Biographie de Valérie Lemercier

Née le 9 mars 1964 à Dieppe en Normandie, Valérie Lemercier grandit avec ses trois soeurs et leurs parents agriculteurs. Sa fibre comique l'incite à se lancer dans les cours de théâtre à 18 ans : elle monte à Paris, et galère quelques années avant d'être repérée par Jean-Michel Ribes, qui lui confie un rôle dans sa courte mais culte série Palace (1988). Elle passe alors au grand écran sous la caméra de Jean-Marie Poiré et en compagnie de Jean Reno et Christian Clavier, d'abord dans L'opération corned beef (1990), puis dans Les visiteurs (1993) où elle interprète Dame Frénégonde et sa descendante snobe Béatrice de Montmirail : elle décroche alors le César du Meilleur Röle Secondaire. Elle ne rempilera
pourtant pas dans la suite de 1998, laissant Muriel Robin s'embourber à sa place dans la cinématographie devenue lourdingue de Poiré.

En 1997, Valérie Lemercier se lance dans la réalisation en adaptant la pièce de Sacha Guitry Quadrille. Elle réédite l'expérience en 1999 avec Le derrière, dans lequel elle joue une femme qui joue un homme, puis en 2005 avec Palais Royal, une comédie moins originale mais qui remporte un franc succès public.

Valérie Lemercier n'oublie pas pour autant de jouer chez les autres, avec une vivacité et un bon goût qui la rendent aussi appréciable chez Gérard Jugnot (Casque bleu, 1994) que chez Etienne Chatiliez (Agathe Cléry, 2008). En 2008, elle retrouve Jean-Michel Ribes pour le film choral Musée haut musée bas. En 2009, on la voit dans Neuilly sa Mère et Le Petit Nicolas.

Partager cet article

0 commentaires

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein cinéma, c'est l'actualité et les critiques de films qui sortent au cinéma, en dvd et en bluray .

Des grands classiques aux films d'actions hollywoodiens. Pas de tabous chez Krinein cinéma, hormis, peut-être, les films français qui sont trop souvent oubliés.

Rubriques