Comparatif - The Last Man on Earth / La Nuit des Morts Vivants

Etude comparative entre The last man on Earth et La nuit des morts vivants

The Last Man on Earth
d'après Je Suis une Légende, Richard Matheson, 1954.
USA, Sidney Salkow, 1964

La Nuit des Morts Vivants
Night of the Living Dead
USA, George A. Romero, 1968


"Neville s'abattit sur la porte, tourna la clé et se faufila à l'intérieur. Juste comme il repoussait le battant, un bras se glissa par l'entrebâillement. Il appuya de toutes ses forces jusqu'à entendre l'articulation craquer, puis il relâcha sa pression le temps de dégager le bras cassé et claqua la porte. Les mains tremblantes, il mit la barre de sécurité en place."

D'un côté, un roman, l'histoire d'un homme subissant nuit après nuit l'assaut d'une troupe de vampires. De l'autre, un film devenu culte, où une grappe humaine, cloîtrée dans une maison, passe la plus terrible des nuits face à une menace qu'elle ne comprend qu'à peine. Le rapport entre ces deux oeuvres, George Romero ne l'a jamais caché, et si la Nuit des Morts Vivants est devenu tant une référence du film de zombie que du film "de siège", son ossature doit beaucoup aux pages de Richard Matheson. Mais pas que. Voir, revoir la Nuit des Morts Vivants de nos jours, en oubliant ses héritiers et les analyses parfois fumantes qu'elle a suscité permet de constater son statut de film sous influences. Influence littéraire donc, mais aussi cinématographique. Juste logique des choses, aux côtés de Carnival of Souls et de quelques films de SF, nous retrouvons dans les images de la Nuit des Morts Vivants l'ombre d'un film souvent -et injustement- boudé par les amateurs du genre. Son nom ? The Last Man on Earth, adaptation directe de... Je suis une Légende.

Réalisé en 1964 par Sidney Salkow et interprété par Vincent Price, The Last Man on Earth reprend les grandes lignes du roman original, à quelques détails prêts. Entre autre chose, le héros ne s'apelle plus Robert Neville, mais Robert Morgan. Cela a-t-il suffit pour provoquer le courroux de Matheson et d'une bonne partie des spectateurs ? Toujours est-il que le film a contre lui une très mauvaise réputation, à la hauteur de l'heureuse surprise que constitue sa découverte. Pessimiste, sombre et porté par le jeu halluciné d'un Vincent Price livrant une de ses meilleures performances d'acteur, The Last Man on Earth est également un film troublant, où apparaissent sans crier gare des images que l'on retrouvera, presque à l'identique, quatre ans plus tard dans la Nuit des Morts Vivants.

Etat de siège

Une petite maison lentement encerclée par des êtres indistincts. Une recette simple exploitée au point de devenir clichée. Assaut, Evil Dead, le dernier acte des Chiens de Paille, autant de films reprenant ce shéma popularisé par le film de Romero. Pourtant, ces scènes, indissociables de la Nuit des Morts Vivants, trouvent un brouillon direct dans une poignée de plans de The Last Man on Earth. Extérieur nuit, des silhouettes de dos faisant face à au havre de paix de Robert Morgan, tapant sur les portes et les murs en l'exhortant de sortir. A ce niveau, le mimétisme entre les deux films est tel que l'on pourrait passer ces scènes d'un film à l'autre sans que cela ne se remarque. Mieux, alors que les vampires manquent de pénétrer la demeure, voila qu'un passe bras à travers la porte, tentant d'agripper Vincent Price. Il ne faut pas être grand cinéphile pour deviner que cette simple scène aura marqué Romero pour de bon...


Les scènes intérieures sont intéressantes également, pour la claustrophobie qu'elles dégagent. Si Romero reste assez sobre et parvient à créer le malaise par ses angles de caméra et l'hystérie galopante de Barbara, Sidney Salkow fait vivre son anti-héros dans un étouffant bric à brac, le coupant de l'horreur extérieure par tout un tas de barricades et d'artifices. Musique à plein volume, alcool, tous les moyens sont bons pour Robert Morgan, afin d'oublier ces vampires qui chaque nuit le harcèle. Et alors que la tristesse le gagne, le voila qui se recrée les vestiges de temps plus heureux, émouvantes scènes où il pleure devant de vieux films de sa femme et son enfant. Comme chez Romero, où la télévision devient une source d'information quasi-vitale, les images projetées sur un écran tiennent le rôle de garde-fou, de petit fil maintenant la réalité en place.


