7/10

Collateral

Take a cruise in L.A.

Los Angeles de nuit, tel est le terrain de jeu de Collateral, le nouveau film de Michael Mann, ou plutôt le terrain de chasse. Max (Jamie Foxx), un chauffeur de taxi tout ce qu'il y a de plus normal a la malchance de tomber sur Vincent (Tom Cruise), un tueur à gages. Ne sachant évidemment pas le travail de son client, il est d'accord pour l'accompagner contre une importante somme d'argent lors de sa tournée nocturne qui deviendra vite macabre. Le voilà à la solde de ce criminel auquel il voudrait bien échapper.

Michael Mann aime faire des films où le personnage principal est confronté à son destin et doit y faire face comme c'était le cas pour Ali ou Révélations. Le réalisateur ressort une nouvelle fois une situation de ce type avec Collateral où son héros est dépassé par les évènements et est constamment à la merci du plus fort. Et oui, pour une fois Tom Cruise n'est pas le gentil, la place revenant à Jamie Foxx. Impeccable de bout en bout, il incarne toujours avec justesse son personnage. Tom Cruise se retrouve alors avec le rôle du bad guy, vieilli pour l'occasion par des cheveux grisonnants. Pourtant attention, lorsqu'il accepte d'être le méchant, il ne faut pas que celui-ci soit une lavette mais bien un tueur, un vrai. Mieux vaut ne pas croiser le nihiliste Vincent, maître dans le combat au corps à corps et précis comme un champion olympique au pistolet.

Tout le film ne tourne qu'autour de ces deux personnages et le tandem fonctionne bien. Le jeu prend vite, aidé par la réalisation nerveuse de Michael Mann qui ne laisse que peu de moments de répit tant par son cadrage, par l'utilisation d'une musique très rock-électro ou bien par l'arrivée d'évènements incessants. Le scénario, bien que maîtrisé, commence cependant à s'effriter à partie de la seconde moitié. Les réactions des personnages ainsi que les situations se font moins naturelles. Alors que le début était très réaliste, le film tombe peu à peu dans des événements qui ne sont possibles qu'au cinéma. Quant aux seconds rôles, ils manquent de présence entre une Jada Pinkett Smith aux abonnés absents et un lieutenant de police expressif comme une huître.

Hormis quelques imperfections et une seconde partie plus laborieuse, Collateral assure largement son contrat grâce à une histoire prenante et à un rythme jamais ennuyeux. Le tandem de choc et la réalisation nerveuse complètent le tout. Ce n'est sûrement pas le meilleur film de Michael Mann mais il mérite le détour.

Partager cet article

A propos de l'auteur

4 commentaires

  • Anonyme

    03/10/2004 à 00h00

    Répondre

    J'ai trouvé ce film très intéressant, surtout dans sa manière de traiter de l'inhumanité au travers aussi bien d'un tueur à gage que d'un banal chauffeur de taxi cloîtré dans son quotidien. S'il y a un bon et un gentil dans ce film, il n'y a que des victimes, les hommes, habitants insignifiants d'une ville (Los Angeles) imposante, écrasante (faites attention aux plans qui mettent en évidence le contraste entre le gigantisme monstrueux de la métropole et la petitesse des hommes qui l'habitent - les plans de la ville ne sont pas descriptifs, innocents à mon avis -, au cadrage et à la mise au point toujours en faveur de l'inerte plutôt qu'à celle des hommes). Le flou des scènes montrant la masse grouillante des hommes sert à gommer les identités respectives de chaque individu en transformant ces derniers en créatures insignifiantes et interchangeables.
    J'ai aimé la façon dont le tueur à gage, Vincent, joue presque le rôle de mentor pour le chauffeur de taxi, Max, en lui faisant ouvrir les yeux sur la finitude de sa condition humaine. Max représente d'ailleurs une sorte d'antithèse de Vincent, une incarnation de la petitesse de l'homme, c'est pourquoi ce dernier va s'attacher à le détourner de son quotidien morose. C'est la raison pour laquelle à mon avis il s'y attache - ou tout du moins l'épargne -, tel qu'on s'attacherait à son contraire en voulant le rallier à sa cause. Vincent représente à mon sens la tentation, le péché, le serpent qui veut corrompre la vie bien réglée d'un chauffeur de taxi qui se complait dans sa médiocrité et son quotidien déprimant.
    La toute fin, dans le métro, m'a d'abord un peu déçu. Ca fait un peu trop "gentil qui tue le grand méchant". Mais en y réfléchissant, j'apprécie le renversement psychologique qui s'y opère : le tueur à gage, voulant auparavant échapper à la finitude de sa condition humaine, à un quotidien banal auquel est habitué le chauffeur de taxi ainsi que tout autre habitant de la métropole qu'il a en exécration (une sorte d'entité je cite "tentaculaire" qui emprisonne, étouffe ses habitants telle une pieuvre), et bien ce "tueur de routine" va finalement être pris dans les rêts de ce propre destin et retourner à la condition de tous les hommes : résigné, impuissant, il est celui qui va vouloir rester dans le métro, ignoré des siens, tombant dans la normalité de son existence insignifiante. Il succombe à une quasi fatalité intérieure digne des héros des tragédies grecques. Voulant échapper au triste sort des hommes, il est contraint d'admettre la petitesse de sa condition humaine en voyant son destin funeste se révéler à lui; il s'assied alors à une chaise du métro et retombe dans la banalité, son "insignifiance" en tant qu'étre humain, il retourne ainsi dans le commun des mortels, le "droit chemin", ce qui me fait penser à une sorte de rédemption quasi forcée. Comme s'il voulait recouvrer son "humanité", humilité avant de mourir.

