Biographie de Terence Stamp

Né le 22 juillet 1939 à Londres, Terence Stamp est le frère de Chris Stamp, créateur du label Track Records et ancien producteur des Who et de Jimi Hendrix. Terence commence à être connu dès les années 60, à la fois pour ses performances d'acteur dans des films comme L'obsédé (William Wyler, 1965), Modesty Blaise (Joseph Losey, 1966), Pas de larmes pour Joy (Ken Loach, 1967) ou Théorème (Pasolini, 1969) et pour sa capacité à sortir avec les actrices les plus cotées du moment (Julie Christie, Jean Shrimpton, Brigitte Bardot).

Un acteur timbré
Un acteur timbré
Après un voyage de 10 ans en Inde, il revient à l'écran dans Superman I et II (Richard Donner, 1978 et Richard Lester, 1980), où il interprète le vilain général Zod. On le retrouve ensuite dans The Hit (Stephen Frears, 1984), puis il se fait à nouveau discret durant 10 ans.

En 1994, Terence Stamp revient sur le devant de la scène avec la comédie australienne Priscilla folle du désert. Il endosse alors quelques rôles taillés sur mesure (Tiré à part de Bernard Rapp en 1996, L'Anglais de Steven Soderbergh en 1999), puis devient un second rôle prestigieux dans bon nombre de productions de gros calibres : Star Wars épisode I : La menace fantôme (George Lucas, 1999), Elektra (Rob Bowman, 2005), Mr & Mrs Smith (Doug Liman, 2005), Max la Menace (Peter Segal, 2008), Wanted (Timur Bekmambetov, 2008), Walkyrie (Bryan Singer, 2008). Par fidélité à Superman, il participe également à la série Smallville, où il incarne vocalement Jor-El, le défunt père de Clark.

Partager cet article

0 commentaires

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein cinéma, c'est l'actualité et les critiques de films qui sortent au cinéma, en dvd et en bluray .

Des grands classiques aux films d'actions hollywoodiens. Pas de tabous chez Krinein cinéma, hormis, peut-être, les films français qui sont trop souvent oubliés.

Rubriques