Biographie de Tony Curtis

Tony fiant ?
Tony fiant ?
Né le 3 juin 1925 dans le Bronx à New York, Bernard Schwartz adopte le pseudonyme plus passe-partout de Tony Curtis pour commencer sa carrière de comédien à partir de 1949.

Après quelques rôles secondaires et un vrai personnage dans le western Winchester 73 (1950), il devient assez populaire dans les années 50 et 60 pour ses rôles de jeune homme enthousiaste, aussi bien dans les comédies (Certains l'aiment chaud en 1959, Au revoir Charlie en 1964) que dans les films d'aventure (Les Vikings en 1958, Spartacus en 1960) ou les polars (L'étrangleur de Boston en 1968). Homme à femmes (on lui connaît des liaisons avec Natalie Wood et Marilyn Monroe), il se pose de 1951 à 1962 avec Janet Leigh et devient en 1956 et 1958 le père de Kelly Curtis et Jamie Lee Curtis, qui seront actrices à leur tour (la deuxième avec plus de succès que la première). Il se remariera cinq fois par la suite, et aura six enfants en tout.

Tony truand ?
Tony truand ?
En 1971, il marque les esprits en partageant avec Roger Moore la vedette d'une série télé courte mais savoureuse : Amicalement vôtre (The Persuaders).

Par la suite, il se spécialise dans les nanars (Momie : La résurrection, L'homme-homard venu de Mars...) et les apparitions télévisées relax (Perry Mason, Tarzan à Manhattan, Lois & Clark, Les experts), tout en consacrant l'essentiel de son temps à la peinture. En avril 2008, il participe ainsi à une vente de ses tableaux à Paris.

Il est mort le 30 septembre 2010 d'un arrêt cardiaque.

Partager cet article

0 commentaires

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein cinéma, c'est l'actualité et les critiques de films qui sortent au cinéma, en dvd et en bluray .

Des grands classiques aux films d'actions hollywoodiens. Pas de tabous chez Krinein cinéma, hormis, peut-être, les films français qui sont trop souvent oubliés.

Rubriques