4.5/10

coeur des hommes 2 (Le)

Bien que l'analogie soit évidente, ce deuxième opus ne tient pas la comparaison avec Un éléphant ça trompe énormément et sa suite.

Avec l'arrivée de cette suite, difficile de ne pas comparer Le cœur des hommes au diptyque Un éléphant ça trompe énormément / Nous irons tous au paradis. Mais si les acteurs font bonne figure face à l'ancienne garde, on ne peut pas en dire autant du scénario...

Quatre ans se sont écoulés depuis les évènements du premier film. Alex (Marc Lavoine) se retrouve en pleine procédure de divorce lorsque sa femme découvre qu'il la trompe à tour de bras depuis 20 ans, Manu (Jean-Pierre Darroussin) goûte à l'infidélité après avoir rencontré la femme de son marchand de foie gras, Antoine (Bernard Campan) couche avec son ex-femme et Jeff (Gérard Darmon) ne fait rien de particulier. Ah si : il écrit un dictionnaire sur le sport.

Ahah
Ahah
Le premier film avait pour lui une fraîcheur incontestable. Quatre ans après, le retour aux fourneaux du scénariste-réalisateur Marc Esposito (ancien rédacteur de Studio) a un sale goût d'opportunisme. En clair : on prend les mêmes et on continue, sans qu'une réelle envie de cinéma n'apparaisse dans le processus. On reprend les pires clichés du genre, si besoin pompés sur les films d'Yves Robert cités en introduction (Marc Lavoine le volage qui se retrouve seul comme Victor Lanoux). Au mieux, ça fonctionne, comme l'histoire de Bernard Campan qui se révèle sans doute la plus touchante du film (la sensibilité et le talent du comédien y sont pour beaucoup). Au pire, ça sent le manque d'inspiration qui confine au foutage de gueule, comme l'absence d'intrigue autour du personnage de Gérard Darmon, qui d'ailleurs débite ses répliques avec un manque de conviction compréhensible.

Alors bien sûr, on passe un moment agréable et pas trop fatigant avec une brochette d'acteurs sympathiques. Mais honnêtement, quel intérêt y a-t-il à aller dodo
dodo
chercher au cinéma le type de soupe qu'on peut se procurer à la télévision sous la forme d'un téléfilm choisi aléatoirement, qui permet de faire du repassage en même temps qu'on y jette un œil distrait ? Et y a-t-il un véritable discours à trouver dans un film qui décrit les hommes comme d'irrécupérables queutards, menteurs, lâches et irresponsables, auxquels les femmes sont prêtes à tout pardonner sans que la vie de quiconque semble réellement affectée ?..

Pour ne pas s'attarder plus que de raison sur un film qui ne mérite pas le quart de l'attention qu'il draine, poussons un coup de gueule général contre certaines bandes-annonces qui prennent un malin plaisir à présenter des scènes extraites du début, du milieu et de la fin du film, évitant ainsi au spectateur la moindre surprise excessive durant la projection du métrage complet... Quoique dans Le cœur des hommes 2, surprendre le spectateur ne semble pas avoir été une priorité !

Partager cet article

A propos de l'auteur

8 commentaires

  • nazonfly

    01/11/2007 à 21h45

    Répondre

    WOW j'en ai vu 3 dans les 15 premiers.

  • Vincent.L

    08/11/2007 à 16h57

    Répondre

    L'anecdote du repassage me rappelle des choses...

  • Guillaume

    08/11/2007 à 17h24

    Répondre

    J'avais passé un plutôt bon moment avec le premier volet du coeur des hommes, mais le second n'est pas très reluisant. Pas mauvais fondamental, pas bon non plus. Moyen quoi


    Bien sûr, d'autant plus déçu qu'on ne peut s'empêcher de le comparer au premier.

  • hiddenplace

    08/11/2007 à 22h44

    Répondre

    Bon j'ai vu le 2 avant de voir le 1 (que j'ai finalement vu tout récemment^^), et je me suis totalement laissée porter. C'est un film ouvertement populaire et propice à l'identification, mais moi je l'ai trouvé vraiment touchant, et agréable à l'oeil. Et oui, moi qui suis une fille, je n'ai pas été choquée par la dominance légèrement mysogynique de certaines des situations (pour ainsi dire, je n'avais rien repéré avant de lire les critiques après coup, sur allociné^^ comme quoi!), ni même par ce que tu verrais qualifié de cliché, et que pour ma part je qualifierais plutôt de justesse du quotidien. J'ai juste trouvé que c'était plutôt une belle ôde à l'amitié et à la recherche de soi, plus qu'à l'amour avec un grand A.

