Biographie de Mathieu Kassovitz

Né le 3 avril 1967 à Paris, Mathieu Kassovitz est le fils du réalisateur Peter Kassovitz et de la monteuse Chantal Rémy. Lui-même réalisateur, il tourne les courts métrages Fierrot le pou (1990), Métisse et Assassin(s), et se découvre du même coup une vocation d'acteur.


En 1995, il crée l'évènement avec son film La haine, qui traite avec esthétisme du sujet chaud des banlieues parisiennes. Vincent Cassel, interprète principal et lui aussi "fils de" (Jean-Pierre), se retrouve également sur le devant de la scène. En 1997, Kassovitz adapte en long métrage son propre court Assassin(s), dans lequel il se met en scène aux côtés de Michel Serrault. Le film est un bide, et semble être le déclencheur de la carrière "commerciale" qui s'ensuivra. Pas comme acteur, puisqu'on le trouve dans La fabuleux destin d'Amélie Poulain de Jean-Pierre Jeunet (2001) et dans Amen de Costa-Gavras (2002) et même dans l'atypique Munich de Steven Spielberg (2006) ; mais comme réalisateur, rompu à l'adaptation de best-seller policier (Les rivières pourpres, 2000) et à la mise en image de produit hollywoodien préformaté (Gothika, 2004 ; Babylon A.D., 2008).

Partager cet article

0 commentaires

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein cinéma, c'est l'actualité et les critiques de films qui sortent au cinéma, en dvd et en bluray .

Des grands classiques aux films d'actions hollywoodiens. Pas de tabous chez Krinein cinéma, hormis, peut-être, les films français qui sont trop souvent oubliés.

Rubriques