9.5/10

Chungking Express

Ce n'est pas par ce que ces derniers temps ont vu l'éclosion d'un cinéma asiatique en pleine forme qu'il faudrait en conclure que ce phénomène est tout récent. Il est vrai que 2004 avec Old Boy, 2046 et Infernal Affairs est une année particulièrement riche en la matière. Mais faisons un petit bon en arrière de dix ans dans le temps. Nous y retrouvons Wong Kar Waï qui au milieu d'une grosse production Les cendres du temps, tourne ce petit bijou en quelques jours seulement, avec Tony Leung et Faye Wang, qui sont de nouveau présents dans des situations analogues dans 2046.

Le scénario est simple pour ne pas dire simplissime. Il s'agit en fait d'un croisement entre deux histoires mélant deux policiers qui viennent de se faire larguer et qui vont retrouver l'amour. Tout se déroule autour du ChungKing Express, une petite saladerie tenue par un propriétaire qui philosophe à coup de salade du chef et de pizza aux pepperonis. La première partie suit un jeune inspecteur dont la fiancée, May, lui a anoncé qu'elle allait le quitter le premier mai. On le voit trainer son désespoir et acheter des boites d'ananas dont la date de péremption est le premier mai. Son amour se périmera-t-il en même temps que les boîtes ? Le second est un policier en uniforme qui vient de se faire larguer par une hôtesse de l'air. Il a perdu le goût à la vie et se comporte comme un vraie zombie. Tous les deux vont rencontrer l'un une trafiquante de drogue et l'autre une serveuse au ChungKing Express qui vont changer le cours de leurs vies.

Attendez vous à un choc. Il ne s'agit ni d'un exercice de style graphique, comme In the mood for love, ni d'un scénario retors à l'instar de celui de Old Boy, encore moins d'un film d'action "asiatique" à la John Woo pré-hollywood. ChungKing Express est avant tout un film poétique. Une poésie asiatique très originale pour nous occidentaux et incroyablement belle. Je donnais l'exemple du policier qui collectionne les boites d'ananas en se demandant si son amour était à leur image : périssable. Il faut savoir que tout ce film est à l'avenant. Notamment dans la seconde partie où le matricule 663 (hum c'est là où l'on reconnaît bien le Wong Kar Wai avec sa fascination pour les chiffres) exprime son mal être lors de discussion surréalistes avec des objets : le torchon émotionel qui pleure, le savon qui maigrit et se laisse aller etc... Tout ce film traite des sentiments mais d'une manière vraiment originale. Tout est indirect, par exemple le policier 233 qui court pour ne plus avoir d'eau dans son corps, pour ne pas pleurer. Un dernier exemple, la réaction de 663 quand il rentre chez lui et découvre une inondation : "Soit j'avais mal fermé un robinet, soit la maison avait du chagrin. Je n'avais jamais pensé que la maison pleurerait."...

Une autre caractéristique confère sans doute possible le statut de film culte à ChungKing Express. Je vous mets au défi de trouver une minute de ce film qui ne présente pas un élément étonnant, remarquable, un petit truc qui restera scotché dans votre mémoire. L'inventivité de ce film est incroyable et on peut le regarder plusieurs fois de suite en y trouvant toujours autant de plaisir. Tous les détails concourrent à l'histoire et la mise en scène de Wong Kar Waï vous laissera à bout de souffle. Notamment ces plans où le personnage principal bouge dans un ralenti extrême alors que la foule tourne autour de lui en un accéléré frénétique. Et last but not least ce film offre une bande son magnifique qui vous montrera la beauté de California Dreamin' des Mamas and Papas avant qu'elle ne soit massacrée par les Royal Gigolos, ainsi qu'une reprise des Cranberries en mandarin par Faye Wang herself.

Ce film est pour moi un incontournable. Une petite heure et demie de magie et féérie (d'ailleurs préférez sans hésitation une V.O. hypnotique à une V.F. horriblement mutilante). Un film qui montre que Wong Kar Waï est un véritable génie : avec presque rien, quatre acteurs, des situations banales, il parvient à réenchanter le monde par le simple pouvoir de son imagination. Offrez vous un voyage à bord du Chungking Express, vous m'en direz des nouvelles.

