6.5/10

Bons baisers de Russie

Le Spectre aux trousses

James Bond contre Dr No ayant remporté un succès foudroyant l'année précédente, les producteurs Harry Saltzman et Albert Broccoli présentent en 1963 leur deuxième bébé : Bons baisers de Russie. Sans lui nier les qualités typiquement bondiennes qui le parcourent, il faut reconnaître à ce film une influence visible et plutôt encombrante : Alfred Hitchcock...

Comme souvent, l'histoire n'a que peu d'importance : parti en Russie pour retrouver un quelconque décodeur secret, James Bond devra faire face aux agents du SPECTRE, et en profiter pour séduire la jeune soviétique innocente que ses ennemis lui ont lancé dans les pattes.

James Bond trouve son style...

Dans ce deuxième opus, la formule aujourd'hui connue du James-Bond-film semble s'affiner - même s'il faudra attendre le film suivant, Goldfinger, pour que celle-ci soit complète. Le réalisateur Terence Young, déjà aux commandes de Dr No, sait gérer le personnage si bien incarné par Sean Connery, son machisme et sa virilité rugueuse emballée dans un costume bien coupé. Le générique, qui montre les titres projetés sur le corps de danseuses légèrement vêtues, est le premier classique d'une longue série. Le maître des gadgets, Q, fait sa première apparition sous les traits de l'acteur Desmond Llewelyn : celui-ci conservera le rôle jusqu'en 1999 dans Le monde ne suffit pas.
Mais surtout, Bons Baisers de Russie marque la première apparition du méchant qui marquera le plus l'imagination des cinéphiles : Blofeld, le mystérieux chef de l'organisation criminelle SPECTRE (SMERSH en version originale). Nul ne verra son visage avant le cinquième film de la série, On ne vit que deux fois. Seuls seront visibles ses genoux et le chat angora blanc qui s'y laisse gratouiller. Blofeld inspirera diverses parodies, du Dr Mad de l'inspecteur Gadget au Docteur Denfer de Austin Powers.

... mais il copie Alfred Hitchcock

Un aspect gênant du film, pour peu qu'on y prête attention, est la récupération grossière qui y est fait de La mort aux trousses d'Hitchcock. Ian Fleming n'avait jamais caché son envie que les films de James Bond soient réalisés par le Maître, et interprétés par Cary Grant. Les producteurs ont conclu assez vite que le premier était trop cher et le deuxième trop vieux, mais il semblerait que le plagiat leur soit apparu comme une alternative acceptable. Passe encore que l'intrigue veuille donner dans l'espionnage intimiste plus que dans la destruction massive du quartier général ennemi (un exercice de style commencé dès Dr No et repris dans la plupart des films suivants). Passe aussi qu'une partie de l'intrigue soit située dans un train, décor hitchcockien par excellence, et que les intrigues et les bagarres musclées s'y succèdent dans le but de créer un climat de tension et de suspense. Admettons même que l'héroïne blonde, une beauté glaciale (russe !), fasse penser aux actrices fétiches du gros Alfred, que ce soit Grace Kelly, Eva Marie Saint ou Tippi Hedren. Mais alors que Bond soit pourchassé par un hélicoptère sur un terrain découvert, à peine quatre ans après que Cary Grant ait subi le même traitement de la part d'un avion dans La mort aux trousses, ce n'est pas un hasard. Et si James Bond n'est pas l'initiateur de scènes d'action innovantes, c'est qu'il n'est pas au top de sa forme.

La franchise cinématographique n'a pas encore trouvé toutes ses marques, mais Sean Connery habite le rôle et Blofeld fait sa première apparition ; ne soyons pas trop exigeant.

A découvrir

Hitcher - 1986

Partager cet article

A propos de l'auteur

13 commentaires

  • Bzhnono

    08/05/2007 à 14h03

    Répondre

    Pour moi, sans nul doute, un des meilleurs Bond avec We only live twice, Thunderball et Casino Royal.

    j'aime tout dans ce film, les acteurs, le scénar', la séquence dans le camp gitant reste un grand souvenir, de la baston machiste de deux filles courts vétus à l'immense baston générale qui finit en incendie.

