Biographie de Sergio Castellitto

Né le 18 août 1953 à Rome, Sergio Castellitto commence sa carrière au théâtre en jouant du Shakespeare, avant d'apparaître à l'écran en 1981 dans Carcerato de Alfonso Brescia. Depuis, il a navigué entre la France et l'Italie, tournant aussi bien pour Ettore Scola (La famiglia, 1987) ou Marco Ferreri (La Carne, 1991) que pour Luc Besson (Le grand bleu, 1988, ou plus récemment la voix du chef de gare dans Arthur et les Minimoys, 2006) ou Laetitia Masson (A vendre, 1998). On le verra prochainement dans
DR.
le deuxième film du Monde de Narnia, et dans une production italienne sobrement intitulée... Italians (de Giovanni Veronesi, sortie prévue en janvier 2009).

En parallèle de sa carrière d'acteur, Sergio Castellitto s'est essayé plusieurs fois à l'écriture et à la réalisation : d'abord en 1986, date à laquelle il coécrit Sembra morto... ma è solo svenuto avec Gianni di Gregorio, puis treize ans plus tard avec Libero Burro (1999), dans lequel il se met lui-même en scène aux côtés de Michel Piccoli et Chiara Mastroianni. Il rééditera l'expérience en 2004 avec A corps perdus (Non ti muovere), un film salué dans plusieurs festivals où il partage l'affiche avec Penélope Cruz. 2004 est d'ailleurs une année chargée pour Sergio puisqu'il scénarise deux téléfilms adaptés de l'oeuvre de Simenon, dans lesquels il interprète lui-même Maigret.

Il est marié à Margaret Mazzantini depuis 1987, et le couple a eu quatre enfants entre 1992 et 2006.

Partager cet article

0 commentaires

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein cinéma, c'est l'actualité et les critiques de films qui sortent au cinéma, en dvd et en bluray .

Des grands classiques aux films d'actions hollywoodiens. Pas de tabous chez Krinein cinéma, hormis, peut-être, les films français qui sont trop souvent oubliés.

Rubriques