7/10

Coup de foudre à Notting Hill

Pour une fois, la foudre ne tombera pas sur New York, mais sur Londres. Grand habitué des comédies sentimentales estampillées «Happy End», quelques brebis galeuses à part, Hugh Grant reprenait en 1998 son rôle fétiche de bel Anglais un brin maladroit capable de faire tomber n'importe quel demoiselle rien qu'en montrant les dents. Sauf que pour cette fois-ci, l'élue ne s'apparentait pas à n'importe qui, ajoutant au cocktail classique belle/drôle/entreprenante un brin de notoriété médiatique.

Anna Scott (Julia Roberts), la comédienne la plus cotée d'Hollywood rencontre par le plus grand des hasards un petit bibliothécaire anglais sans avenir du nom de William Thacker (Hugh Grant), dans le quartier londonien de Notting Hill. De leur éphémère rencontre, il ne reste pour le beau jeune homme que des rêves, jusqu'au jour où l'actrice reprend contact avec lui. Loin de se douter de ce qui l'attend, William entre alors dans le monde ultra-médiatisé de Anna...

Tout bien réfléchi, Coup De Foudre A Notting Hill ne peut pas se vanter de véritablement innover dans le scénario, puisque le couple principal répond au concept stéréotypé d'êtres que tout séparent. L'une est une actrice renommée qui ne peut pas faire un pas sans se faire agresser par des dizaines de flash lumineux, l'autre s'enterre dans son petit quartier sans véritablement penser à l'avenir. Coup de foudre, embrouilles, déclarations larmoyantes, mea culpa, etc. Les poncifs du genre sont bel et bien là. L'aspect sentimental, on a donc déjà vu, mais il reste (fort heureusement) l'aspect comédie bien souvent négligé. Notting Hill se démarque nettement par la qualité d'écriture des dialogues et des excentriques seconds rôles, diffusant subtilement un plaisir quasi-constant jusqu'à la fin du film. Peut-être pas jusqu'à rire franc, mais suffisamment amusant pour ne pas regretter ces deux heures à regarder deux amoureux qui seront de toute façon réunis. Julia Roberts semble d'ailleurs prendre un réel bonheur à s'auto-parodier, à donner corps et âme à un personnage fidèle comme deux gouttes d'eau à sa propre personne, cachets compris. Hugh Grant ne reste pas derrière, mais ne sort jamais de la composition classique de séducteur qui lui collera à la peau le restant de ses jours et même au-delà.
Répliques drôles, seconds rôles attachants, qualité artistique plus qu'acceptable, Coup De Foudre A Notting Hill en devient une des nouvelles références du genre, malgré un scénario construit selon les plans habituels. Simple mais efficace, le plaisir demeure tout le long des deux heures, à peine diminué par quelques longueurs bien vite oubliées.

Partager cet article

A propos de l'auteur

1 commentaires

  • Gabrielle

    04/03/2004 à 00h00

    Répondre

    "Coup de foudre à Notthing Hill" est une délicieuse comédie romantique servie par deux excellents acteurs qui forment un duo vraument charmant. D'un côté une Julia Roberts sûre d'elle, de l'autre un Hugh Grant très craquant dans le rôle de cet homme timide dont la vie est bouleversée par la venue d'une 'star' Annah Scott dans la vie. Le scénario n'est pas spécialement riche ni spécialement prévisible mais tout a lieu sur fond pastel, en douceur, sans violence et c'est beau. La scène la plus mémorable pour moi reste celle où l'on Spike poser devant les photographes. Hilarant !

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein cinéma, c'est l'actualité et les critiques de films qui sortent au cinéma, en dvd et en bluray .

Des grands classiques aux films d'actions hollywoodiens. Pas de tabous chez Krinein cinéma, hormis, peut-être, les films français qui sont trop souvent oubliés.

Rubriques