Biographie de Vincent Lindon

Né le 15 juillet 1959 à Boulogne-sur-Mer, Vincent Lindon fait ses débuts au cinoche par la petite porte, en étant aide-costumier sur Mon oncle d'Amérique de Le Lindon de la farce
Le Lindon de la farce
Alain Resnais. Après une brève expérience de journaliste, il se décide à étudier la comédie et s'inscrit au cours Florent. Il décroche son premier rôle au cinéma en 1983, dans Le Faucon.

Il s'impose comme un second rôle attachant au cours des années 80, et deviendra une tête d'affiche à partir des années 90, grâce aux films de Claude Lelouch (Il y a des jours... et des lunes en 1990), Tony Gatlif (Gaspars et Robinson en 1990) et surtout Coline Serreau (La crise en 1992). Restant fidèle à un style de film populaire mais pas populiste, Vincent Lindon campe souvent un personnage d'homme ordinaire mais angoissé, dans les drames comme dans les comédies. Fidèle, il l'est aussi aux réalisateurs, puisqu'il retrouve Lelouch en 1992 pour La belle histoire et en 1993 pour Tout ça pour ça, et Coline Serreau en 1996 pour La belle verte et en 2001 pour Chaos.

Partager cet article

0 commentaires

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein cinéma, c'est l'actualité et les critiques de films qui sortent au cinéma, en dvd et en bluray .

Des grands classiques aux films d'actions hollywoodiens. Pas de tabous chez Krinein cinéma, hormis, peut-être, les films français qui sont trop souvent oubliés.

Rubriques