4/10

Confessions d'une accro du shopping

Un film destiné à la gente féminine, et encore. Le peu d'attraits et l'indigence de l'ensemble aura tôt fait de le jeter dans les bacs à DVD en promo.

Rebecca Bloomwood (Isla Fisher) est une accro du shopping, une vraie. Ses factures faramineuses l'obligent à chercher un nouveau job, mieux payé, auprès d'un prestigieux magazine de mode. Par hasard, elle se retrouve à postuler pour une revue financière spécialisée dans l'épargne...

Je suis un mec. Par définition, et par stéréotype, je ne comprends pas ce besoin de faire tous les magasins de fringue de sa rue en examinant chaque opportunité qui se présente. Alors un film sur le sujet, c'est au-dessus de ma compréhension générale, même si c'est tourné en comédie délirante. La nana en tête d'affiche, ce qui la fait tripper, c'est de se retrouver dans un magasin de vêtements, de prendre une futilité vestimentaire, et de payer avec sa carte bancaire. Ça, on nous l'explique dès le début du film, mais la réalité rattrape bientôt notre "héroïne" : il
faut de l'argent. Bon, il y a sans doute une sorte de petite morale quelque part dans le film, une maxime difficile à énoncer dans ces lignes qui dirait qu'il faut être raisonnable, mais dans l'ensemble, on se fiche exagérément et sincèrement de ce qui se passe. Qui plus est quand la comédie évolue doucement vers la comédie romantique, avec la structure que nous connaissons : tout les oppose, les voilà ensemble, une dispute éclate pour les séparer et pour qu'ils se retrouvent dans de meilleures conditions. Munie d'une carte blanche, Isla Fisher se démène sans réserve et en produit des quintaux, voire même des tonnes. Et si sa mignonne petite bouille a de quoi nous séduire, son éventail de mimiques a tôt fait de nous faire fuir au loin. Le réalisateur P.J. Hogan, bien connu pour son Mariage de mon meilleur ami est totalement transparent dans cette affaire, pourtant solidement budgété par un Bruckheimer. Et ça se voit.

Un peu de sentiments, un peu de comédie, un peu de shopping, voilà qui a de quoi parler à la gente féminine, qui sera peut-être attirée par ce film bien loin d'être original. Le peu de qualités reconnues aura du mal à lui faire attirer les faveurs de son public, qui pourra éventuellement passer un moment acceptable en compagnie d'une hystérique de la carte bancaire. Ne serait-ce pas une sorte d'allégorie avec Jerry Bruckheimer ?

A découvrir

Terminator

Partager cet article

A propos de l'auteur

3 commentaires

  • riffhifi

    31/05/2009 à 23h18

    Répondre

    "Shop suée"


    Très bon ^^

  • Anonyme

    12/04/2010 à 13h00

    Répondre

    C'est un des rares films qui a su s'adapter à un roman.


    Je trouves les critiques un peu trop sévères, ce film est amusant et léger malgré une certaine folie (qui peut en effet déranger certains spéctateurs ). Bien entendu certaines petites blagues auraient pu etres évités (ex: père et mère dansant, à la fin du film)


    Je recomande ce film aux filles et femmes vivement et attend avec impatience le film du prochain livre: l'accro du shopping a une soeur.


     

  • Anonyme

    12/08/2010 à 14h24

    Répondre

    Moyen. A vrai dire, l'histoire est tellement prévisible que je me suis arrêtée à la 19ème minute du fim...


    Bref, on peut trouver mieux...

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein cinéma, c'est l'actualité et les critiques de films qui sortent au cinéma, en dvd et en bluray .

Des grands classiques aux films d'actions hollywoodiens. Pas de tabous chez Krinein cinéma, hormis, peut-être, les films français qui sont trop souvent oubliés.

Rubriques