Biographie de Robert Duvall

Né le 5 janvier 1931 à San Diego en Californie, Robert Selden Duvall est le fils d'un militaire de carrière. Après son propre service militaire, c'est pourtant vers le théâtre que Robert se tourne : il suit les cours de la Neighborhood Playhouse School à New York et fait de la colocation avec Dustin Hoffman et Gene Hackman.

Après le théâtre et les séries télé, c'est en 1962 qu'il décroche son premier rôle sur le grand écran : celui de Boo Radley dans Du silence et des ombres (To kill a mockingbird). Les années suivantes sont celles du retour à la télévision, mais
on croise à nouveau Robert Duvall dans Bullitt (1968), Cent dollars pour un shérif (1969) ou encore MASH (1970).

Les années 70 lui permettent de se faire connaître : il tient le rôle principal du film de George Lucas THX 1138 (1971), joue dans Le Parrain 1 et 2 de Francis Ford Coppola (1972), interprète le docteur Watson dans Sherlock Holmes attaque l'Orient-Express (1976), et s'impose surtout en 1979 dans Apocalypse Now, où il joue le Lieutenant Colonel Bill Kilgore qui aime l'odeur du napalm.

Par la suite, il continue d'interpréter des rôles forts, avec une composante de plus en plus paternelle en raison de son âge grandissant. Ces dernières années, on l'a notamment apprécié dans le western Open range (2003) et le drame policier La nuit nous appartient (2007).

Il a été marié quatre fois, dont la dernière en 2004 à la réalisatrice-scénariste Luciana Pedraza, de 31 ans sa cadette.

Partager cet article

0 commentaires

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein cinéma, c'est l'actualité et les critiques de films qui sortent au cinéma, en dvd et en bluray .

Des grands classiques aux films d'actions hollywoodiens. Pas de tabous chez Krinein cinéma, hormis, peut-être, les films français qui sont trop souvent oubliés.

Rubriques