Césars 2011 : le palmarès

Pas de grand vainqueur qui écraserait les copains du nombre de statuettes, mais deux films sortent chaudement habillés de cette cérémonie : Des hommes et des
DR.
dieux
et Gainsbourg (vie héroïque). En revanche, énorme bide pour Les petits mouchoirs de Guillaume Canet, qui fut pourtant le succès public français de l'année.

Meilleur film
Des hommes et des dieux (Xavier Beauvois)

Meilleur réalisateur
Roman Polanski pour The Ghost Writer

Meilleure actrice
Sara Forestier pour Le nom des gens

Meilleur acteur
Eric Elmosnino pour Gainsbourg : vie héroïque

Meilleure actrice dans un second rôle
Anne Alvaro pour Le bruit des glaçons

Meilleur acteur dans un second rôle
Michael Lonsdale pour Des hommes et des dieux

Meilleur espoir féminin
Leïla Bekhti pour Tout ce qui brille


DR.
Meilleur espoir masculin

Edgar Ramirez pour Carlos, le film

Meilleur scénario original
Le nom des gens (Baya Kasmi, Michel Leclerc)

Meilleure adaptation
The Ghost Writer (Robert Harris, Roman Polanski)

Meilleur film d'animation
L'illusionniste (Sylvain Chomet Logorama)

Meilleur documentaire
Océans (Jacques Perrin, Jacques Cluzaud)

Meilleur premier film
Gainsbourg : vie héroïque (Joann Sfar)

Meilleur film étranger
The Social Network (David Fincher)

César d'Honneur
Quentin Tarantino

A propos de l'auteur

13 commentaires

  • gyzmo

    08/09/2010 à 00h48

    Répondre

    Sans savoir où j'allais mettre les pieds, je n'avais bien évidemment pas
    idée du propos de ce film. Je n'ai pris conscience de son origine qu'à
    la toute fin - adaptation d'un fait dramatique pour le moins
    incompréhensible (et qui n'a pas trouvé à ce jour, il me semble,
    d'explications claires). La scène du banquet, sur fond de musique
    classique est particulierement émouvante. D'autant plus lorsqu'on
    connait le dénouement discret, mais chargé en tensions.


    Concernant le casting, j'ai été ravi de retrouver Lonsdale dans un rôle
    pareil. Je l'ai trouvé particulièrement juste dans son jeu. A la fois
    massif et rassurant. Franchement, c'est une belle interprétation de sa
    part. Lambert s'en sort aussi bien, même s'il a tendance à être à fond
    dans son truc, à en faire des tonnes durant les chants grégoriens - cela
    prête un peu au risible oO. A côté de cela, par bien des aspects, il
    m'a également rappelé son superbe rôle dans Hiver 54, l'abbé Pierre.
    Le reste des interprètes sont excellents. On sent bien le travail
    réalisé autour de chacun pour leur laisser la place d'exister, de
    participer au pack d'ensemble. Leur communauté est d'ailleurs bien mise
    en scène. On apprend pas mal de chose sur la vie de cet ordre en
    territoire étranger, sur son intégration toute en douceur au sein de la
    communauté algérienne.


    Le fond traite évidemment du sacrifice, de la foi qui ne plie pas devant
    certaines lois imposées. Mais pas seulement. Cela parle aussi du
    partage, du choix, de gestion de la peur, de l'idée de faire front
    ensemble. Parfois, l'atmosphère du film peut paraître soporifique - ou
    calme diront les plus indulgents^^. Parfois, ça vire à la violence
    subite. Le film oscille entre plusieurs états, sans oublier d'être par
    moments un tantinet drôle. A ma grande surprise. Car honnètement, si je
    n'avais pas reçu une invitation pour aller le voir, je ne pense pas que
    j'y serais allé de mon plein gré. Et ça aurait été quand même dommage
    de passer à côté !

  • Amiral

    21/09/2010 à 20h43

    Répondre

    C'est marrant. On avait énormément parlé du massacre de ces moines en Algérie à l'époque. C'est un fait divers limite culte.


    Et pourtant ...  tu n'es pas le premier qui dit le découvrir à travers ce film.

  • nazonfly

    21/09/2010 à 21h24

    Répondre

    Boh moi c'est surtout que j'avais dix-huit ans à l'époque et que l'actualité me passait à 100000 années-lumière par dessus la tête.

