Biographie de Timothy Dalton

Né le 21 mars 1944 à Colwyn Bay, le Gallois Timothy Peter Dalton est repéré très tôt par les producteurs de James Bond, qui veulent lui donner le rôle lors du premier départ de Sean Connery, en 1969. Du haut de ses 25 ans, Dalton lui-même s'estime trop jeune, et le rôle va finalement à George Lazenby (30 ans à l'époque). A la place, Dalton s'en va jouer le rôle de Heathcliff dans Les hauts de Hurlevent (1970).


Après une carrière discrète dont les points forts sont ses rôles de Prince Barin dans Flash Gordon (1980) et celui de l'empereur Marc-Antoine dans un téléfilm sur Cléopâtre (1983), James Bond se rappelle à lui lorsqu'il s'avère que Pierce Brosnan ne pourra pas l'incarner dans Tuer n'est pas jouer en 1987. Timothy Dalton devient donc l'agent 007 dans ce film et le suivant, Permis de tuer (1989), mais le grand public s'habitue mal à sa personnalité sombre qui contraste avec le tempérament blagueur du Roger Moore qui l'a précédé.

Après avoir quitté la peau de l'agent secret, Timothy Dalton retourne à un relatif anonymat ; on le voit dans Rocketeer (1991), il joue Rhett Butler dans le téléfilm Scarlett (1994) qui propose ambitieusement une suite à Autant en emporte le vent, il retrouve Cléopâtre dans un téléfilm de 1999 où il joue cette fois Jules César, et s'autoparodie dans Les Looney Tunes passent à l'action dans le rôle de Damien Drake, un espion déguisé en acteur. On le retrouve en 2007 dans la comédie Hot Fuzz, toujours en forme, et en 2010 dans The Tourist avec Johnny Depp et Angelina Jolie.

Partager cet article

0 commentaires

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein cinéma, c'est l'actualité et les critiques de films qui sortent au cinéma, en dvd et en bluray .

Des grands classiques aux films d'actions hollywoodiens. Pas de tabous chez Krinein cinéma, hormis, peut-être, les films français qui sont trop souvent oubliés.

Rubriques