce match entre cowboys et envahisseurs, mais ce n'est pas comme si nous avions joué nos vierges effarouchées prêtes à passer leur première nuit de passion charnelle. Faire rencontrer dans un délire uchronique deux genres du cinéma aussi éloignés relève de la folie furieuse, et la popote semble bien se tenir dans un premier temps, une grosse heure environ. Passées les premières révélations plus ou moins imbitables, le mode automatique du lave-vaisselle qui nous sert de cerveau est enclenché et l'on se délecte des explosions et des cascades à cheval avec un rire gras et franc, sans chercher à réfléchir plus loin que l'on nous l'autorise. Parfois, on se demande ce que fiche tel ou tel personnage pendant que Daniel Craig tabasse du bandit, ou pourquoi Harrison Ford l'ouvre de moins en moins, mais on finit par se dire "tant pis, du moment que l'on répand du boyau d'alien". Du coup, c'est moins mauvais qu'au premier abord, c'est déjà ça de gagné, merci Jon Favreau.

Cowboys & Aliens a de la munition à revendre, à défaut d'autres choses. Au-delà de tout l'aspect fun que l'on pourrait tirer d'une rencontre improbable entre des gardiens de vaches et des extraterrestres, il n'y a pas grand chose à garder de ce défouloir hautement désintellectualisé où Daniel Craig joue les gros bras pendant deux heures, prêt à foutre des coups de boule à quiconque défie son autorité.

Je suis rentré chez moi à pied, les mains dans les poches, en me posant tout de même une ultime question : si Liam Neeson est devenu l'archétype du mentor (généralement vieux chevalier), Harisson Ford se transformera-t-il en l'aigri de service ?
Puis j'ai fait chauffer une pizza.


Hugo Boss, collection 1825.

A propos de l'auteur

7 commentaires

  • naweug

    16/08/2011 à 22h05

    Répondre

    Chouette article

    Red Dwarf est une série à voir. Complètement barrée. Je ne savais pas qu'il y avait eu autant de saisons !

    Quelqu'un a t il vu Jonah Hex ? J'aimerais bien savoir ce que ça vaut.. vu que le comic est pas mal.
    http://cinema.krinein.com/cowboys-e ... 16835.html

  • riffhifi

    17/08/2011 à 00h37

    Répondre

    Ben moi je l'ai vu !
    http://cinema.krinein.com/jonah-hex-16963/critique-10598.html
    Il m'a été offert par le chef ciné ^^

  • naweug

    17/08/2011 à 13h58

    Répondre

    Comment tu te fais de la pub

  • Guillaume

    28/08/2011 à 08h35

    Répondre

    Bon appétit !

    Dans le genre blockbuster pas malin, j'ai trouvé ça très sympa. Mille lieues au dessus d'un Transformers par exemple.
    Mais il faut réussir à avaler le Cowboys + envahisseurs. Surtout quand on voit la tête des petits hommes verts...

    J'ai été très agréablement surpris par Harrison Ford, que j'avais trouvé particulièrement minable dans Morning Glory...http://www.krinein.com/cinema/cowboys-e ... 16951.html

  • sven

    29/08/2011 à 10h02

    Répondre

    Pourtant, j'ai lu à plusieurs reprises qu'il cabotinait à peu près autant que dans Air Force One?

  • Guillaume

    29/08/2011 à 10h18

    Répondre

    Ce n'est rien comparé à Morning Glory
    On oublie aussi peut être que Ford aime cabotiner. Starwars c'était il y a longtemps, et déjà...

  • froo

    01/09/2011 à 10h23

    Répondre

    Haha, moi j'ai vu Cowboys et envahisseurs ce soir, et bin j'ai bien kiffé. Du très très bon divertissement très bien fait, Daniel Craig qui a encore plus la classe que dans James Bond , de très beaux paysages, de beaux plans, une "histoire" prenante, un peu drôle aussi. J'ai adoré le concept Aliens dans le Far West, ça change, c'est rafraîchissant (même si ça la fin ça reste de l'action et de la bagarre), et là j'ai trouvé que ça passait très bien.
    Bref, même si les aliens étaient un peu décevants (toujours gluants, moches et méchants, à l'instar de ceux d'ID4 - et puis on ne sait pas trop ce qu'ils veulent à part l'or) j'ai adoré le film !!

    En plus, j'ai lu dans un magazine que John Favreau avait catégoriquement refusé la 3D pour ce film, déclarant qu'un western devait être filmé sur pellicule - étant moi-même pas trop fan de la mode de la 3D, j'ai beaucoup apprécié !

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein cinéma, c'est l'actualité et les critiques de films qui sortent au cinéma, en dvd et en bluray .

Des grands classiques aux films d'actions hollywoodiens. Pas de tabous chez Krinein cinéma, hormis, peut-être, les films français qui sont trop souvent oubliés.

Rubriques