A DECOUVRIR

Biographie de Stanley Kubrick

Né le 26 juillet 1928 à New York, Stanley Kubrick se tourne assez jeune vers la photographie : à 13 ans, son père lui offre un appareil photo qu'il ne quittera plus. Après quelques courts métrages documentaires (Flying Padre), il s'essaye au long métrage et tourne Fear and Desire en 1953. Mécontent du résultat a posteriori, il s'escrimera au cours de sa vie à retrouver les copies du film et à les détruire. Peine perdue : un DVD italien sortira après sa mort en 2008.

En 1955, il réalise le polar Le baiser du tueur (Killer's Kiss), sorte de galop d'essai pour son film noir de l'an suivant : L'ultime razzia (The Killing) ; la structure déconstruite du récit et le traitement du hold-up inspireront de façon évidente le Quentin Tarantino de Reservoir Dogs (1992).


En 1957, Kubrick est choisi par la vedette Kirk Douglas pour réaliser le film de guerre Les sentiers de la gloire. Leur collaboration se passe bien, et Douglas fait à nouveau appel à lui en 1960 lorsque le réalisateur du peplum Spartacus, Anthony Mann, quitte le projet ; Kubrick tourne pour la première fois en couleurs, avec un large budget, mais n'a pas le sentiment de livrer une oeuvre personnelle, et reniera le film plus tard.

En 1962 et 1964, l'acteur Peter Sellers prêtera son humour étrange à un drame et une comédie, tous deux en noir et blanc : Lolita (adapté du roman de Vladimir Nabokov) et Docteur Folamour. Dans le deuxième, Sellers interprète les trois rôles principaux, éclipsant quelque peu avec sa performance l'humour noir et ravageur de Kubrick.

Le cinéaste s'attaque alors à un phénoménal projet de science-fiction en compagnie de l'auteur Arthur C. Clarke : 2001 l'odyssée de l'espace. Le tournage s'éternise au point que la presse demande en plaisantant si 2001 est le titre ou la date de sortie ; le film sort finalement en 1968, et s'impose immédiatement comme un chef-d'oeuvre du cinéma. Kubrick enchaîne avec un projet moins coûteux mais incroyablement dérangeant : l'adaptation du roman d'Anthony Burgess Orange mécanique (1971). Le film fait scandale et sa diffusion est interdite dans plusieurs pays. Le réalisateur clôt sa "trilogie du destin" avec le film historique Barry Lyndon en 1975.

Resté absent des écrans durant cinq ans, le nom de Stanley Kubrick revient en 1980, sur l'affiche de Shining, adapté du romancier à succès Stephen King ; dans
le rôle du fou, Jack Nicholson fait un malheur. Mais le cinéaste s'efface à nouveau, durant sept ans cette fois ; on le retrouve en 1987, pour le film de guerre Full Metal Jacket dont le public retient essentiellement la première partie, dominée par la présence d'un instructeur sadique interprété par R. Lee Ermey.

Stanley Kubrick meurt en Angleterre le 7 mars 1999 à 70 ans, alors qu'il termine la post-production de son dernier film Eyes Wide Shut avec Tom Cruise et Nicole Kidman. Il ne verra pas le film fini, ni l'année 2001, ni le développement de trois projets qui lui tenaient à coeur : une biographie de Napoléon, un film sur l'Holocauste appelé Aryan Papers et une histoire d'intelligence artificielle ; le troisième sera repris et développé par Steven Spielberg, qui en tirera A.I. en 2001.

Kubrick a été marié trois fois, dont deux brièvement avant de rencontrer Christiane, avec qui il passa les quarante dernières années de sa vie. Discret et soucieux de préserver sa vie privée, il ne laissait pas circuler beaucoup de photos, à tel point qu'un imposteur réussit à se faire passer pour lui durant plusieurs années (voir le film tourné à ce sujet avec John Malkovich : Appelez-moi Kubrick).

Partager cet article

0 commentaires

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Rubriques