  • gyzmo

    22/09/2010 à 00h25

    Répondre

    "C'est marrant (...) limite culte"

    Vu que Naz n'évoque pas sa découverte du fait divers dans sa critique,
    je suppose que ton com, Amiral, m'est destiné ? J'ai dû mal m'exprimer :
    je connaissais le fait avant d'aller voir le film. Par contre, je ne
    savais pas que le film s'en inspirait. J'en ai pris connaissance durant les dernières scènes du métrage (à partir du banquet, pour être précis). "Marrant" et "culte" ne me semble d'ailleurs pas approprié
    pour évoquer ce drame, soit dit en passant !

  • Anonyme

    28/09/2010 à 20h41

    Répondre

    Ce beau film manque un peu de vie; il y a des longueurs , heureusement le personnage du prieur est bien joué et sa foi, très bien rendue; j'ai regretté que les échanges avec les gens du pays soient aussi succints car la dimension historique de la vie de cette communauté est loin d'être banale et aurait mérité d'être mieux connue;elle est seulement suggéré et l'on reste sur sa faim. 

  • Anonyme

    29/09/2010 à 21h41

    Répondre

    un film tres poignant, inutile à commanter, encore moins à barratiner...


    a voir, inoubliable..

  • Anonyme

    19/10/2010 à 19h24

    Répondre

    Ce film c'est de la daube . J'ai été le voir dans le cadre d'une sortie scolaire , et c'est sans aucun doutes le pire film qu'il m'ai été donné de regarder . Je trouve que ce film vise plus les personnes agée qui sont elles plus catholiques que des éleves de 15ans .

  • hiddenplace

    19/10/2010 à 19h40

    Répondre

    Ah personnellement, je ne vois dans ce film aucune forme de prosélytisme catholique voire religieux tout court. J'y vois plus une réflexion sur la force de la foi tout court, même pas au sens religieux d'ailleurs, sur la notion d'altruisme ou de fraternité, sur le sacrifice...


    Dommage que comme les romans imposés dans les programmes, les films vus dans le cadre scolaire soient davantage vécus comme une contrainte pédagogique que comme une possibilité de réflexion personnelle.   A revoir peut-être dans quelques années ?

  • nazonfly

    27/02/2011 à 22h26

    Répondre

    Largement mérité pour Des hommes et des dieux et pour le second rôle de Lonsdale (et pas étonnant que Lambert Wilson n'ait pas eu le meilleur rôle masculin, ce n'est pas de lui dont on se souvient à la fin).

    On notera aussi que L'arnacoeur n'a pas eu non plus de récompenses. Non plus que Camping 2 (mais il n'était même pas nommé).

    Par contre, ça me fait bizarre de voir The Ghost Writer récompensé. Pas seulement à cause de l'histoire de Polanski, mais aussi parce que c'est un film en anglais, tourné en Allemagne et au Danemark, scénarisé par un Britannique, réalisé par un Franco-polonais qui habite en Suisse...

    Comment dire... c'est français du coup ?http://cinema.krinein.com/cesars-20 ... 15293.html

  • hiddenplace

    27/02/2011 à 22h56

    Répondre

    N'empêche que même s'il est tout ça à la fois, Ghost writer est aussi très bien, je suis contente de sa récompense même si bon, on a vu plus français, comme film^^

    Sinon contente pour L'illusionniste

  • riffhifi

    28/02/2011 à 00h27

    Répondre

    Par contre, ça me fait bizarre de voir The Ghost Writer récompensé. Pas seulement à cause de l'histoire de Polanski, mais aussi parce que c'est un film en anglais, tourné en Allemagne et au Danemark, scénarisé par un Britannique, réalisé par un Franco-polonais qui habite en Suisse...

    Polanski est né à Paris, il coproduit le film avec France 2... C'est français
    L'élément déterminant de la "nationalité" d'un film, pour un festival ou une récompense, c'est sa production je crois.

  • nazonfly

    28/02/2011 à 08h08

    Répondre

    Oui riff je sais mais ça me gêne quand même quelque part.

  • naweug

    07/03/2011 à 09h49

    Répondre

    Pour Polanski, ça fait donne l'impression qu'ils l'ont primé pour faire un pied de nez à toute son affaire en justice

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein cinéma, c'est l'actualité et les critiques de films qui sortent au cinéma, en dvd et en bluray .

Des grands classiques aux films d'actions hollywoodiens. Pas de tabous chez Krinein cinéma, hormis, peut-être, les films français qui sont trop souvent oubliés.

Rubriques