5/10

Black sheep

Des moutons carnivores ! Que dire de plus ?

Bèèèèèèèè ! Qu'on les saute, les compte ou les mange, les moutons sont mignons. Comment ne pas succomber face à ces paisibles pelotes de laine ambulantes sur pattes, dont le seul tort est parfois de bloquer quelques routes ? Et puis c'est pas contrariant un mouton, un bon coup de pied dans l'arrière-train et ça repart brouter. Pour autant, aussi placides soient-ils, les moutons ont inspiré assez tôt le cinéma. Une scène coupée du Nosferatu de Murnau nous montre ainsi un innocent herbivore victime du Comte Orlock. On déplorera par ailleurs la frilosité des éditeurs DVD, qui n'ont pas jugés bon de réintégrer cette séquence essentielle dans les bonus de leurs galettes, séquence pourtant primordiale pour la continuité du récit. Les moutons de Nouvelle Zélande en revanche ont oublié d'être bêtes : suite à une manipulation génétique foireuse, voici qu'ils se mettent à dévorer des gens. On connaissait les vaches carnivores et les poulets tueurs, voici donc les ovidés cannibales, une idée iconoclaste qui place le film au rang de précurseur, quand bien même l'on se rappellerait du somptueux Les Moutons nosferatu_cut_2_250
Nosferatu - scène coupée
Maléfiques
(Tod Browning, 1928), qui en son temps montrait Lon Chaney attaqué par ses propres créatures dans un final anthologique.

Black Sheep, signé du nouveau venu Jonathan King, ne révolutionne pourtant en rien le genre du film d'horreur-fermier : un peu d'Isolation, beaucoup de Dead Meat, une louche de Bad Taste, une poignées de ruminants bêlant, une pincée de Nuit des Morts Vivants, on touille et hop, voila le film. Film qui a néanmoins pour lui quelques particularités attachantes. Ainsi, l'idiotie générale s'avère plutôt communicative, les dialogues sont à la hauteur du sujet ("Oh ! Un mouton !"), l'humour se montre particulièrement kollossal (héhé, des moutons qui pètent !) et il y a fort à parier qu'en cent ans de cinéma, personne n'avait jamais repoussé un mouton-garou avec de la sauce à la menthe. Le gore, un peu rare mais rigolo, est concocté par Weta, la boîte de Peter Jackson et l'ensemble transpire une fanattitude plaisante quoique quelque peu envahissante.

Malheureusement, et au delà de toute la tendresse que l'on peut ressentir pour lui, Black Sheep ne fait pas illusion longtemps. S'essoufflant, manquant de rythme et voyant la plupart de ses scènes folles tomber à plat, Black Sheep fait souvent l'effet d'une comédie balourde et assez ennuyeuse, traversée il est vrai d'éclairs de génie assez réjouissants. A l'image des bêtes chargeant en rang serré vers un meeting d'industriels agroalimentaire, qui seront décimés dans une hilarante pluie de boyaux. C'est cependant la mort dans l'âme qu'il faut reconnaître que Black Sheep, tout sympathique qu'il est, est raté et ne propose pas davantage que son sujet qui aurait pu déboucher sur quelque chose d'autrement plus jubilatoire. Comme la chair est faible, aux quatre points objectivement attribués au film, se rajoute un point supplémentaire accordé à la craquante petite écolo répondant au doux nom d'Expérience (les dames, elles, pourront accorder ledit point à un grand Maori aux blagues épaisses). Ce qui nous fait un joli cinq tout rond, en attendant le prochain film de Jonathan King, qui ne peut être que meilleur. Après tout, Bad Taste non plus, ce n'était pas fameux...

A découvrir

Howard le canard

Partager cet article

A propos de l'auteur

9 commentaires

  • Anonyme

    21/03/2008 à 18h06

    Répondre

    Je trouve l'avis trop sévère, mais quand je vois que tu as mis que bad taste est pas fameux, je comprends mieux ^^


    En tant qu'amateur féru de films d'horreur en tout genre -j'en regarde tous les jours, et je tombe sur de sacrées bouses parfois x) - je ne peux que vous conseiller ce film qui est tout simplement génial, ne serait-ce que pour son speech (des moutons, quoi! ).


    A prendre au second degré, forcément, on ne s'ennuie quasimment pas, on rigole beaucoup, les effets gores sont biens fichus et les moutons sont géniaux x)


    Un grand cru, assurément 

  • Dat'

    21/03/2008 à 18h09

    Répondre

    Rien que pour le Pitch de départ, il faut que j'aille voir ce film !


     

  • nazonfly

    21/03/2008 à 18h23

    Répondre

    C'est sûr que Black Sheep n'est pas exceptionnel, mais il est drôle et délirant. Mais forcément Lestat, qui met 6 à Bad Taste ET à Atomik Circus, ne peut pas apprécier un tel film à sa juste valeur. Je lui aurai mis volontiers un point, 1.5 de plus, mais là c'est vraiment du chipottage.


    En tout cas, il faut le voir, ne serait-ce que pour la scène du camion! 

  • Veterini

    21/03/2008 à 18h56

    Répondre

    Mince j'y ai vraiment cru à ses "moutons maléfiques." Salaud de Lestat !


     

  • Lestat

    21/03/2008 à 19h05

    Répondre

    Bèèèèè !

  • Anonyme

    21/03/2008 à 19h43

    Répondre

    Merde oué on dit pitch, pas speech :/


    Autant pour moi;


    La meilleure scène pour moi reste celle de l'Attaque des moutons - le moment le plus gore et le plus marrant du film =) 

  • Lestat

    21/03/2008 à 19h49

    Répondre

    Là dessus, nous sommes d'accord.

  • Anonyme

    22/03/2008 à 12h57

    Répondre

    Je me suis pas mal ennuyé sur ce film. Ya des bonnes idées, mais c'est lent et lourd quand meme... je me suis pas mal ennuyé... Je precise egalement que je mate pas mal de films d'horreurs, que Bad Taste est un de mes films cultes, et qu'en plus je vis en Irlande:  les moutons ca me connait

  • Anonyme

    29/03/2008 à 17h18

    Répondre

    Disons que c'est un film comique, a voir vite fait, sans besoin de
    mettre sur pause pendant la pause pipi. Grosse deception

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein cinéma, c'est l'actualité et les critiques de films qui sortent au cinéma, en dvd et en bluray .

Des grands classiques aux films d'actions hollywoodiens. Pas de tabous chez Krinein cinéma, hormis, peut-être, les films français qui sont trop souvent oubliés.

Rubriques