Paranoïa

"Mieux vaut être seul que mal accompagné", dit le dicton et rien de pire que de voir ses congénères pêter les plombes les uns après les autres. La Nuit des Morts Vivants est également un formidable film de groupe, où chacun doit reconquérir la confiance de l'autre, quitte à oublier ses convictions profondes. Si The Last Man on Earth ne se concentre avant tout que sur son personnage principal, solitaire par la force des choses -n'est-il pas "le dernier homme sur terre" ?-, le dernier acte du film amène une rupture, par l'introduction d'un nouveau protagoniste. Une femme, Ruth, hybride entre l'humain et le vampire ne devant sa nature qu'a un sérum en pleine expérimentation. Un concept qui en passant trouvera un lointain descendant avec...Blade. Dans ce chaos ambiant, chacun devra apprivoiser l'autre pour, qui sait, parvenir à unir leurs forces. Une relation difficile s'amorce alors, allant de la méfiance mutuelle vers une lueur d'espoir. Les débuts ne sont pas prometteurs : Robert Morgan jette de l'ail à la figure de la nouvelle venue. Cette dernière, déboussolée et apeurée, ne semble penser qu'à s'enfuir, jusqu'à ce que les angles s'arrondissent. Il y a dans le comportement de Ruth les prémices du cheminement psychologique de la Barbara de Romero, qui surmonte son trauma pour se rattacher à l'instinct de survie, lui permettant de mettre la main à la pâte et se défendre contre les zombies. Néanmoins, le film de Romero introduit un contraste entre ce personnage et celui de Ben, seul véritable héros de la Nuit des Morts Vivants. Ben -référence à Ben Cortman, ami puis némésis de Robert Neville/Morgan ?- est un homme de ressources, droit sur ses jambes, cherchant la contribution de chacun. Il représente la voie de la raison, la planche de salut. C'est l'homme qui sait quoi faire, à l'opposé d'une Barbara terrassée par les évènements. On reste ici loin de Robert Morgan, plus émotif et tombant presque en adoration devant cette rescapée qu'il n'espérait plus. Face à l'horreur, Robert et Ruth se montre plus fusionnels, apparaissant davantage comme deux paumés qui devront se soutenir l'un l'autre. Cette fragilité de Robert est également l'origine, paradoxalement, de son seul point commun avec Ben, chacun s'autorisant, une fois le sale boulot effectué, quelques instants de répit pour se confronter à leurs douleurs ou leurs démons.


La fin des temps

Le monde dépeint dans la Nuit des Morts Vivants ne tardera pas à sombrer. Nous le devinons par petites touches, devant un pouvoir complètement dépassé par les évènements. Il est également vrai que des morts sortant de terre n'indique pas non plus des lendemains qui chantent. L'humanité, Romero ne lui donnera le coup de grâce que bien plus tard, quelque part entre Zombie -où ça commence à sentir le roussis pour de bon- et Le Jour des Morts Vivants. Le monde The Last Man on Earth est pour sa part à l'agonie la plus totale. Paysages désolés, morts et carcasses de véhicules jonchant le sol, détritus volant au vent, autant de vestiges où l'on croise encore quelques messages alarmistes qui n'informeront plus personne. Tout cela présenté en introduction, par une succession de plans fixes. Si il fallait une preuve que Romero fut influencé par ce film et pas un autre, ce serait dans ce début, rappelant avec vingt ans d'avance celui du Jour des Morts Vivants. Pour son premier film, le jeune publicitaire qu'était Romero a préféré s'axer sur son huis clos. Détruire le monde ne lui viendra à l'idée que bien après. Reste la fin, dont le nihilisme n'a pas de mal à rivaliser avec celle de The Last Man on Earth. Deux fins de natures presque identiques, alors que Robert et Ben sont pris pour ce qu'ils ne sont pas...

La Nuit des Morts Vivants, une pâle copie ?

Vaste question. Fort de son statut de film-culte, La Nuit des Morts Vivants a acquis quelques symboliques, véhiculées par des scènes visuellement très fortes. Aussi réussi que soit The Last Man on Earth, entre Science-fiction, horreur et anticipation, ne pourrait être considéré comme la métaphore d'une génération dévorant une autre. Si Romero dément toujours avoir livré un film à double lecture, son approche gore relativement inédite, ses tabous brisés -un héros noir, une fille tuant sa mère...- et sa vision poil-à-gratter de la famille traditionnelle font de son premier film une oeuvre qui malmène les conventions de l'époque. Si en se basant purement et simplement sur ses images, La Nuit des Morts Vivants apparaît comme une sorte de série B de fanboy, on ne peut lui enlever son inventivité, son côté précurseur et d'une manière générale, sa volonté de donner un coup de pied quelque part. Matheson avait apporté une approche inédite du vampirisme. Romero, s'en inspirant, a permis une approche inédite du zombie. Entre les deux, il apparaît clair que le travail de Sidney Salkow a forgé une bonne partie de son style, une modèle que l'on retrouve tant dans ses films de Morts Vivants que dans d'autres oeuvres tel The Crazies.

