6/10

Boogeyman - La porte des cauchemars

Après le catastrophique remake de The Grudge, Boogeyman est le dernier film en date produit par Sam Raimi. Ultra classique dans l'histoire de croquemitaine qu'il propose, le long métrage de Stephen T. Kay (Get Carter) offre son lot de sursauts et de frissons.

Le réalisateur a d'autant plus de mérite que faire peur avec une histoire de monstre qui se cache derrière une porte ou dans les penderies n'est pas aisé. Ici, les ambiances pesantes, solitaires et sombres sont accompagnées de craquements et grincements parfois crispants. Jusqu'à une fin grand guignolesque trop démonstrative, le film reste assez discret sur le croquemitaine. Des ombres, flous et bruits suffisent à nous rappeler sa présence.

Judicieusement, le réalisateur choisit de nous présenter la maison d'enfance de Tim (Barry Watson) avec de surprenants mouvements de caméra. Rendue familière en quelques plans, l'angoisse y gagne rapidement de l'importance. Si les souvenirs d'enfance du héros sont rassurants, les désordres spatio-temporels donnent un aspect inattendu au film. Certaines scènes sont alors dotées d'une appréciable complexité. Barry Watson, connu pour son rôle de grand frère dans la série 7 à la maison, livre ici une prestation d'effrayé plutôt crédible.

Boogeyman est un film d'horreur conventionnel qui utilise des effets d'épouvante tout aussi habituels. Soigneuse, la réalisation lui donne un capital frousse suffisant pour éviter de tomber dans le ridicule du second degré non intentionnel.

A découvrir

Tideland

Partager cet article

A propos de l'auteur

0 commentaires

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein cinéma, c'est l'actualité et les critiques de films qui sortent au cinéma, en dvd et en bluray .

Des grands classiques aux films d'actions hollywoodiens. Pas de tabous chez Krinein cinéma, hormis, peut-être, les films français qui sont trop souvent oubliés.

Rubriques