Biographie de Viggo Mortensen

Né le 20 octobre 1958 à Manhattan, Viggo Peter Mortensen Jr. est le fils d'un fermier danois et d'une new-yorkaise. Après avoir fini ses études, Viggo se met à écrire de la poésie et rêve d'une carrière d'écrivain. Pas de bol, il ne trouve qu'un boulot de serveur et se retrouve, de fil en aiguille, à jouer un fermier amish dans le film Witness (1985). Deux ans plus tard, il joue dans le petit film Salvation (inédit en France), sur le tournage duquel il rencontre Exene Cervenka, la chanteuse du groupe de punk "X". Il l'épouse en 1987, lui fait un enfant prénommé Michael et en Ve veux du Viggo d'agneau !
Ve veux du Viggo d'agneau !
divorcera en 1998.

Dans les années 90, Viggo Mortensen s'illustre chez quelques grands cinéastes comme Sean Penn (Indian runner, 1991), Brian de Palma (L'impasse, 1993), Jane Campion (Portrait de femme, 1996) ou encore Ridley Scott (dans le tristement célèbre A armes égales, 1997). En 1998, il tient à la fois un des rôles principaux de Psycho, le remake du Psychose d'Alfred Hitchcock, et un de ceux de Meurtre parfait, remake du Crime était presque parfait... d'Alfred Hitchcock !

Mais c'est à partir de 2001 que le public retient son nom et son visage, grâce à son rôle d'Aragorn dans la trilogie du Seigneur des anneaux. Il y remplaçait au pied levé Stuart Townsend, initialement choisi pour le rôle. Après ce tournage marathon, on l'a essentiellement vu dans deux films de David Cronenberg au succès critique et public : A history of violence (2005) et Les promesses de l'ombre (2007).

Partager cet article

0 commentaires

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein cinéma, c'est l'actualité et les critiques de films qui sortent au cinéma, en dvd et en bluray .

Des grands classiques aux films d'actions hollywoodiens. Pas de tabous chez Krinein cinéma, hormis, peut-être, les films français qui sont trop souvent oubliés.

Rubriques