5/10

Cleaner

Il nettoie, il désinfecte, il fait briller, vous l'avez bien sûr reconnu, c'est Samuel L. Jackson, le nouveau Monsieur Propre !

Peu de personnes savent que lorsqu'une personne décède chez vous, c'est à vous de nettoyer. Et c'est exactement le travail de Tom Cutler (Samuel L. Jackson) ! Rien d'anormal alors qu'il récure au coton-tige  le canapé de la séduisante maison du couple Norcut, tâché de quelques bouts de cervelle. Seulement, dès le lendemain, Tom apprend que personne n'a eu vent de cet homicide, et encore moins la propriétaire de la demeure, Ann Norcut (Eva Mendes). Tom décide alors de cacher cette affaire à la police, et de la démêler lui-même.


Cleaner est un thriller. Pas un de ceux qui bousculent les conventions, éblouissent par son dénouement, dérogent aux conventions collectives, non. Comme tout bon thriller contemporain, Cleaner présente en ouverture un concept nouveau, l'oublie, puis se termine en vrille scénaristique. Ainsi, Samuel L. Jackson est un nettoyeur au sens propre du terme. Il nettoie les scènes de crime après le boulot de la police, comme nous l'explique consciencieusement les premières minutes du film. Boulette, il nettoie un salon couvert de sang avant que l'homicide ne soit remarqué, et se retrouve à cacher des preuves. Evidemment, son instinct d'ex-flic aidant, il va mener sa propre enquête pour savoir qui l'a blousé. A partir de là, plus de Cleaner qui tienne, nous nous retrouvons précisément à suivre la charte du thriller moyen de gamme où se mélangent manipulations, secrets honteux, et destinées abattues en plein vol. En quelques dizaines de minutes, le suspense s'effrite et c'est sans grande addiction que l'on suite l'histoire, ponctuée d'invraisemblances diverses. Pire, il ne faudra guère plus que quelques instants de réflexion pour deviner le fin mot de l'histoire, et même pourquoi pas l'intégralité du dénouement, une fois les bons éléments mis en place. En additionnant toutes ces tares, le constat devient évident : Cleaner n'aurait jamais eu la médiatisation dont il jouit actuellement si les noms prestigieux de Jackson, Mendès, et Harris n'étaient pas sur l'affiche. Renny Harlin, à la réalisation, assure néanmoins une bonne partie du divertissement, en proposant une bonne première partie, et un sens du gros plan se mariant parfaitement avec l'excentricité du personnage principal.

Cleaner est un petit thriller qui aurait aimé être grand, et ce n'est pas un gros casting qui y changera quelque chose. L'ambiance posée dans la première partie, assez plaisante, s'estompe assez rapidement et se noie dans les méandres d'un scénario très conventionnel.

A découvrir

Teeth

Partager cet article
A voir

SuperGrave

A propos de l'auteur

1 commentaires

  • Guillaume

    16/05/2008 à 16h46

    Répondre

    J'ai vu le film hier soir (le monde est petit), et j'ai à peu près le même constat que Nicolas, si ce n'est, qu'à la reflexion, on pourrait considérer que la scène finale à elle seule dénonce une certaine idée de la morale (je ne peux rien révéler, ça spoilerait trop).


    Mais après un second temps de reflexion, je dois dire que je ne crois pas une seule seconde que l'auteur du film ait voulu faire passer un message, ou alors il portait des moufles le jour du tournage. Donc, définivement, c'est un film qui ne mérite d'être vu que pour Ed Harris, qui, mystérieusement est toujours associé dans le subconscient à Papy Brossard.

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein cinéma, c'est l'actualité et les critiques de films qui sortent au cinéma, en dvd et en bluray .

Des grands classiques aux films d'actions hollywoodiens. Pas de tabous chez Krinein cinéma, hormis, peut-être, les films français qui sont trop souvent oubliés.

Rubriques