    Mon *mentor* ([img]http://www.krinein.com/forum/images/smilies/bwehe.gif"%20border="0[/img]


    Cela dit, maintenant que j'ai vu Le coeur des hommes 1er du nom, c'est vrai qu'il y a un peu de redite par ci par là. Mais les acteurs sont pour moi savoureux et nous font oublier les quelques lacunes... même Darmon, que je n'ai, pour ma part, pas du tout trouvé à côté de la plaque, d'ailleurs. 


    Bref, pour moi ça a été un bon moment de cinéma, moi qui n'ai pas de télé pour regarder un téléfilm quelconque le lundi soir en repassant^^ (pour ce que je repasse, de toute façon...^^) 


     

  • Anonyme

    14/11/2007 à 14h40

    Répondre

    Un secod opus qui fonctionne sur le modèle "ne changeons pas une équipe qui gagne", mais trop se reposer sur un concept c'est forcément négliger le reste, chose qui n'avait pas été faite dans le premier, le film ne se focalise vraiment QUE sur eux, et malgré quelques trouvailles souriantes (comme le détournement de la scène romatique de campan ) et l'utilisation du magnifique titre de cat power, le reste et vraiment banal, on passe un moment agréable mais ça commence vraiment à être gonflant de faire des suites pour des suites alors qu'il y avait de quoi faire avec le final du premier (beaucoup de sujets en suspend), un gros gachis touchant.

  • Dat'

    14/11/2007 à 18h52

    Répondre

     


    Marrant, contrairement à tout le monde, ce n'est pas l'amourette de Campan que je retiens, mais l'histoire entre Darroussin et sa vendeuse de fois gras, que j'ai trouvée vraiment juste et plutot pertinente...

  • Umbriel

    20/11/2007 à 10h26

    Répondre

    Pareil que Dat', j'avoue que c'est plus l'histoire un peu touchante de Daroussin que j'ai trouvé la plus touchante. Etre amoureux d'une autre, mais ne pas vouloir blesser sa femme... 


    L'histoire de Campan est trop naïve j'ai trouvé et peu vraissemblable. 


    Celle de Darmon : bah plate.. On attend quelque chose, la vague, etc etc.. (lui même se dit que ça ne durera qu'un temps)...  en vain... Bien qu'il y ai quelques petites ficelles prêtes pour un éventuel 3eme ^^


    Et celle de Lavoine : bah j'aime pas la fin  


    Je regrette juste quelques raccourcis pris ici et là dans le scénario (sur les 4 ans)... La fin est carrément ouverte, laissant pas mal de sujet en suspend, et donc, une possibilité pour un 3eme (mais serait ce bien raisonnable).


    Maintenant, quand on prend un peu de recul et qu'on réfléchit aux agissements de chacun dans le film, on peut se demander si les personnages ne sont pas un peu sans moralité... 


    A noter que le jeu de celle qui joue la fille de Lavoine est un peu "spécial", j'avais envie de me marrer en la voyant citer son texte comme ça.  


     

  • valmont

    26/11/2007 à 13h46

    Répondre

    Avouons-le, le deuxième volet du Coeur des hommes est moins bon que le premier. Mais de là à dire qu'il est de la qualité d'un téléfilm mièvre et ennuyeux, il me semble qu'un grand pas a été franchi. La continuité entre les deux opus me semble parfaitement respectée: les erreurs commises dans le passé reviennent à la surface, l'amour d'autrefois perd de sa saveur, mais l'amitié est toujours là. Peut-on parler de clichés? Ce film est construit sur des histoires de couples allant de rencontres en ruptures, il est donc évident que le réalisateur Marc Espostio marche sur des oeufs. Mais c'est grâce à la finesse des dialogues et au jeu des comédiens que le film réussit ce challenge de ne pas sombrer dans la facilité et le déjà-vu. Applaudissons les quatre piliers de ce film qui nous comblent de bonheur de par leur naturel et la sincérité des émotions qu'ils véhiculent. Ce n'est jamais simple de produire la suite d'un premier volet qui était d'une telle qualité. Le réalisateur ne s'en sort pas si mal que ça car au final, le sourire est bel et bien au coin de chaque lèvre des spectateurs. Alors si la télévision pouvait offrir de tels téléfilms, nous passerions certainement la plupart de nos soirées devant le petit écran...

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein cinéma, c'est l'actualité et les critiques de films qui sortent au cinéma, en dvd et en bluray .

Des grands classiques aux films d'actions hollywoodiens. Pas de tabous chez Krinein cinéma, hormis, peut-être, les films français qui sont trop souvent oubliés.

Rubriques