9/10

Buried

Buried est un film magistral dans son genre, avec un Ryan Reynolds au top de sa forme. A voir d'urgence pour avoir envie de respirer un bon coup en sortant de la séance.

Buried fait partie de ces films originaux dans leur concept. En effet, il fallait oser faire un long métrage d'une heure et demie cloîtré dans un... cercueil. Paul Conroy, un camionneur américain en poste en Irak pour une mission de secours, se réveille enterré sous terre, avec comme seuls amis, un briquet et un téléphone portable. Le film commence par le réveil de Paul dans son cercueil sur un plan noir insoutenable, ne sachant où poser les yeux, alors que l'on s'imagine dans la situation du héros qui ne comprend pas ce qui lui arrive.

Le film réalisé par l'Espagnol Rodrigo Cortés, et porté à l'écran par le seul acteur (ou presque) Ryan Reynolds, réussit l'exploit de ne pas décrocher le spectateur Happy Birthday to you, Happy Birth...
Happy Birthday to you, Happy Birth...
une minute pendant son récit. Un vrai cauchemar qui prend vie sous nos yeux, avec suffisamment de suspense et de rebondissements, pour espérer voir le bout du tunnel de Paul et de nous-mêmes également, car rarement on aura ressenti ce sentiment d'oppression et de claustrophobie dans un film. Les discussions téléphoniques de Paul avec le monde extérieur, pour tenter de se faire sauver, développent le sujet des enlèvements en Irak, et plus généralement dans le monde, sans en faire trop, sans faire du pro-américanisme ; ici le kidnappeur a beau être un salaud, il est surtout montré  également comme une victime de la guerre dans son pays. Bref, alors qu'on aurait pu penser que le prétexte de l'Irak allait dénaturer son sujet, au contraire, il donne juste un côté réaliste aux événements. Le monde n'est pas toujours rose.

Ryan Reynolds porte ici le personnage de Paul Conroy d'une manière humaine, très sensible et vraie. Il n'en fait pas trop, il n'a pas la force d'un mutant pour tout exploser dans sa boîte, il n'a pas l'intelligence d'un surhomme pour résoudre son problème et sortir en un claquement de doigts, non, il est juste un type déstabilisé, flippé, qui se rend compte d'une chose très simple : il va mourir si Ah non, c'est pas non plus là la sortie!
Ah non, c'est pas non plus là la sortie !
on ne le retrouve pas très vite. Entre l'air qui n'est pas éternel et une batterie de téléphone qui se vide au fur et à mesure du long métrage, le stress ne fait que croître pour notre "héros". Au niveau de la réalisation, on peut reprocher une taille du cercueil qui semble variable le long du film (au début il semble ridiculement petit puis à force, il s'agrandit) mais ce n'est que pour servir le suspense et peut-être aussi la vision de Paul Conroy sur sa peut-être dernière demeure : à force on s'habitue aux éléments, non ? Bref, Buried est un excellent huis clos, comme on en voit rarement au cinéma. Il faut accepter de voir un film avec un  seul acteur à l'écran, sans action, dans une seule pièce, et de ne pas avoir peur du noir et des endroits clos. En tout cas, on ne s'ennuie pas, et on a le souffle coupé tout au long de ce thriller ingénieux.

A découvrir

Date limite

Partager cet article

A propos de l'auteur

Le fanboy Xbox de l'équipe

    2 commentaires

    • gyzmo

      12/11/2010 à 12h12

      Répondre

      1h30 dans une boite sombre, ça calme ! Principalement sur grand écran, et avec son HD numérique. Une fois encore, un film "exercice de style", que l'on pourrait rapproché dans le principe "temps réel" + "huis clos" de Phone Game - entre autres, mais tourné de telle manière qu'on se retrouve devant un film esthétiquement superbe (éclairage, ombre, bokeh de folie, macro détails...) et une rigueur scénographique qui traduit parfaitement la claustrophobie, ou du moins l'enfermement. entre quatre planche et six pieds sous terre. De mémoire, je ne crois pas qu'un acteur ait été filmé d'aussi près, comme découpé petit bout par petit bout.


      Bon oké, l'idée n'est pas novatrice. Plein de séquences de films ont eu recours à ce stratagème angoissant (la scène du cerceuil dans Kill Bill ;  la victime d'Adrien Brody dans Oxygen ; Adrien Brody itoo dans The Jacket...). Mais tenir tout un film avec ça, c'est un pari gonflé. D'autant que la trame fonctionne bien, et le film ne souffre pas de longueur, je trouve. Y'a deux trois trucs qui sont too much et dont je ne peux parler pour ne pas gâcher les surprises. Mais dans l'ensemble, ce Buried est une claque chargée d'émotions. Ca fait peur, c'est stressant, ça n'oublie pas d'être drôle. Ca griffe aussi par la même occasion l'image du conflit Irak vs USA sans trop tomber dans le manichéisme (quoique...). C'est surtout une expérience intense servie par un acteur qui se révèle vraiment excellent.


      Un film pour tout ceux qui raffolent de l'ocularisation interne

    • Anonyme

      23/11/2010 à 11h09

      Répondre

      Il est vrai que le film est réussi pour faire passer le stress, surtout avec la première scène dans le noir. Mais, certains aspects du scénario sont trop peu crédibles, ce qui gâchent un peu. C'est pourquoi la note de 9 me paraît haute.

    Participer à la discussion

    Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

    Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

    Krinein cinéma, c'est l'actualité et les critiques de films qui sortent au cinéma, en dvd et en bluray .

    Des grands classiques aux films d'actions hollywoodiens. Pas de tabous chez Krinein cinéma, hormis, peut-être, les films français qui sont trop souvent oubliés.

    Rubriques