7/10

Cash

Un polar à l'ancienne, avec intrigue à tiroirs et casting de stars. Sans être à proprement parler génial, c'est mieux que ça en a l'air.

L'affiche et la bande-annonce faisaient penser à Ocean's eleven. Ou plus exactement, à une resucée franchouillarde approximative de Ocean's eleven (une série qui s'est d'ailleurs essoufflée dès son deuxième épisode malgré la présence aux commandes d'un Steven Soderbergh). Soulagement : Cash est plutôt taillé dans le bois des films policiers français des années 70, et ce qu'il perd en fantaisie, il le gagne en solidité.

Cash (Jean Dujardin) est surveillé de près par l'inspecteur Molina (Valeria Golino). De si près, à vrai dire, qu'elle finit par s'allier avec lui et sa bande. Mais ne cherche-t-elle pas plutôt à coincer le roi des criminels Maxime (Jean Reno) ? Et Cash, son but est-il de venger son frère (Clovis Cornillac) flingué l'an dernier ou de séduire Garance (Alice Taglioni) ? Si vous n'avez rien compris, dites-vous pourtant qu'on ne vous a pas encore parlé du vieux François (François Berléand), du chef Barnes (Ciaran Hinds) ni des inspecteurs Leblanc et Lebrun (Hubert Saint-Macary et Jocelyn Quivrin) qui gravitent eux aussi dans le coin...

Billard-tabac
Billard-tabac
Dujardin, s'il peut agacer en Braïce de Naïce ou en tête d'affiche supposément désopilante de toute autre comédie lourdingue, s'avère généralement un acteur très satisfaisant lorsqu'il enfile un rôle décemment écrit et se voit entouré d'une distribution convaincante. Ici, il confirme son statut de Belmondo des temps modernes (une filmo équitablement divisée entre les films sympatoches, les vrais bons films et les bouses sidérales) en incarnant un arnaqueur plein de bagout et de charme, embrigadé dans une affaire qui le dépasse. Le ton est bien moins couillon que ce que la promo du film laissait supposer, et la part belle est laissée à une intrigue emberlificotée à souhait, patiemment tressée par le scénariste-réalisateur Eric Besnard (précédemment scénariste du Convoyeur et du Nouveau protocole). Les rebondissements de scénario en viennent même à s'enchaîner avec un tel entrain qu'arrivé à quelques minutes de la fin du film, le spectateur est bien en peine de déterminer qui veut enfler qui, et quelles sont les alliances et les trahisons en jeu... Heureusement, les dernière secondes dissipent toutes les question qui restaient en suspens, avec une économie de moyens appréciable.

Golini ou Tagliono ?
Golini ou Tagliono ?
Paradoxalement, on se prend à regretter par moments que le film ne soit pas plus fun, plus comique ; le rythme ne trépide pas toujours, et le professionnalisme incontestable des acteurs (Jean Reno paraît fatigué néanmoins) ne suffit pas à masquer le manque d'expérience de Besnard à la réalisation. Les écrans multiples et autres arrêts sur images ne parviennent pas totalement à faire du film le divertissement enlevé et pétillant souhaité. Mais l'ensemble reste d'un bon niveau, et laisse espérer que Besnard parvienne à nouveau à réunir un aussi beau casting autour d'un projet qu'il maîtrise un poil mieux.

A découvrir

Leaving Las Vegas

Partager cet article
A voir

Jeux de dupes

A propos de l'auteur

5 commentaires

  • Anonyme

    25/04/2008 à 14h49

    Répondre

    A non, Brice de Nice c'est mythique ! C'est bien débile, mais les phrases cultes sont légion


    Et 99 Fr, ca m'a fait mourrir de rire

  • Anonyme

    10/05/2008 à 22h16

    Répondre

    Cash est l'exact exemple du film s'appuyant sur son casting pour se vendre. Jean Dujardin fait son Dujardin, sourire en coin spécial "jsuis un mec cool"; quant a Jean Reno, eh bien il fait du Reno (le vieux beau à qui on ne la fait pas).Le sénario se veut "a tiroirs", mais trop de tiroirs tue la commode, comme dirait l'autre...Ceux qui s'en sortent sont bien ceux escomptés, et les méchants sont punis...La morale est sauve, comme a Holywood.

  • Anonyme

    15/09/2008 à 20h24

    Répondre

    Si tu as rigolé pour 99F c'est que tu n'as pas réellement compris les choses....

  • Luz

    15/09/2008 à 23h45

    Répondre

    Ou qu'"on peut rire de tout, mais pas avec n'importe qui".

  • Anonyme

    15/03/2009 à 00h12

    Répondre

    C'est pas mal du tout, faut un peu se concentrer pour suivre mais y a un bon rythme, du rebondissement presqu'à outrance certes, mais au moins on s'ennuie pas.Nous on a passé un bon moment, si ça pouvait être comme ça à chaque fois !

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein cinéma, c'est l'actualité et les critiques de films qui sortent au cinéma, en dvd et en bluray .

Des grands classiques aux films d'actions hollywoodiens. Pas de tabous chez Krinein cinéma, hormis, peut-être, les films français qui sont trop souvent oubliés.

Rubriques