7.5/10

Collision

Succès de Million Dollar Baby oblige, Paul Haggis (scénariste sur l'oscar du meilleur film 2004) croule sous les demandes les plus diverses, mais n'en oublie pas pour autant de saisir l'opportunité que lui a offert Clint Eastwood. Le voici aux commandes de son premier film, sorte de melting pot de ses propres expériences personnelles, qu'il met en image dans d'abstraites figures de collision.

« C'est la sensation du toucher. Dans les vraies villes, tu marches, tu effleures des gens, tu les bouscules...A Los Angeles, personne ne touche personne. Nous nous cachons toujours dans ces trucs de métal et de verre. Je crois que nous avons oublié cette sensation, et que c'est pourquoi on se rentre dedans, pour la ressentir à nouveau... » Par une collision, tout commence. Un procureur se fait braquer et voler sa voiture par deux petites frappes, un réalisateur noir et sa femme se voient malmenés par un flic, un serrurier mexicain bombardé de clichés, un petit commerçant perse insulté... Tous vont se rencontrer, se croiser, et se découvrir enfin tels qu'ils sont....

D'un coup d'un seul, on hait un type. Vingt minutes après, il devient le contraire de ce qu'on avait pensé de lui. De ce que les autres avaient pensé de lui. Collision tient entièrement sur ce postulat. En filmant les rixes parfois brutales, souvent raciales, d'une dizaine d'âmes en plein Los Angeles, Paul Haggis lance en plein visage du spectateur le poids de sa réflexion, de son observation de l'Amérique contemporaine. Celle qui a connu le 11 septembre, et qui en a tiré les leçons, les bonnes comme les mauvaises. L'image est violente, consternante, et touchante tour à tour, par l'entremêlement d'une poignée de destinées à peine développées, de parfaits inconnus pour le spectateur comme pour le protagoniste, pourtant déjà chargés de préjugés. Un sentiment que l'on retrouve dans le choix des acteurs, pour certains complètement antagonique à ce qu'ils ont l'habitude d'incarner (Brendan Fraser et Sandra Bullock en tête), mais profondément justes et communicatifs. La difficulté fut alors de tenir autant de personnage en une durée somme toute assez réduite, ce que fait Haggis non sans mal. Oui, le propos est parfois répétitif, voire simpliste sur certaines aspérités, et aurait peut-être gagné à se jouer avec un « background » un peu moins lourd à assumer. Et même si la réalisation ne souffre d'aucun véritable défaut, ce qui est en soit une excellente chose pour une première réalisation, son style élémentaire tranché aux effets académiques ne casse pas des briques.

Paul Haggis, déjà scénariste applaudi, signe en tant que réalisateur une oeuvre très aboutie, dérangeante et cruelle, jouant des préjugés et des conflits raciaux avec un sens très aigu de l'analyse et de la réflexion. Un bon premier film, et une solide mise en image des craintes de l'Amérique du troisième millénaire.

Partager cet article

A propos de l'auteur

17 commentaires

  • Protos

    15/09/2005 à 01h01

    Répondre

    Un trés bon film. Ce serait dommage de le rater. Vraiment, l'histoire est géniale, les acteurs sont bons, la mise en scène excellente, et on en ressort avec une bonne impression. C'est génial. Que dire de plus, Nicolas l'a bien critiqué. A voir. C'est pas toutes les semaines que l'on peut voire des films de cette trempe. Ca donne une image de la société américaine assez réaliste.

  • iscarioth

    15/09/2005 à 10h21

    Répondre

    Et comme d'habitude, le Pathé de mon coin le passe pas Rahh, saleté de boite à blockbusters ! Il va falloir que j'attende 6mois qu'il passe dans l'autre cinéma, dit "culturel", avec 20places, des écrans grands comme un radiateur et une projection mal cadrée....

    Voilà, c'était mon coup de gueule du matin

  • ousta

    15/09/2005 à 19h57

    Répondre

    Ou comment un mauvais scénariste realise un mauvais film: niais cliché depourvu de bon sens, d'une non intelligence effarente Non Paul Haggis a voulu s'attaquer a trop fort pour lui et il en ressort un film vain artificiel "pipi caca" vraiment ca ne mé tonne pas que dauville l'ait courronné ca represente bien l'image des recompenses ses derniers temps....

  • naweug

    07/03/2006 à 13h07

    Répondre

    Merci

    Contente que pour Wallace & Gromit et La Marche de l'empereur..

    Hâte de voir Capote pour voir Seymour Hoffman, acteur que j'aime beaucoup

  • sven

    07/03/2006 à 16h25

    Répondre

    super content pour Collision, mon coup de coeur de 2005!!!

  • Perco

    07/03/2006 à 17h09

    Répondre

    Guewan a dit :
    Hâte de voir Capote pour voir Seymour Hoffman, acteur que j'aime beaucoup


    Il doit vraiment etre excellent, parce que personnellement, le meilleur acteur je l'aurrai filler a (oops, son nom m'échappe), l'acteur qui joue Ennis Del Mar dans Brokeback...

    Sinon, le meilleur film mérité pour Crash, et meilleure réa pour Brokeback, tout va bien... ^^

  • Wax

    07/03/2006 à 17h50

    Répondre

    Perco a dit :

    Sinon, le meilleur film mérité pour Crash, et meilleure réa pour Brokeback, tout va bien... ^^


    Suis-je donc le seul à avoir trouvé la réalisation de Brokeback relativement plate et académique? Cependant je trouve que Heath Ledger méritait l'oscar, mais je n'ai pas vu la prestation de P.S Hoffman.

