Biographie de Mathieu Amalric

Né le 25 octobre 1965 à Neuilly sur Seine, Mathieu Amalric est le fils de deux journalistes, l'un à Libération et l'autre au Monde. Assez jeune, il fréquente les plateaux de cinéma où il exerce divers métiers. En 1996, il se fait remarquer en L'Amalric, je veux l'avoir et je l'aurai
L'Amalric, je veux l'avoir et je l'aurai
tant qu'acteur dans deux films : Le journal d'un séducteur de Danièle Dubroux et Comment je me suis disputé... ma vie sexuelle d'Arnaud Desplechin. Avec son air d'intello précieux, il attire alors des réalisateurs comme André Téchiné (Alice et Martin) ou Olivier Assayas (Fin août début septembre). Il retrouve Desplechin en 2004 pour Rois et reines, et en 2008 pour Un conte de Noël.

A partir de 2005, c'est la gloire : on le croise en second rôle chez Spielberg (Munich), il décroche le César du meilleur acteur (Le scaphandre et le papillon, 2007), s'en va jouer les grands méchants chez James Bond (Quantum of Solace, 2008) incarne le roi de l'évasion François Besse aux côtés de Vincent Cassel (Mesrine : l'ennemi public n°1), et rejoint le casting d'Adèle Blanc-Sec en 2010.

Il s'est également essayé plusieurs fois à la réalisation : après quelques courts métrages, il tourne Mange ta soupe en 1997, Le stade de Wimbledon en 2001, La chose publique en 2003 et Tournée en 2010, qui lui vaut le prix de la Mise en Scène au Festival de Cannes.

Partager cet article

0 commentaires

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein cinéma, c'est l'actualité et les critiques de films qui sortent au cinéma, en dvd et en bluray .

Des grands classiques aux films d'actions hollywoodiens. Pas de tabous chez Krinein cinéma, hormis, peut-être, les films français qui sont trop souvent oubliés.

Rubriques