Biographie de Terence Hill

Site officiel 

Né le 29 mars 1939 à Venise, Mario Girotti est moitié Italien moitié Allemand, ce qui explique sa blondeur et ses yeux bleus. Après avoir navigué dans bon nombre de productions italiennes et allemandes des 1953 (il joue entre autres dans plusieurs peplum, et tient un petit rôle dans Le guépard de Luchino Visconti), il est remarqué par les producteurs de western pour sa ressemblance avec Franco Nero, l'interprète de Django. Il se voit donc confier le rôle d'un cow-boy appelé Cat Stevens dans trois westerns consécutifs : Dieu pardonne moi pas (1967), Quatre de l'avé Maria (1968) et Griffe pour griffe (1969), trois films où il partage l'affiche avec un gros barbu bougon nommé Bud Spencer ; il incarne même Django lui-même dans Django, prépare ton cercueil (1968). En 1970 et 1971, c'est à nouveau avec Bud Spencer qu'il tourne le diptyque qui fera sa gloire : On l'appelle Trinita et On continue à l'appeler Trinita. Lourdingues et mal rythmés, ces deux westerns spaghetti portent pourtant au pinacle le duo Hill/Spencer, au point de voir les quatre films précédemment cités réédités sous les titres respectifs de Trinita pardonne moi pas, Du soleil dans la tête de Trinita, Trinita va tout casser et Trinita prépare ton cercueil ! Quant à son western de 1970 La Collera del vento, il sort directement sous le titre de Trinita voit rouge.

Une fois établi comme icône du western spaghetti, Terence Hill (pseudonyme américanisé qu'il adopte dès 1968) fait face à la légende Henry Fonda dans le culte Mon nom est Personne (1973) écrit et produit par Sergio Leone. C'est la The fool on the hill
The fool on the hill
consécration, et un rôle (Personne !) auquel l'acteur ne trouvera aucun équivalent dans sa carrière. Il tente la pseudo-suite deux ans plus tard, avec Un génie, deux associés, une cloche, mais le résultat s'avère tristement insatisfaisant. Il passe donc les dix années suivantes à reformer son duo avec Bud Spencer, pour des films aux titres aussi hautement intellectuels que Les deux super flics, Quand faut y aller faut y aller ou Salut l'ami, adieu le trésor. Cette formule de la baffe et de l'antagonisme comique, il la reporte sur une adaptation de Don Camillo (1983) qu'il réalise lui-même, puis tente de l'inculquer à son fils cadet Ross Hill dans Renegade (1987) ; celui-ci mourra tragiquement en 1990 dans un accident de la route. Le fils aîné de Terence et Lori Hill, Jess, apparaît dans quatre des films de son père.

En 1991, Terence Hill s'approprie le personnage de bande dessinée Lucky Luke, qu'il incarne dans un film et une courte série télé ; son interprétation est essentiellement une version clean de Trinita / Personne. Après avoir retrouvé son compère Bud Spencer en 1994 dans Petit Papa Baston, il se tourne vers la télévision, où il joue le curé enquêteur Don Matteo de 2000 à 2008. En 2009, il remonte en selle pour un western destiné à la télévision qu'il coréalise : Doc West.

Partager cet article

0 commentaires

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein cinéma, c'est l'actualité et les critiques de films qui sortent au cinéma, en dvd et en bluray .

Des grands classiques aux films d'actions hollywoodiens. Pas de tabous chez Krinein cinéma, hormis, peut-être, les films français qui sont trop souvent oubliés.

Rubriques