6/10

bruit des glaçons (Le)

L'originalité d'un sujet ne suffit pas à faire un long métrage, même quand on s'appelle Bertrand Blier. Reste le plaisir de voir Dujardin et Dupontel incarner respectivement un écrivain alcoolique et son cancer.

Depuis cinq ans, on était sans nouvelles de Bertrand Blier, l'homme à la pipe et aux films atypiques. C'est armé d'un sujet surprenant et un duo d'acteurs vendeur qu'il remonte au front, avec son goût de la provocation et de l'absurde. Comme les glaçons du titre, le résultat est rafraîchissant mais fond trop rapidement.

Charles (Jean Dujardin) est un écrivain alcoolique qui a depuis longtemps arrêté
d'écrire pour privilégier la partie buveuse de sa personnalité. Toute la journée, il erre dans sa maison coupée du monde, négligeant sa compagne russe à peine majeure (Christa Theret) et promenant un seau à glace perpétuellement rempli d'une bouteille de vin blanc sous le regard inquiet de sa domestique Louisa (Anne Alvaro) ; il vit ainsi, au rythme du bruit des glaçons, lorsque débarque un jour son cancer (Albert Dupontel). L'homme et la maladie vont entamer une discussion à bâtons rompus, avant que Louisa ne soit elle aussi confrontée à son cancer (Myriam Boyer).

Provoc, humour noir, mélange de désespoir et de distanciation surréaliste : tout Blier tient dans le pitch ; il avoue d'ailleurs l'avoir en tête depuis bon nombre d'années. Pourtant, on peut trouver qu'il s'agit en partie d'une redite des Côtelettes de 2003, où Michel Bouquet s'invitait dans la vie de Philippe Noiret « pour le faire chier ». Le cancer incarné par Dupontel (excellent comme toujours, et malsain à souhait) prend plaisir à pourrir le moral déjà bas de son client, joué par un Dujardin inhabituel : la barbe grisonnante, l'air désabusé, l'acteur semble approcher de la cinquantaine alors qu'il affiche à peine 38 balais au compteur. Les performances des deux Du, bien que souvent bridées par la théâtralité imposée des dialogues très écrits de Blier, éclipsent celles de leurs partenaires féminines, délibérément laissées dans l'ombre... à tel point qu'on se demande pourquoi il était nécessaire d'inclure dans le scénario ce deuxième cancer, tant la relation entre les femmes apparaît redondante par rapport à celle des deux hommes. Anne Alvaro, en fin de compte, sert la soupe d'une romance bien convenue par rapport au sujet de base, audacieux et dérangeant. Il est vrai que les échanges entres Dujardin et Dupontel épuisent leur substance au cours du premier quart d'heure (on aurait pu
croire que la vie, la maladie et la mort fourniraient davantage de matière), et qu'il s'avère donc nécessaire de meubler la suite. On dérape alors d'une idée percutante, introduite bille en tête par un cinéaste qui ne perd pas de temps, vers une histoire d'amour prévisible au cours de laquelle le héros et son crabe humanoïde continuent néanmoins leurs palabres répétitives pour le principe... En chemin, Blier amorce plusieurs pistes incompatibles, dont aucune n'est réellement exploitée. Qui voit les cancers, quel est leur pouvoir exact sur les individus qu'ils hantent, pourquoi se manifestent-ils physiquement ? Refusant de choisir entre la métaphore fantaisiste et le fantastique tangible, le film affiche des règles de jeu si floues qu'on peine à s'y intéresser. On reste donc à la surface des dialogues, et on déplore qu'un cinéaste aussi original se soit contenté d'un scénario de court-métrage pour remplir un film d'1h30, sans même s'autoriser de débordements loufoques comme il lui est arrivé d'en user pour conclure ses histoires.

On peut cependant continuer de croire à la capacité de régénération de Blier, dont on retrouvera le verbe sur scène à partir du 9 septembre au théâtre Antoine, avec sa nouvelle pièce Désolé pour la moquette, interprétée par Anny Dupérey et Myriam Boyer.

A découvrir

Chacal (Le)

Partager cet article

A propos de l'auteur

5 commentaires

  • Anonyme

    25/08/2010 à 15h11

    Répondre

    sujet interessant traité de façon originale.


    Quelques longueurs cependant...


    7/10 


     

  • Anonyme

    25/08/2010 à 23h29

    Répondre

    Si vous souhaitez perdre 9€, allez voir ce film. Moi qui me réjouissait de voir Dujardin, Dupontel réunis par Blier, j'ai trouvé ce film plat, ennuyeux et sans intérêt. Je ne peux pas retirer la qualité de jeu de Dupontel, qui excelle dans les rôles décalés, mais le reste est d'une platitude terrible. Les meilleurs dialogues sont tous dans la bande annonce, en dehors de cela, rien ! La bande annonce nous le vend comme un film caustique, il est juste terriblement sombre et triste. Toute la salle était consternée....

  • Anonyme

    25/08/2010 à 23h44

    Répondre

    Film surprenant, dérangeant s'il en est (traiter de la maladie), bien mené, un humour décapant à des moments très opportuns, je ne me suis pas ennuyée une seule seconde. Belles musiques. A voir et à revoir

  • gyzmo

    26/08/2010 à 20h19

    Répondre

    Une fois encore, joli travail de Blier. On rentre sans temps morts dans le conte décalé de son personnage principal, écrivain  en manque d'inspiration et qui se retrouve pourtant projeter dans un univers dans lequel la maladie prend forme. J'ai bien aimé le côté absurde de l'histoire, et la manière de filmer certaines séquences (les gros plans travelling sur Dupontel et Dujardin). Je trouve qu'il y a vraiment un méticuleux travail de mise en scène et une bonne direction d'acteurs (le cast est super sympa, dans tous les registres). Pour son côté surréaliste aussi, ça m'a beaucoup rappelé l'excellent  et démesuré Buffet Froid du même réalisateur, avec ses dialogues percutants, sa liberté de ton, ses profils hors normes... Je n'ai d'ailleurs pas vu passer le temps. Blier ne fait pas de détour, va à l'essentiel et se renouvelle sans cesse pour suprendre et échapper à l'ennui. Bon, oké. Il y a quelques petites lourdeurs (surtout du côté de la personnification un peu caricaturale du "cancer") et passages vites expédiés. Mais cela rend plutôt bien à l'image. Le film est nerveux, même pour un espèce de huit clos (sur fond sonore de cigales^^), tout en restant sombre et poétique. A ce propos, le titre du film est une bien belle trouvaille...


     

  • Amiral

    26/08/2010 à 20h49

    Répondre

    Inégal.

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein cinéma, c'est l'actualité et les critiques de films qui sortent au cinéma, en dvd et en bluray .

Des grands classiques aux films d'actions hollywoodiens. Pas de tabous chez Krinein cinéma, hormis, peut-être, les films français qui sont trop souvent oubliés.

Rubriques