Biographie de Sergio Leone

Né le 3 janvier 1929 à Rome d'une mère actrice et d'un père cinéaste, Sergio Leone fait ses premières armes comme assistant réalisateur sur un paquet de films de 1946 à 1962 - essentiellement des peplums comme Quo Vadis, Les derniers jours de Pompei et Sodome et Gomorrhe. En 1961, il réalise le sien, Le colosse de Rhodes, un premier film qui ne laisse pas spécialement présager du génie de son auteur.

Sergio Leone
Sergio Leone
Mais en 1964, sous le nom américanisé de Bob Robertson (en hommage à son père qui signait Roberto Roberti), Leone réalise Pour une poignée de dollars, un western d'un genre nouveau qui révéla aux spectateurs du monde entier le visage de Clint Eastwood et la musique de Ennio Morricone. Le film donna naissance à la mouvance du western spaghetti, dont le représentant le plus éminent resta Leone lui-même, qui fit encore tourner Clint Eastwood dans Et pour quelques dollars de plus et Le bon, la brute et le truand.

Tourné en 1969, Il était une fois dans l'ouest dépasse les limites du western spaghetti, et entame un nouveau cycle pour le réalisateur, qu'il complètera avec Il était une fois la révolution (1971) et Il était une fois en Amérique (1984) avec Robert De Niro.

Sergio Leone mourra d'une crise cardiaque en 1989, ne laissant malheureusement derrière lui que 7 films, dont 5 westerns. Officiellement du moins, car il est de notoriété publique qu'il fut en grande partie aux commandes de Mon nom est personne (1973) et Un génie, deux associés, une cloche (1975), tous les deux avec Terence Hill.

Partager cet article

0 commentaires

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein cinéma, c'est l'actualité et les critiques de films qui sortent au cinéma, en dvd et en bluray .

Des grands classiques aux films d'actions hollywoodiens. Pas de tabous chez Krinein cinéma, hormis, peut-être, les films français qui sont trop souvent oubliés.

Rubriques