7/10

Cinéman

Dubosc se promène de film en film, marchant sur la corde raide d'un méta-film mal fichu mais loin d'être antipathique. Pour peu qu'on aime autant les films mal fichus que les grands classiques.

Avant même d'atteindre les écrans, Cinéman était un film maudit. Prévu pour Benoît Poelvoorde, le projet se fait finalement avec Franck Dubosc. Tourné fin 2007, il voit sa sortie annoncée pour l'été 2008, puis repoussée progressivement jusqu'à la fin 2009 (le même jour que le dernier Jeunet, le dernier Bruce Willis et le film sur Michael Jackson, merci la concurrence !). Entre-temps, la co-star Lucy Gordon se pend. Le montage est remanié plusieurs fois, les dialogues sont modifiés et redoublés (et ça se voit méchamment, au point où on se demande si ce n'est pas carrément délibéré). La critique étrille le résultat, allant parfois jusqu'à le sacrer « bide de l'année » (Ouest France), et les commentaires issus des avant-premières sont catastrophiques. Harold est toujours à la mode
Harold est toujours à la mode
Pourtant, il est possible de trouver de la pêche et de la sincérité dans cette comédie décalée, toute cassée, rafistolée à grands bouts de scotch et sous-exploitant forcément un concept qui se prêterait volontiers à une longue saga.

« Vous prenez de la coke ?
- Non, je prends que des Pepitos. Au lait. »

L'allergie à Dubosc est évidemment une bonne raison d'éviter Cinéman. Obligé de marcher avec des chaussures confectionnées pour un autre, il fait ce qu'il peut pour tirer le spectacle vers sa propre personnalité, dont il ne s'affranchit pas comme avait pu le faire Poelvoorde dans ses rôles semi-dramatiques (Podium par exemple, le précédent film de Yann Moix). Son rôle de Régis Deloux est donc l'archétype du Franck Dubosc vu sur scène ou dans Camping : un odieux courtebite arrogant et envahissant, dont on peut rire mais auquel il est difficile de vraiment s'attacher. Pourtant, la trajectoire de ce prof de maths envoyé au pays des films est un vrai moment de cinéma, qui fait moins penser aux comédies françaises actuelles qu'à la filmographie de Woody Allen, celui qui aimait à ses débuts l'humour potache et la parodie en vrac, celui qui sortait ses personnages de l'écran dans La rose pourpre du Caire, celui qui rendait Robin Williams flou dans Harry dans tous ses états... La différence essentielle, c'est que le film de Yann Moix a l'air d'avoir souffert. Il ressemble à ces obscurs nanars italiens que l'on trouvait en VHS au début des années 80 : mal doublés, recadrés, remontés, affligés d'une image dégueulasse et d'un générique écrit à la main par un stagiaire... Cinéman donne l'impression que certaines scènes ont été jetées, à la façon de la bobine manquante de Planète Terreur. Il laisse à penser que le prologue et l'épilogue ont été ajoutés in extremis dans le seul but de citer des films modernes et grand Robin des Bois cherche PEF
Robin des Bois cherche PEF
public (Toy Story, Harry Potter, Shrek), là où le reste des références ne dépasse jamais les années 70. Il se nourrit de sa propre réalité de création (Pierre Richard joue Pierre Richard, mais ce n'est pas vraiment lui, il menace Régis Deloux de le remplacer par Jean Dujardin qui a réellement été envisagé pour le rôle, etc.). La logique interne du scénario est ahurissante (Yann Moix s'échine notamment à nous expliquer comment on rentre et comment on sort d'un film, mais s'abstient de dire comment on navigue d'un film à l'autre), et la bande-son oscille entre l'évident (la musique des œuvres recréées) et le profondément décalé. Quant à l'histoire d'amour, on y croit aussi peu qu'à la prestation de Pierre François Martin-Laval en bad guy. Mais tout ce carton-pâte, ce coq-à-l'âne surréaliste, cette folie douce sans GPS a quelque chose de profondément réjouissant, pour peu qu'on ait le goût du cinéma (ni trop underground ni trop récent).

