Biographie de Quentin Tarantino

Né le 27 mars 1963 d'une mère de 16 ans, Quentin Jerome Tarantino passe sa jeunesse à ingurgiter toutes sortes de films. Un vice qui le poussera à travailler dans un vidéo club où il parfait sa culture cinématographique déjà immense à coup de vidéocassettes parfois bien obscures.

Q
La tête de Q
En 1992, il parvient à faire produire son premier long métrage : Reservoir dogs remporte un succès immédiat, et fait de Tarantino un réalisateur ultra-coté et un scénariste vendeur. Les studios en profitent pour lancer la réalisation de ses scénarios précédents : True Romance et Tueurs-nés, respectivement réalisés par Tony Scott et Oliver Stone.

En 1994, Tarantino remporte la Palme d'Or au Festival de Cannes avec son deuxième film, Pulp Fiction.

Par la suite, il se fera plus rare derrière la caméra, préférant apparaître comme acteur dans de petits rôles. Ses réalisations suivantes seront Jackie Brown (1998), Kill Bill 1 et 2 (2003-2004), Boulevard de la mort (2007), la première partie du programme Grindhouse fomenté avec son ami Robert Rodriguez (avec qui il avait déjà travaillé sur Une nuit en enfer et Sin City), et Inglourious Basterds (2009), situé durant la Seconde Guerre Mondiale.

Fan de séries télé, Tarantino s'est glissé derrière la caméra pour un épisode d'Urgences (Maternité, saison 1), un autre de Jimmy Kimmel Live! (laissez tomber, ça n'existe pas en France), et le double épisode final de la saison 5 des Experts.

En 2004, il est Président du Jury au Festival de Cannes. En 2011, la France lui décerne un César d'Honneur pour l'ensemble de sa carrière.

Partager cet article

0 commentaires

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein cinéma, c'est l'actualité et les critiques de films qui sortent au cinéma, en dvd et en bluray .

Des grands classiques aux films d'actions hollywoodiens. Pas de tabous chez Krinein cinéma, hormis, peut-être, les films français qui sont trop souvent oubliés.

Rubriques