  • Anonyme

    04/10/2004 à 00h01

    Répondre

    Ouais. Super, vraiment... J'adore les films noirs de ce genre ... Mann continue de m'épater...Je crois que c'est digne d'une tragédie grecque...la fatalité intérieure et tout...Super !
    Action et philo mélangées !

  • GYukio

    23/10/2004 à 00h02

    Répondre

    Polar assez banal, qui se différencie par l'interprétation remarquable de Jamie Foxx et Tom Cruise. On ne s'ennuie guère, certes, mais que de clichés !!! - une myriade pourrait-on dire, avec une psychologie au ras des pâquerettes...
    N'en demeure cette jolie scène d'un coyote traversant une rue déserte de LA. Du fantastique au quotidien... et puis on oublie cette oeuvrette de seconde zone.

  • Anonyme

    05/05/2009 à 15h59

    Répondre

    oeuvrette de seconde zone??? n'importe quoi....oeuvrette de seconde zone... Film admirable, monument de la filmographie de michael mann et des polars tout courts...


    Deux hommes vont s'affronter, s'admirer au cours d'un rodéo étrange et mortel. L'un Tom cruise tueur implacable et déterminé impose sa loi de toutes les manières possibles, par la violence, la séduction, l'empathie au second incarné par Jamie foxx afin que celui ci le conduise coute que coute de victimes en victimes.Mann a le génie de désamorcer le suspense quand à ses buts finaux envers le taxi puisque dès le début, l'on sait qu'il le tuera dès son contrat terminé. Tout le suspense tient donc, là dedans.Non, dans la capacité de Cruise a abattre ses proies, mais dans la capacité du taxi de sortir de la léthargie dans laquelle comportement tantôt rassurant, tantôt violent le pousse.


    Un film sombre donc, sur la manipulation, le pouvoir, sur l'espoir et ses dérives, où l'on apprend à travers le perso de tom cruise qu'on manipule mieux quelqu'un en lui faisant miroiter des choses que par la contrainte. un film sur la fuite en avant et la responsabilité.Le tueur représente ici tout ce qui a annihilé tout espoir de vie meilleure pour ce taxi, qui se réfugit dans des rêves futurs pour accepter la dureté de sa condition. Condition de laquelle il ne sortira que "s'il sort de sa minorité 'en quelque sorte, et se fait violence....


    ET voilà que mann succite chez le spectateur cette inquiétante léthargie, basée sur la profonde fascination que le spectateur éprouve pour cette bête fauve que joue tom cruise, roi de la jungle urbaine qu'est dans ce film Los Angeles....


    Un predator à Los angeles Génialissime, sublimeent filmé, interprété, scénarisé... Film profond et suierbe...10/10

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein cinéma, c'est l'actualité et les critiques de films qui sortent au cinéma, en dvd et en bluray .

Des grands classiques aux films d'actions hollywoodiens. Pas de tabous chez Krinein cinéma, hormis, peut-être, les films français qui sont trop souvent oubliés.

Rubriques