A DECOUVRIR
7/10

Et Cetera

Une fois n'est pas coutume, la trame de cette série semble banale au premier abord. En effet, le mangaka nous propose de suivre dans son shônen les aventures de la jeune Ming-Chao, une turbulente petite Chinoise qui ne tient pas en place. La pauvre, en plus d'être hyperactive, la voilà devenue orpheline après le décès de son grand père. Ming-Chao, son héritage en poche décide de concrétiser son rêve... aller à hollywood pour devenir une grande actrice.
Heureusement pour le lecteur, jeune otaku avide d'aventures, de bagarres et de petites culottes la pauvre Ming-Chao va être mêlée à une sombre histoire et devoir se confronter à des personnes aux allures plus que patibulaires.
En effet, son grand père, forgeron émérite lui a légué à sa mort une arme étrange : l'Eto-gun. Ce revolver de conception inédite fonctionne en puisant son énergie dans la matière des 12 signes du zodiaque.

Et Cetera
Et Cetera
Ainsi, j'en conviens, en lisant le résumé de ce nouveau shônen proposé par Glénat on ne vois aucune originalité dans se titre si cela n'est l'idée de l'Eto-gun. Et bien, vous les jeunes otakus de France et de Navarre vous vous trompez ! Car Et cetera se révèle en fait ête bourrré de bonnes idées et spécificités.
Le mangaka a donc tout d'abord transporté son histoire dans le far-west américain et ses clichés en tout genre : poker, cabaret, diligence, train et cetera, et cetera...
En outre, le style graphique de l'auteur se démarque complétement de ceux de ses confrères nippons. Tom Nawasaki nous propose un dessin plus proche du dessin européen voire américain. Personellement, la première fois que j'ai feuilleté Et cetera j'ai pensé aux Animaniacs, c'est pour dire. Ce style donne donc une touche particulière au manga, entre dessins inachevés par moment pour aller vers un fouillis au service du ton humouristique que prend la série.
Alors, Glénat a-t-il trouvé un digne successeur à Kenshin le vagabond?
Et bien non et définitivement non. Et cetera, bien qu'étant un manga frais, original et agréable à lire n'a malheureusement pas l'étoffe d'un hit. Les personnages ne sont pas vraiment charismatiques (surtout l'héroïne qui tape sur le système), tout comme l'histoire sans attrait particulier.
Verdict, face au déferlement de shônens que connaît la France actuellement avec One Piece, Hunter X Hunter ou encore Naruto Et cetera fait vilain petit canard. Pourtant, ce n'est pas une raison pour bouder cette série qui peut se montrer attrayante par son originalité et son humour. Enfin, son faible nombre de volumes (9) attirera les lecteurs qui n'ont pas envie de se compliquer la vie. Une série pour se détendre en attendant la sortie du prochain One Piece et compagnie en fait.

Partager cet article

A propos de l'auteur

1 commentaires

  • Anonyme

    22/10/2008 à 19h23

    Répondre

    non sans déconné, c'est un des meilleurs mangas de l'époque, selon moi. Et il n'y a pas besoin d'être otaku pour avoir découvert ce manga pleins d'imagination et d'idées fantastiques ! L'héroine est, opposément à ce que vous dites, totalement attachante, et son enthousiasme nous accroche à la lecture. L'histoire est telle que tout nous donne envie de lire la suite.


     


     


    Alors un peu de regard objectif là-dessus, s'il vous plaît !


     

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Rubriques