Biographie de Terry Gilliam

Membre du groupe aujourd'hui dissous des Monty Python, également constitué de Graham Chapman, John Cleese, Eric Idle, Terry Jones et Michael Palin.

Terry Gilliam a froid
Terry Gilliam a froid
Né le 22 novembre 1940, Terence Vance Gilliam débute dans Playboy en tant que dessinateur, avant de passer le cap de la télévision comme animateur de cartoons pour le show de Marty Feldman. A partir de 1969, il assure les dessins animés du Monty Python's flying circus, dont il écrit les épisodes avec les cinq autres membres. Il apparaît peu comme acteur cependant, malgré son physique si particulier.

Lorsque les Monty Python passent au long métrage en 1974 avec Sacré Graal, Gilliam y voit une occasion rêvée de se faire les dents sur la réalisation. Il se partage le boulot avec Terry Jones : ce dernier s'occupe de diriger les acteurs tandis que Gilliam se concentre sur le côté technique. Sur les deux films suivants des Python, Terry Jones assurera seul la réalisation, Gilliam préférant se concentrer sur ses projets personnels.

Lesdits projets ont dans un premier temps une saveur assez "Monty Python" : Jabberwocky (1978) et Bandits bandits (1981) sont d'amusantes fantaisies historico-fantastiques mais ne recèlent que les germes du génie gilliamien. Celui-ci n'éclatera que dans Brazil (1984), le chef d'oeuvre dont son auteur ne se relèvera jamais complètement, et qui lui demanda une lutte acharnée contre les studios Universal, responsables d'une première version remontée contre l'accord du réalisateur. Ayant obtenu gain de cause à la suite d'un féroce débat public dans la presse, Gilliam commença à s'attirer l'inimitié des gros studios.

Terry Gilliam est schizophrène
Terry Gilliam est schizophrène
En 1987, cette inimitié est aggravée par le tournage catastrophique des Aventures du baron de Münchausen, un gouffre financier qui ne cessa d'être reporté, jusqu'à ce que les producteurs décident de saboter la promotion de la sortie pour limiter les frais. Le film reste à ce jour largement déficitaire, malgré son relatif succès en Europe.

Terry Gilliam tourne son film suivant en 1991 : Fisher King, d'ampleur plus modeste, est le premier scénario qu'il réalise sans l'avoir écrit. Dans un registre comparable mais plus tourné vers la science-fiction, il réalise L'armée des 12 singes quatre ans plus tard avec Bruce Willis et Brad Pitt. Il retourne au scénario et au délire complet en 1998 avec Las Vegas Parano, adapté du livre de Hunter S. Thompson.

De 2000 à 2002, Terry Gilliam confirme son statut de réalisateur maudit en se lançant dans le projet L'homme qui tua Don Quichotte, avec Johnny Depp et Jean Rochefort. Miné par les avaries climatiques et les déboires financiers, le tournage finit par être annulé. Il en résultera le documentaire Lost in La Mancha.

En 2005, Terry Gilliam tourne coup sur coup un film très commercial et un film ultra-personnel : Les frères Grimm avec Heath Ledger et Matt Damon, et Tideland avec Jeff Bridges. Ce qui lui permet de se reconstituer financièrement et artistiquement, une démarche qui débouche sur L'imaginarium du Docteur Parnassus en 2009... Encore un film maudit, puisque la vedette Heath Ledger meurt avant la fin du tournage ; Gilliam, jamais à court de ressources, engage Johnny Depp, Colin Farrell et Jude Law pour compléter le rôle inachevé.

Parmi les projets que Gilliam a refusés, on peut citer Qui veut la peau de Roger Rabbit, La famille Addams, Forrest Gump et Troie. Parmi ceux qu'il a abandonnés après avoir travaillé dessus, on trouve Bandits bandits 2, The defective detective (coécrit avec Richard Lagravenese), Watchmen (d'après la bd d'Alan Moore) et Good omens (d'après le livre de Terry Pratchett et Neil Gaiman).

Il se prépare actuellement à reprendre la production de Don Quichotte...

Partager cet article

0 commentaires

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein cinéma, c'est l'actualité et les critiques de films qui sortent au cinéma, en dvd et en bluray .

Des grands classiques aux films d'actions hollywoodiens. Pas de tabous chez Krinein cinéma, hormis, peut-être, les films français qui sont trop souvent oubliés.

Rubriques