  • Anonyme

    09/05/2007 à 00h34

    Répondre

    BIzarre cette critique quand on sait que c'est l'un des opus les plus adulé par les fans et les critiques.

  • gyzmo

    09/05/2007 à 10h33

    Répondre

    Ben, mon préféré de la franchise 007, c'est Jamais plus Jamais. Curieusement, pour beaucoup, le film de Irvin Kershner n'est pas vraiment considéré comme faisant partie de la saga, sans doute à cause (mais je dirais "grâce à" de l'image vieillissante et l'interprétation un peu décalée (mais géniale) de Connery, le côté "remake" de cet opus par rapport à Opération Tonnerre, pas de générique d'intro pompeux et kitch... Pourtant, l'aventure est nerveuse, passionnante, le casting est impeccable, pas mal d'humour et de second degré, puis une envolée significative du sex appeal du personnage de Bond, macho au grand coeur qui enchaîne les conquêtes avec une classe internationale^^

    De loin, mon préféré, donc

  • Choubide

    09/05/2007 à 11h33

    Répondre

    J'en connais certains qui rêveraient d'être Anglais... et qui fantasment sur les James Bond Girl...


    Attention Gyzmo, maintenant la France ... tu l'aimes ou tu l'as quittes. C'est une blague, hein! Non mais parce qu'on sait jamais...

  • Anonyme

    13/05/2007 à 15h17

    Répondre

    Ben, mon préféré de la franchise 007, c'est Jamais plus Jamais. Curieusement, pour beaucoup, le film de Irvin Kershner n'est pas vraiment considéré comme faisant partie de la saga, sans doute à cause (mais je dirais "grâce à" de l'image vieillissante et l'interprétation un peu décalée (mais géniale) de Connery, le côté "remake" de cet opus par rapport à Opération Tonnerre, pas de générique d'intro pompeux et kitch...


    En fait, il n'est pas dans la série parce que produit par un autre studio et sans aucun accord avec le détenteur des droits de la série, Brocolli. du coup, tu noteras l'absence de nombre d'éléments de Bond : le logo (ils l'ont remanié), les noms personnages secondaires et le fameux thème, car tout ça est marque déposé.

  • Mentos le Freshmaker

    13/05/2007 à 16h37

    Répondre

    gyzmo a dit :
    Ben, mon préféré de la franchise 007, c'est Jamais plus Jamais. Curieusement, pour beaucoup, le film de Irvin Kershner n'est pas vraiment considéré comme faisant partie de la saga, sans doute à cause (mais je dirais "grâce à" de l'image vieillissante et l'interprétation un peu décalée (mais géniale) de Connery, le côté "remake" de cet opus par rapport à Opération Tonnerre, pas de générique d'intro pompeux et kitch...


    Attendez je viens de réaliser...... Irvin Kershner, c'est pas lui qui a réalisé "L'empire contre-attaque"?

  • gyzmo

    13/05/2007 à 17h24

    Répondre

    Lui-même.

    Egalement le responsable de Robocop 2

  • Anonyme

    14/05/2007 à 08h16

    Répondre

    et robocop 2 aussi !!!

  • KalistoR

    14/05/2007 à 11h43

    Répondre

    Et L'Empire contre-attaque aussi !!

  • gyzmo

    14/05/2007 à 12h01

    Répondre

    Et Jamais plus Jamais surtout !
    Voilà, doit en manquer 2 ou 3, mais on a presque fait le tour je crois.

  • KalistoR

    14/05/2007 à 13h00

    Répondre

  • Anonyme

    15/05/2007 à 09h35

    Répondre

    Désolé ma vue baisse !!!

  • Anonyme

    16/07/2009 à 23h19

    Répondre

    Quand ce film est sorti j'avais 17 ans et  je suis allé le voir avec un pote 7 jours de suite, pour moi c'est le meilleur James Bond, la réalisation est excellente et Sean Connery incarne vraiment bien l'agent secret 007.

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein cinéma, c'est l'actualité et les critiques de films qui sortent au cinéma, en dvd et en bluray .

Des grands classiques aux films d'actions hollywoodiens. Pas de tabous chez Krinein cinéma, hormis, peut-être, les films français qui sont trop souvent oubliés.

Rubriques