3/10

Blood : The Last Vampire

Comment une histoire où vengeance, vampires et action à tambour battant se croisent peut-elle être aussi ennuyeuse ?

Une écolière arborant des armes tranchantes sur une affiche couleur sang, avec un titre sanguinolent parfaitement centré, autant d'indices qui ont généralement raison de nous. On imagine assez clairement l'insondable profondeur du film, plus absente qu'obscure... Pourtant, The Last Vampire, le sous-titre, fait mouche. Nous qui adorons les prédateurs aux dents longues, on ne peut décemment pas esquiver un film qui les évoque.

Lost in Smoke
Lost in Smoke
Rappelez-vous, on avait même, à l'époque, réussi à apprécier le premier quart d'heure de Blade, avec Wesley Snipes, sidéré par cette séquence de boîte de nuit qui culminait par une douche de sang propulsée par le circuit incendie. Le mythe du vampire semblait avoir bien consommé la modernité.

Ici, dans Blood : The Last Vampire, on a aussi le sentiment que Chris Nahon a souhaité actualiser le mythe du Vampire en se concentrant sur ce qui caractérise le plus notre cinéma contemporain : l'action. C'est tout naturellement que Saya, vampire de son état, élimine impitoyablement tous ses congénères qu'elles considère contre-natures, dans le but ultime de faire la peau à la patronne des vampires, qui tue d'une pichenette.
Vous me direz que c'est léger comme script ? Que nenni, on assistera aussi à de grosses bagarres et à des affrontements contre des ennemis métamorphes capables de s'enfuir à tire-d'ailes.

On commence à entrevoir l'esprit dans lequel le film a été réalisé. Les faits sont là pour confirmer nos doutes : Blood est un vaste clip où les effets graphiques sont utilisés à outrance, d'une manière malheureusement déjà dépassée. Qui souhaite revivre les années 90 et ses films postproduits à coup d'effets grossiers ?

Les vampires qui se transforment en gargouilles en trois dimensions, plutôt risibles, font la nique aux couleurs qui traversent l'image et aux tentatives de faire jeune, juste pour le fun. De temps en temps la mise en scène, la composition délivrent un visuel agréable, voire même maîtrisé, mais à peine aperçue, l'impression de réussite s'envole, malmenée par le rythme à tambour battant de l'ensemble.
Ca respire le bâclage en régle.

On pourrait rétorquer à ces critiques en faisant mention d'un parti pris de l'action sur les chapeaux de roues. Si seulement c'était vrai. Si seulement Blood n'était pas l'un des premiers films où malgré l'action constante on s'ennuie. Bâiller alors que les épées tranchent les chairs, c'est assez déstabilisant. Pourtant la violence du combat est tellement monotone qu'il ne peut en être autrement.

Malgré ce tableau bien noir, reste quelques saynettes qui rendent hommage au cinéma de Hong-Kong façon Drunken Master où le vagabond ou le grand-père se révélaient être des machines à tuer à la fois ridicules et respectables. On rigole alors de bon coeur. Mais c'est bien là toute la réjouissance que promet le dernier Vampire.

A découvrir

Zion & son frère

Partager cet article

A propos de l'auteur

Guillaume est le fondateur et le rédacteur en chef de Krinein. Curieux et passionné par la culture au sens large, il poursuit sa route sur les chemins tumulteux de la critique culturelle.

4 commentaires

  • Anonyme

    03/07/2009 à 20h34

    Répondre

    de vampire en vampire!

  • Anonyme

    04/07/2009 à 19h11

    Répondre

    Ce film est inspiré d'un des meilleurs manga de ces dernière années, quand on ne sait pas... on ferait mieux  de se taire

  • Anonyme

    16/07/2009 à 16h35

    Répondre

    Je pense que cette critique ne tient pas compte  du fait qu'il s'agisse là de l'adaptation d'un manga, donc nippon. On ne peut critiquer ce film sans avoir en tête l'imaginaire japonais des mangas "shônen" (pour jeunes garçons) qui consistent en une accumulation de combats pour devenir plus fort, etc.


    A savoir qu'une OAV assez décevante avait déjà été tirée du manga.


    Il s'agit d'une adaptation gâchée par la présence de la jeune "occidental", ajout pour permettre au spectateur d'avoir un point d'ancrage, de s'identifier, ajout idiot et purement commercial qui ne permet pas de rentrer dans l'ambiance.

  • Guillaume

    16/07/2009 à 16h54

    Répondre

    Je sais bien qu'il existe manga et anime, mais la critique s'intéresse uniquement au film. On s'y ennuie malgré le pouvoir hypnotisant qu'est capable de dégager, parfois, le cinéma.


    Pour la critique de l'OAV : http://manga.krinein.com/blood-the- ... -2202.html

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein cinéma, c'est l'actualité et les critiques de films qui sortent au cinéma, en dvd et en bluray .

Des grands classiques aux films d'actions hollywoodiens. Pas de tabous chez Krinein cinéma, hormis, peut-être, les films français qui sont trop souvent oubliés.

Rubriques