Biographie de Michel Blanc

Faisait partie de la troupe du Splendid avec Josiane Balasko, Gérard Jugnot, Thierry Lhermitte, Christian Clavier et Marie-Anne Chazel.

Avec moustaches
Avec moustaches
Né le 16 avril  1952 à Courbevoie, Michel Blanc rencontre ses compagnons de scène au lycée Pasteur de Neuilly. Ensemble, ils jouent et écrivent les pièces Amours, coquillages et crustacés et Le père Noël est une ordure, qui sont des succès sur scène et font l'objet d'adaptations cinématographiques respectivement réalisée par Patrice Leconte et Jean-Marie Poiré. Les deux films (1978 et 1982) deviennent cultes, et si Michel Blanc ne fait qu'une voix au téléphone dans le deuxième, il devient célèbre pour son rôle de Jean-Claude Dusse dans les Bronzés, qu'il reprendra dans Les bronzés font du ski (1979) et Les bronzés 3 (2006).

En parallèle de sa carrière d'acteur, où il promène son personnage de clown angoissé (un "numéro de Woody Allen franchouillard", selon le personnage de Carole Bouquet dans Grosse fatigue), Michel Blanc Avec lunettes
Avec lunettes
s'essaie plusieurs fois avec succès à la réalisation : dès 1984 dans Marche à l'ombre, puis en 1994 avec Grosse fatigue, en 1999 avec Mauvaise passe et en 2002 avec Embrassez qui vous voudrez.

Outre ses diverses collaborations avec Patrice Leconte en dehors des films du Splendid (Viens chez moi j'habite chez une copine, Monsieur Hire), Blanc a tourné avec Bertrand Blier (Tenue de soirée, 1986), Roberto Benigni (Le monstre, 1994)André Téchiné (Les témoins, 2007) ou encore Alain Corneau (Le deuxième souffle, 2007).

Partager cet article

0 commentaires

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein cinéma, c'est l'actualité et les critiques de films qui sortent au cinéma, en dvd et en bluray .

Des grands classiques aux films d'actions hollywoodiens. Pas de tabous chez Krinein cinéma, hormis, peut-être, les films français qui sont trop souvent oubliés.

Rubriques