A découvrir

11:14

Partager cet article

A propos de l'auteur

9 commentaires

  • Anonyme

    06/12/2004 à 00h35

    Répondre

    Ah! Chungking Express j'adore! Mon Wong Kar Wai préféré...
    Très drole, très poétique! Avec la jolie Wong Faye qui chante et qui joue...et qui danse! Un Tony Leung majestueux en flic amoureux qui parle à son appartement et un Takeshi Kaneishiro (tjrs aussi beau) touchant en jeune flic impulsif et romantique... du grand jeu.

    Beaucoup d'humour et de poésie dans ce Wong Kar Wai qui est un peu de la même trempe que Fallen Angels (Les anges déchus). A conseiller à ceux qui n'avaient pas été totalement conqui par le charme d'un In the Mood for love ou 2046. Quand Wong Kar Wai cède un peu au romantisme pour nous faire rire un peu plus, ça dépote!

  • Grrr

    08/12/2004 à 00h00

    Répondre

    C'est une très belle critique. En effet le film est à la fois drôle, inventif, poétique et par moment même onirique (si si!). Bien plus réussi qu'In the mood for love selon moi.
    Les acteurs sont justes et touchants, la bande son impeccable. WKW a le don d'exprimer avec peu de dialogues, les émotions les plus subtiles !

    Il est juste regrettable qu'il n'existe pas de DVD VOSTF. On peut se rabattre sur la vhs en français (bof) ou la vo sous-titrée en anglais (et en import ).
    Pour les parisiens il est projeté en VOSTF au Champo-Espace Jacques Tati, rue des écoles dans le 5ème, ça vaut vraiment la peine, que vous ayez apprécié ou non ses derniers opus

  • Anonyme

    07/01/2005 à 01h18

    Répondre

    bon, ça ne passe plus, juste la semaine où je me décidais enfin à y aller.

    vivement que ça repasse

  • Grrr

    17/01/2005 à 18h08

    Répondre

    est-ce la démonstration irréfutable de l'existence des dons surnaturels de Mme Gore, , fantômette et floodeuse officielle de Krinein ? (ce que Mme Gore veut , Dieu le veut !)
    Toujours est-il que le film est à nouveau programmé , le vendredi à 16h20 !
    (à revérifier à partir de mercredi matin , on ne sait jamais)

    la séance n'est pas réservée aux modératrices sans pitié , les simples mortels peuvent s'y rendre également (c'est au Métro-RER St-Michel)

  • Anonyme

    17/01/2005 à 20h18

    Répondre

    cool... merci de l'info
    reste à voir si ca passera assez longtemps pour que j'ai le temps d'y aller

  • Anonyme

    19/01/2005 à 20h42

    Répondre

    Je crois qu'un coffret DVD WKW vient de sortir et il comprend ce film!

  • Grrr

    19/01/2005 à 21h33

    Répondre

    je viens de vérifier , il y a bien un coffret "La révolution WKW" sorti en novembre apparemment : Il contient Nos Années sauvages, Chunking express, Les anges déchus, et Happy together en vo sous-titré VF, par contre pas de bonus en vue , mais bon....

    Merci L'homme du futur

  • Anonyme

    22/01/2005 à 19h24

    Répondre

    De rien, je me souviens avoir longement tenu ce coffret dans les mains lors d'un passage à la FNAC. J'ai trop été tenté de l'acheter. C'est vraiment un beau coffret...

  • Migou

    25/01/2005 à 20h38

    Répondre

    Suite à cette critique je me suis laissé tenter !
    Un seul mot MERCI !

    De la poésie à l'état pur! j'ai passer un grand momment de plaisir

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein cinéma, c'est l'actualité et les critiques de films qui sortent au cinéma, en dvd et en bluray .

Des grands classiques aux films d'actions hollywoodiens. Pas de tabous chez Krinein cinéma, hormis, peut-être, les films français qui sont trop souvent oubliés.

Rubriques