A propos de l'auteur

13 commentaires

  • Otis

    08/08/2006 à 16h58

    Répondre

    Une excellente analyse comparative qui donne envie de se jeter sur le film The Last Man on Earth que je n'ai pas encore vu (honte !), histoire de voir ce suspect rapprochement avec La Nuit se réaliser ; l'étude est ouverte et ne s'enferme dans aucune théorie, nous laissant le choix d'adhérer ou pas. Fouillé, subtil et brillant. Bravo Lestat

  • iscarioth

    08/08/2006 à 18h01

    Répondre

    Je viens de lire un article dans les Inrocks (honte sur moi, mais ca n'arrive pas souvent) qui fait aussi le rapprochement entre les deux films.

    edit ; suppression de la question posée avant lecture de l'article de Lestat

  • tral

    19/07/2007 à 16h17

    Répondre

    J'ai adoré le livre. Mais je sens venir le navet.

  • nazonfly

    20/07/2007 à 18h34

    Répondre

    Au vu de la bande annonce, ce film sent au moins autant le détournement de l'histoire que I Robot.

  • Wax

    21/07/2007 à 00h24

    Répondre

    Autant je suis loin d'être un inconditionnel de Will Smith, je trouve que la BA fait plutôt envie. Par ailleurs, j'ai trouvé I Robot assez sympathique.

  • nazonfly

    21/07/2007 à 10h44

    Répondre

    Oui il ne faut pas connaître l'histoire originale et aimer les gros plans sur les marques et aussi Will Smith torse nu

  • Wax

    21/07/2007 à 11h01

    Répondre

    Bah je n'ai effectivement jamais lu le roman d'Asimov (je sais c'est impardonnable, mais bon, on peut pas tout lire), les gros plans sur les marques c'est chiant mais c'est maintenant dans n'importe quel blockbuster, bon ou mauvais. Quant au torse de Will Smith, je m'en fous complètement et si je me souviens bien ça n'est qu'au début. Donc en gros tout ça n'a pas été suffisant pour me gâcher le film. ^^

  • Veterini

    21/07/2007 à 11h41

    Répondre

    Nan, mais t'en fait pas Naz doit confondre probablement avec les
    "cavernes d'acier" ou un truc comme ça. "I, Robot" étant une série de
    nouvelle sans réel lien entre eux. A part les robots. Et à moins de
    faire un film à sketch, on peut pas en faire un film vraiment fidèle.


    Cela
    dit, en dehors du coté blockbuster idiot, ce qui regrettable c'est que
    Asimov défendait le progrès technique en accusant "le principe de
    précaution" d'être plus souvent de l'obscurantisme que de le
    précaution. Le film, ben c'est des robots qui devienne fou et se mettent à tout tuer. Asimov il aurait pas été content qu'on fasse ça. 


    Sinon,
    au vu de la BO de celui-là. ça plus l'air d'un film de zombie-vampire
    tueur, qu'un film sur la relativité de la normalité par rapport à la
    société.

  • Anonyme

    22/07/2007 à 10h48

    Répondre

    J'avais bien aimé le film avec Charlton Heston, j'aime assez Will Smith, je vais au cinéma pour me divertir et même si le film n'est pas un chef d'oeuvre, je m'en tape, chacun fait ce qu'il lui plait.

  • nazonfly

    23/07/2007 à 09h33

    Répondre

    Si chacun fait ce qui lui plait, alors Gérard Oury n'aurait pas dû appeler la Soupe aux Choux comme ça mais l'appeler E.T.

  • Anonyme

    05/01/2008 à 11h00

    Répondre

    Franchement peut importe qui en pense quoi, je n'avais jamais lu le livre, et le film je l'ai trouvé superbe!

  • Anonyme

    19/02/2008 à 12h38

    Répondre

    Le livre est un des plus grands bouquins de fantastique qui ait jamais
    été écrit. Tral sentait venir le navet. Il a du flair ! Ce film est
    lamentable. A gros budget, gros navet ! A petit budget, petit chef
    d'oeuvre (Last man on Earth de Sydney Silkow).

  • nazonfly

    01/07/2010 à 09h55

    Répondre

    Je viens de voir The last man on earth. Et c'est vrai qu'il a des points communs avec La nuit des morts vivants, notamment dans le traitement des vampires qui ressemblent franchement plus à des zombies qu'à des vampires (en tout cas dans l'aspect que les uns et les autres ont dans l'imagerie populaire).


    D'ailleurs en passant il y a aussi des plans qui m'ont fait penser à 28 jours plus tard (ceux où Neville/Morgan descend de grands escaliers, les scènes dans l'église).


    Ce qui est aussi intéressant, c'est que grâce à The last man, on comprend un peu pourquoi Will Smith est un scientifique dans I am legend. En bref, I am legend semble être une adaptation deThe last man on earth plutôt que du livre original ! Heureusement le film avec Vincent Price conserve une fin similaire à celle du livre. Ouf.

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein cinéma, c'est l'actualité et les critiques de films qui sortent au cinéma, en dvd et en bluray .

Des grands classiques aux films d'actions hollywoodiens. Pas de tabous chez Krinein cinéma, hormis, peut-être, les films français qui sont trop souvent oubliés.

Rubriques