Biographie de Luc Besson

Luc Besson
Luc Besson
Luc Besson l'avait dit : il ne réalisera que 10 films dans sa vie. Ce qui aurait voulu dire que la saga Arthur et les Minimoys (il considère que les trois films n'en forment qu'un) aurait scellé sa carrière derrière la caméra, commencée en 1983 avec Le dernier combat. On peut lister ses huit films intermédiaires : Subway (1985), Le grand bleu (1988 - son premier énorme succès, dans lequel il déclare son amour au monde sous-marin), Nikita (1990), Atlantis (1991 - son seul vrai gros bide), Léon (1994), Le cinquième élément (1997), Jeanne d'Arc (1999), et Angel-A (2005). Revenant finalement sur sa décision, il franchit allègrement le cap des dix films en réalisant en 2010 une adaptation de la bande dessinée de Jacques Tardi Adèle Blanc-Sec.

Une filmographie cohérente et éclectique, que Besson a néanmoins cru bon d'entacher d'une activité de producteur / scénariste plutôt contestable dans les années 2000, consistant essentiellement à promouvoir un cinéma français basé sur l'action, l'humour beauf, les clichés grassouillets et la musique djeunz. La saga des Taxi, symbolique de cette production, a montré une évolution sensible de 1998 à 2007, passant du divertissement léger à la comédie franchement lamentable. Il semblerait d'ailleurs que Taxi 4 ait refroidi Besson, qui a ralenti la cadence. On a néanmoins essuyé un laborieux Transporteur 3 en 2008, et une suite de Banlieue 13 en 2009.

Partager cet article

0 commentaires

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein cinéma, c'est l'actualité et les critiques de films qui sortent au cinéma, en dvd et en bluray .

Des grands classiques aux films d'actions hollywoodiens. Pas de tabous chez Krinein cinéma, hormis, peut-être, les films français qui sont trop souvent oubliés.

Rubriques