  • Jade

    08/03/2006 à 12h57

    Répondre

    en tant que membre de l'équipe manga, je m'insurge du fait que Le Chateau Ambulant n'ai pas eu son Oscar!

  • naweug

    10/03/2006 à 09h50

    Répondre

    Heath Ledger meilleur acteur ? Beuuuurk

  • Wax

    10/03/2006 à 11h19

    Répondre

    Ben j'y peux rien, il est très bon dans Brokeback Mountain...

  • nazonfly

    10/03/2006 à 11h36

    Répondre

    Wax a dit :
    Ben j'y peux rien, il est très bon dans Brokeback Mountain...


    Oui notamment quand il pleure devant le lac. Je lui aurais volontiers donné un Oscar pour ce très grand rôle comique!!

    Il est plutôt pas mal mais de là à lui donner un Oscar.

  • Hannibal Potter

    10/03/2006 à 12h18

    Répondre

    Oui notamment quand il pleure devant le lac. Je lui aurais volontiers donné un Oscar pour ce très grand rôle comique!!


    C'est sûr que des cowboys qui s'enculent, c'est déjà rigolo, mais si en plus ils pleurent, ça devient hilarant...

    T'es sûr de pas être passé à côté du film ? Je n'ai pas vu la performance de PS Hoffman, mais il faut avoir le rire facile pour nier que celle de Ledger dans Brokeback est digne d'un oscar.


    'fin moi j'dis ça...

    J'édite et j'ajoute :

    Nazgul, je viens de lire ton commentaire sur le film dans le topic dédié, et je modère donc mon propos; Tu reconnais que le film est une réussite. Ouf. Mais là où tu vois de la niaiserie et de la mièvrerie, moi je vois une sensibilité certes fleur bleue, mais qui participe à l'authenticité des personnages et à la justesse du ton. Je conçois que le pari est osé : raconter une histoire d'amour entre deux cowboys, c'est aussi casse-gueule que de raconter la rupture sentimentale de deux GI sur fond de débarquement (par exemple). Mais la souffrance de ces marlboro men larmoyants, aussi naïve soit-elle (je le reconnais) participe à mon sens à la pertinence et, paradoxalement, à la subtilité du film. Aprés tout, even cowboys get the blues... En d'autres termes, on ne peut pas interdire aux cowboys d'être culcul la praline, ce qu'ils sont effectivement dans le film. Mais n'en sont-ils pas d'autant plus touchant ?

    Les goût et les couleurs...

  • nazonfly

    10/03/2006 à 13h36

    Répondre

    Hannibal Potter a dit :
    En d'autres termes, on ne peut pas interdire aux cowboys d'être culcul la praline, ce qu'ils sont effectivement dans le film. Mais n'en sont-ils pas d'autant plus touchant ?

    Les goût et les couleurs...


    Oui voilà les goûts et les couleurs
    Comme j'ai dû le dire, c'est une histoire d'amour donc forcément niaise (sauf de rares exceptions comme Mickey et Mallory Knox dans Tueurs Nés)

    Ce que je voulais dire (c'était ptet pas assez clair) c'est que dans le film dans sa globalité, il joue plutôt bien son rôle de cowboy bourru. Mais par contre je maintiens envers et contre tout que cette scène du lac était ridicule. Le réalisateur a clairement voulu montrer qu'il se retient un peu de pleurer, qu'il n'a pas l'habitude ou je sais pas parce que c'est un dur. Ce qui rend cette scène ridicule à mes yeux

  • naweug

    10/03/2006 à 14h29

    Répondre

    j'y peux rien, je suis allergique à ce mec

  • Hannibal Potter

    10/03/2006 à 16h21

    Répondre

    Le réalisateur a clairement voulu montrer qu'il se retient un peu de pleurer, qu'il n'a pas l'habitude ou je sais pas parce que c'est un dur. Ce qui rend cette scène ridicule à mes yeux


    Et moi je trouve justement que c'est le ridicule assumé de cette scène qui lui donne sa force. J'avoue que quand j'ai vu le film, il y a une petit voix en moi qui s'est esclaffé plusieurs fois. Tu m'étonnes : des cowboys gays ! Un peu villlage people comme concept. A quand une love-story entre un apache et un ouvrier du BTP ?

    Et pourtant, le film n'en est que plus couillu (sic), on est loin du portrait rassurant du gay urbain, instruit et formaté. En dressant ce portrait d'homosexuels ruraux, maladroits et, je le reconnais encore une fois, niais, Lee parvient à mettre en scène la différence sans compromis confortable, et donc, dans mon cas tout du moins, à émouvoir.

    Bon, on est pas d'accord, mais au moins on se comprend. Sympa ce forum.
    (comme tout le monde, quoi)

  • Richmonx

    26/03/2006 à 23h51

    Répondre

    Un très beau film qiu a mon sens détruit les clichés. On juge les gens au premier coup d'oeil, pour finalement se rendre compte qu'on se trompe totalement...

  • Dara

    27/03/2006 à 17h41

    Répondre

    Richmonx a dit :
    Un très beau film qiu a mon sens détruit les clichés. On juge les gens au premier coup d'oeil, pour finalement se rendre compte qu'on se trompe totalement...


    J'y ai surtout vu une remise en question de la vision manichéenne chère aux américains... j'ai adoré !

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein cinéma, c'est l'actualité et les critiques de films qui sortent au cinéma, en dvd et en bluray .

Des grands classiques aux films d'actions hollywoodiens. Pas de tabous chez Krinein cinéma, hormis, peut-être, les films français qui sont trop souvent oubliés.

Rubriques