2/10

Brocéliande

Le cinéma français, c'est avant tout un large éventail de comédies burlesques et de portraits sociologiques grimaçants, comme chacun d'entre nous pourrait en citer des dizaines. Mais c'est également un cinéma qui souffre énormément de la concurrence, noyé sous les produits de la machine hollywoodienne, ne pouvant rivaliser ni sur le budget ni sur la notoriété. Les chiffres sont éloquents, si l'on exclue Mission Cléopâtre, l'Oncle Sam monopolise les fréquentations ciné françaises 2002. Et si Taxi 3 sortira son épingle du jeu en 2003, nul doute que les MatriX et autres X-Men remporteront une nouvelle fois les suffrages.

Conséquence directe, le ciné français imite. De la comédie potache façon American Pie (Sexy Boys), au thriller sombre et sanglant (Six-pack), en passant par le Scream de bas étage (Promenons nous dans les bois). Brocéliande pourrait alors être étiqueté comme une espèce de Urban Legends à la française, sorte de film d'horreur ici un brin fantastique, répondant aux attentes d'hémoglobine et de foutage de trouille (sans oublier les indispensables héroïnes bustées aux visages d'ange) de l'ado en mal de sensations fortes.

Chloé Sabra (Elsa Kikoïne), une jeune étudiante en archéologie fraîchement débarquée à l'université de Rennes, est le seul témoin d'un assassinat sanglant sur le campus même. Pas de trace ni de corps. Ignorée, Chloé se réfugie dans les bras et la confiance de Erwann (Matthieu Simonet), un de ses camarades d'amphi d'histoire celtique. Mais bientôt, les meurtres et les évènements étranges se multiplient...

Ouah le beau scénario! Sans véritablement se creuser la tête, on devine dès le résumé ce qui va se passer : apparitions étranges, tueur impossible à filmer en pied, et petite musique qui oppresse la pauvre étudiante alors qu'il ne se passe rien. Le décor : une université désertique, arrivant à peine à rassembler trente élèves dans un amphi, sans vous parler de la bibliothèque immensément vide, permettant au vilain petit espion de s'amuser avec sa proie. Propulsé en héros de ce film terrifiant de terreur, un casting complètement inconnu, ramassis de jeunes gens beaux et intelligents qui doivent sauver l'humanité des méchants druides. Et pour une fois, ce ne sont pas les mecs qui castagneront du méchant, mais bien les filles qui feront valoir leur droit aux coups de tatanes ! Démonstrations évidentes, les deux scènes de baston entre filles, chorégraphies ringardes de Close Combat soporifique, et le match final à deux nanas contre un monstrueux démon, croisement improbable entre un Alien dégoulinant et un Prédator ricanant. Et un nanar ne serait rien sans la pointe d'humour inhérente, un professeur d'archéologie obnubilé par son domaine de prédilection, double-emploi évident avec le caractère humoristique probablement pas volontaire du scénario.

Le « Slasher-movie » à très petit budget par excellence, nanar perforé de toute part des pires tares du genre, c'est à dire le casting peu convaincant, les rebondissements éventés, la réalisation poussive, l'humour à deux centimes d'euros, et les petits bonus indispensables (les chorégraphies de combats et les incohérences). Remboursez !

Partager cet article

A propos de l'auteur

7 commentaires

  • Lestat

    24/10/2005 à 12h13

    Répondre

    La première partie se tient pas trop mal, malgré un côté telefilmesque flagrant. On surprend quelques hommages à Argento, voir à Bloody Bird. Mais sans crier gare, le film bascule soudain dans un truc Buffy-esque avec des druides et des arts martiaux -on évite le combat de femmes dans la boue, mais c'était presque-. Curieux. Mais pas dénué de bonne volonté. On sent un côté fan.
    Un scénario pourri, une realisation plutot plate, des acteurs mauvais -le prof d'archeologie, hum-...mais franchement je m'attendais à plus nul que ça. On notera un cadre sympathique, avec la forêt de Brocéliande et la vieille université, une jolie heroine et un monstre qui n'est pas mal du tout, le budget n'étant visiblement pas le point fort du film.

    Pas bon mais pas irregardable.

  • "L"

    26/06/2006 à 19h35

    Répondre

    Le coup du :"je veux devenir archéologue et je tire comme une brute sur le premier truc que je trouve par-terre sur un site de fouille" , je suis désolé mais c'est éliminatoire ! Sinon à part ça , le film ne m'a laissé qu'un très léger souvenir .

  • Anonyme

    29/06/2006 à 11h44

    Répondre

    Un sois disant hommage au giallo qui n'est sympa que pour sa dernière scène, pour le reste les clins d'oeils à argento et consort sont vains et le film laisse un impression de produit made in TF1.

    Un film surestimé même si je comprend les restrictions budgétaires.

    ça se laisse regarder mais ça fait vite marrer...

  • Lestat

    29/06/2006 à 18h42

    Répondre

    Le film n'est pas surestimé, il se fait descendre quasimment tout le temps.

  • Anonyme

    29/06/2006 à 18h54

    Répondre

    Lestat a dit :
    Le film n'est pas surestimé, il se fait descendre quasimment tout le temps.


    Sauf par les amis de Doug .... Depuis tout le monde a vu et a compris ...

    ça m'embete dans un sens car on sent un véritable envie de faire un hommage mais bon depuis Maléfique haute tensions ou même atomik circus (pas génial mais franchement fun), on sait qu'on peut mieux faire, donc je ne sais pas si c'est vraiment le manque de moyen qui a bousillé le film ...

  • airyn

    04/07/2006 à 17h29

    Répondre

    Une info amusante : Doug Headline est le traducteur du comic Dark Knight de Franck Miller. Cet homme a donc plusieurs casquettes.

  • Anonyme

    04/08/2008 à 02h12

    Répondre

    Moi j'ai adoré ce film, j'ai dû le regarder pour la dernière fois y a 2 ans et franchement j'en garde encore un très bon souvenir,d'ailleur je vais sans doute le regarder denouveau un dsé 4


     

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein cinéma, c'est l'actualité et les critiques de films qui sortent au cinéma, en dvd et en bluray .

Des grands classiques aux films d'actions hollywoodiens. Pas de tabous chez Krinein cinéma, hormis, peut-être, les films français qui sont trop souvent oubliés.

Rubriques