6.5/10

Braquage à l'italienne

Braquage With A Vengeance

Regardez-moi ce casting ! Mark 'Leo Davidson' Walhberg, Edward 'Tyler Durden' Norton, Charlize 'Mary Ann Lomax' Theron, Seth 'Oz' Green, et Jason 'Transporteur' Statham (jouez avec Krinein, en retrouvant les origines des ces surnoms !) et tout ça dans le même film ! Sans oublier l'apparition plutôt vite expédiée de Donald Sutherland, qui ne fera pas long feu comme le laissait présager la bande-annonce. Les rassemblements de ce genre, on va finir par croire qu'ils ne peuvent se faire que si le sujet implique un casse millimétré, et si possible pour un remake...

Le coup était parfait. Et c'est 35 millions de dollars qui allaient pouvoir faire les beaux jours de Charlie (Mark Walhberg), Steve (Edward Norton), Rob (Jason Statham), John (Donald Sutherland), Lyle (Seth Green), et Sourde-oreille (Mos Def). Un rêve anéanti lorsque Steve trahit le groupe et laisse le groupe pour mort, en s'envolant avec la cargaison de lingots d'or. John y laissera la vie. Et la vengeance est encore d'actualité, un an plus tard, quand Charlie parvient à retrouver la piste du traître, à ceci près qu'il ne souhaite pas d'effusion de sang. Seulement déposséder Steve de son butin tant désiré, et même si cela implique le concours de Stella (Charlize Theron), la fille de John...

A l'instar d'Ocean's Eleven, le dada de ce groupe de vedettes spécialisées dans la haute voltige du cambriolage, c'est de concevoir des plans façon "mission impossible" sans ne serait-ce que tirer une arme de son étui. L'un triangule la position du butin par ordinateur, un autre donne le change dans une poursuite en bateau, encore un autre ouvre le coffre en totale immersion, etc. Et tout le monde s'en sort autour d'une bonne bouteille de champagne, à rêver de ce qu'il va bien pouvoir faire de son gros tas d'pognon. Un vilain petit canard trahit, et s'étonne presque en bon vieux méchant américain de revoir débouler des mois plus tard son ancienne bande de potes avec les crocs. Alors certes, avec un tel angle de vue, on ne peut pas vraiment affirmer que le scénario fait dans l'originalité, trop souvent bombardé de clichés, à une ou deux surprises près. Mais l'histoire est suffisamment bien pavée pour éviter les accidents de parcours, l'action bien menée, si l'on excepte quelques lignes droites un peu longues et ennuyeuses. Mieux vaut en tout cas éviter de s'asseoir devant l'écran si le style « je prépare un plan pour piquer un tas de trucs » rebute à la base, l'essentiel du film étant confortablement installé dans cet aspect réducteur. Le dénouement imposera bien sûr un casse de grande envergure, bouquet final indéniable du film et véritable Eden pour les amoureux de la Mini (la voiture, confondez pas avec autre chose). Le casting se maintient dans des rôles relativement légers et peu originaux, assurant une interprétation de qualité pour la plupart d'entre eux (Norton, toujours aussi excellent malgré la superficialité de son personnage).

Un bon film d'action/cambriolage fabriquant sa notoriété sur son étonnant casting, qui ne brillera ni par son originalité ni par sa prise en main mais qui saura faire passer un bon petit moment en compagnie d'une belle brochettes d'acteurs sous-exploités.

A découvrir

Freddy contre Jason

Partager cet article
A voir

Bye Bye Love

A propos de l'auteur

0 commentaires

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein cinéma, c'est l'actualité et les critiques de films qui sortent au cinéma, en dvd et en bluray .

Des grands classiques aux films d'actions hollywoodiens. Pas de tabous chez Krinein cinéma, hormis, peut-être, les films français qui sont trop souvent oubliés.

Rubriques