Rare cas de film dont la rédemption réside dans ses défauts, Cinéman risque de rater son public : nanar défoncé présenté comme un blockbuster foireux, il trouvera peut-être une seconde vie en vidéo...

Partager cet article

A propos de l'auteur

12 commentaires

  • Anonyme

    13/10/2009 à 02h12

    Répondre

    Un tête à tête exclusif avec Franck Dubosc est à gagner sur le site
    dédié à la sortie du film : http://cineman.pathedistribution.com/


    & retrouvez toute l'actualité de Cinéman ici : http://www.facebook.com/pages/Cineman-L ... 605?ref=ts

  • Anonyme

    27/10/2009 à 16h11

    Répondre

    Consternant Même les enfants auront du mal à maintenir leur attention.Là ou Dubosc ferait un sketch de 5 minutes,il développe des gags éculés sur plus d'une heure trente.La médaille du courage à ceux qui auront tenu jusqu'au bout du générique de fin.A voir sur M6 à 23 heures pour trouver le sommeil...

  • Anonyme

    14/11/2009 à 11h01

    Répondre

     il trou­ve­ra peut-être une se­conde vie en vidéo... 


    Ou pas !!!


     


    Sinon, très amusante ta critique marginale !


     

  • Anonyme

    11/05/2010 à 18h32

    Répondre

    Pourquoi appelle-t-on ça les "gérard" ?  Aucun rapport avec Depardieu, ou Jugnot je suppose.... c'est un prénom donné au hasar'balthazard ?

  • pastis-mirabelle

    11/05/2010 à 21h17

    Répondre

    Faut un prénom en deux syllabes se finissant en [ar], comme Oscar ou César : Gérard, Richard, Omar, ...

  • riffhifi

    12/05/2010 à 00h32

    Répondre

    ... Bernard, Calamar, Barbare...


    En fait, je ne sais pas pourquoi Gérard plus qu'un autre nom. Avant 2006, ces "anti-César" s'appelaient les Brutus.

  • pastis-mirabelle

    12/05/2010 à 09h58

    Répondre

    Peut-être que Brutus ne sonnait pas assez "comique", alors que Gérard a un certain métier : "Géraaaaaaaaaaaaaard !", "Gérard. Bouchard.", ou encore effectivement l'ami Depardieu...

  • Lestat

    12/05/2010 à 13h13

    Répondre

    Gé­rard de l'ac­teur qui vient man­ger le pain des Fran­çais


    Gé­rard du titre gay


    ça c'est drôle


    Par contre la présence du beau film Gainsbourg là dedans est assez discutable...

  • nazonfly

    13/05/2010 à 11h04

    Répondre

    Toutes les catégories m'ont bien faire rire. Pour le Gérard, ce qu'en dit Wikipedia :


    Le nom de « Gérard » a été choisi pour son assonance avec « César » et parce que c'est un prénom
    fréquent dans le monde du cinéma français : Gérard Depardieu, Gérard
    Oury, Gérard Lanvin, Gérard Jugnot, Gérard Philipe, Gérard Darmon, Gérard Mordillat, Gérard Krawczyk, Gérard Pirès, Gérard Corbiau.

  • Anonyme

    13/05/2010 à 18h16

    Répondre

    J'ai rarement lu Gérards tant vus !


    = merci pour les éclairages

  • kou4k

    13/05/2010 à 23h02

    Répondre

    Gé­rard de l'ac­teur que c'est pas qu'on l'aime pas, mais on en a un peu marre de voir sa gueule par­tout : Kad Merad


    Celui-là, il est bien choisi ^^

  • Anonyme

    15/05/2010 à 21h45

    Répondre

    Et le Gerard de l'acteur dont la femme ne fait pls rien à part des pubs pour une console et qui ferait mieux de faire comme elle (sa femme, hein, pas la console) : Jean Dujardin dans Lucky Luke

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein cinéma, c'est l'actualité et les critiques de films qui sortent au cinéma, en dvd et en bluray .

Des grands classiques aux films d'actions hollywoodiens. Pas de tabous chez Krinein cinéma, hormis, peut-être, les films français qui sont trop souvent oubliés.

Rubriques