5.5/10

boulet (Le)

Boulet qui roule n'amasse pas foule

Deux réalisateurs pour un film, ce n'est pas banal. Mais cela paraît justifié. Car le boulet pourrait être qualifié d'un digne croisement entre une production Besson (scénar minimal, tout dans la forme) et un bon vieux film à la française (les Gérard Oury, entre autres). Au premier abord (et même au second), on se place plutôt dans la seconde catégorie, puisque le moteur comique (c'est à dire la relation Lanvin - Poelvoorde) fait immanquablement penser au duo Pierre Richard et Gérard Depardieu qui a tant bien marché.

Moltès (Gérard Lanvin), célèbre caïd et meurtrier à ses heures perdues, écoule paisiblement sa peine de prison. Et son chef maton, Reggio (Benoît Poelvoorde) valide chaque semaine son billet de loto. Jusqu'au jour où Moltès remporte la grosse cagnotte, alors que par un concours de circonstances le billet gagnant se trouve en la possession de Pauline, la femme de Reggio, infirmière sur un rallye automobile en Afrique...

Comme je le disais en intro, tout fait penser à un bon vieux Richard - Depardieu. D'abord la présence du fameux " boulet " (Richard / Poelvoorde), en général peu habitué aux affrontements de force, et un peu énervant par ses manières et ses constantes critiques. Puis le dur (Depardieu / Lanvin), celui qui cogne, le gros dur qui en a et qui en use. Ce qui constitue le premier moteur comique du film, par la relation houleuse de ces deux protagonistes. Ça se limite souvent à " ferme-là ", mais ça marche relativement bien (enfin pas plus haut que le sourire). Le deuxième moteur comique, c'est le tueur lancé à leurs trousses, "le Turc" (José Garcia). Un peu susceptible, encore plus dur que Moltès, et déterminé à le découper en petits morceaux. Un rôle dont s'empare Garcia avec un bonheur communicatif. Ce qui constitue la partie la plus drôle du film (jusqu'au rire va-t-on dire). Après, nous avons affaire à un film à la française : quiproquos, petits moments à blanc, quelques gags lourds, et quelques têtes connues (mais que fout Anelka là-dedans ?) Du moyen, pas ce que l'on attendait en gros. Parfois, le film part franchement dans l'action, et là plus de demi-mesure. Il y a deux ou trois moments de ce genre, mais on les sent passer (accent sur l'exagération). La scène avec la grande roue déambulant à travers les tuileries est assez impressionnante et plutôt bien faite, mais est le seul point novateur de la partie action, qui reste elle aussi moyenne.

Bilan, une partie majoritairement comique moyenne, et une partie minoritairement action moyenne aussi, cela nous donne un film moyen, qui se laisse regarder avec plaisir mais qui n'a pas l'effet escompté. Mention spéciale pour José Garcia, véritable comique de talent, et qui le prouve une fois de plus.

A découvrir

Kalifornia

Partager cet article
A voir

Cocoon

A propos de l'auteur

2 commentaires

  • Anonyme

    01/05/2003 à 00h00

    Répondre

    Ce film est une vraie bouse. Comment benoit poolvoerde, co-auteur de "c'est arrivé près de chez vous", film ultra-culte, a-t-il pu jouer dans un film aussi pourri (et commercial) ? Quelques blagues qui font sourire, et ça s'arrête là. J'ai vraiment été déçu par ce film pendant lequel je n'ai pas arrêté de regarder ma montre...

  • Anonyme

    04/04/2009 à 18h34

    Répondre

    aie nico !  tu dois pas etre un marrant dans la vie!  


    j ai adore le boulet!   presque un classique! sympathique et rafraichissant! et vraiment drole!


    comme quoi les critques!

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein cinéma, c'est l'actualité et les critiques de films qui sortent au cinéma, en dvd et en bluray .

Des grands classiques aux films d'actions hollywoodiens. Pas de tabous chez Krinein cinéma, hormis, peut-être, les films français qui sont trop souvent oubliés.

Rubriques