3.5/10

Blade II

10. 9. 8. 7. 6. 5. 4. 3. 2 ! Oui, Blade 2 est arrivé, et on est tous bien contents de le revoir, ce cher mi-homme mi-vampire, aimant les lunettes noires et se doper au rétrovirus. Bon, soyons sérieux, le premier était une bonne blague, si on met à part quelques excellents moments comme la discothèque ou le "coup de pied dans la seringue" (mon chouchou). Et don't worry, vous allez encore rire dans Blade 2.

Blade est issu d'un croisement entre une humaine et un vampire. Il en possède toutes les forces sans en avoir les inconvénients. A part le fait qu'il a besoin de sang. Alors il se dope au rétrovirus, qui l'empêche de s'abreuver directement à la source. Il voue sa vie à la lutte contre la racaille vampirique, qu'il déteste plus que tout, avec qui il devra pourtant s'allier pour contrer une nouvelle race beaucoup plus dangereuse...

Le maître mot du film : baston ! Le scénario, c'est juste histoire de donner un peu de jus à tout ca. Même parfois, ils se battent sans aucune raison : genre quand les vampires viennent demander de l'aide à Blade, ils le font discrètement et en l'attaquant. Bon, on ne peut pas dire que les séquences de bastons soient ratées, même certains passages sont assez drôles (la toupie dans les colonnes de pierre), mais il n'y a vraiment que ça. Parfois, ils volent tous tellement que je me demande s'ils n'ont pas remplacé le Man In Black par un double numérique. En tout cas, les raccords sont à peine visibles si c'est le cas. A part ça ? Bah rien. Pas vraiment d'innovations, une scénario très amusant, des répliques pitoyables, et le grand retour de Papy Whistler alors qu'on était tous persuadés qu'il avait rejoint le paradis des seconds rôles. Un retour en fanfare d'ailleurs, sauvé par Blade, qui nous montre dès le départ la faiblesse de l'intrigue. Et puis quel poseur ce Blade, dès qu'il a plus ses lunettes noires il se fait tataner (ok c'est son style, mais bon), il se sent obligé de grimper sur les murs pour impressionner la galerie, ou de revenir sur l'aire de combat par une roulade avant histoire de montrer que... Euh... Qu'il sait en faire aussi !

Blade 2 suit les grandes lignes du 1 sans vraiment innover. En sachant que le premier était déjà pas terrible, on obtient donc un 2 pas terrible non plus avec en plus un petit quelque chose histoire de faire évoluer la série (dans le mauvais sens).

A découvrir

Apparitions

Partager cet article
A voir

Osmosis Jones

A propos de l'auteur

3 commentaires

  • Lestat

    03/02/2003 à 00h00

    Répondre

    Un bon film qui prend pas la tête. Des scenes d'action très bien fichues, un senario classique mais efficace et une pincée de gore pour lier le tout. Blade 2 est dans la lignée du précédent. C'est sûr, ce n'est pas Entretien avec un Vampire. Mais dans Blade, c'est l'action qui prédomine et à ce niveau, on n'est pas volé.

  • Val Lazare

    04/02/2003 à 00h01

    Répondre

    Et encore un film sur les vampires, et encore une suite. Autant le premier opus se laissait voir facilement, autant le deuxième est vraiment allé trop loin dans le genre série B. Des répliques assassines...' hum, le Diurnambule est à nos trousses', de mauvais clichés, des scènes absolument massacrées (Wesley Snipes se prend un pilier dans la tronche, le pilier vole en éclat, mais le Wesley a conservé ses Rayban intactes)...et des prestations tout simplement mauvaises. Un film pitoyable, regardable en toute dernière extrêmité quand on n'a rien à faire.

  • Anonyme

    01/04/2004 à 00h02

    Répondre

    Je préfère le 1; néanmoins, le 2 est pas mal non plus! Un bon film d'action comme on aimerait en voir plus souvent! Et dire que le 3 va sortir!

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein cinéma, c'est l'actualité et les critiques de films qui sortent au cinéma, en dvd et en bluray .

Des grands classiques aux films d'actions hollywoodiens. Pas de tabous chez Krinein cinéma, hormis, peut-être, les films français qui sont trop souvent oubliés.

Rubriques