Biographie de Jude Law

Né le 29 décembre 1972 à Lewisham, près de Londres, David Jude Law commence sa carrière d'acteur à 12 ans, et abandonne complètement l'école à 17. Apparu à la télévision anglaise dans la sitcom Families et la série Sherlock Holmes avec Jeremy Brett, il se fraie un chemin jusqu'à Hollywood, décrochant finalement en 1997 les deux rôles qui le révèlent : l'un chez Clint Eastwood (Minuit dans le jardin du bien et du mal), l'autre chez Andrew Niccol (Bienvenue à Gattaca). Sa gueule d'ange et son talent ayant séduit les hommes comme les femmes, on le retrouve en simili-vampire dans La sagesse des crocodiles (1998), en gamer La loi, c'est moi
La loi, c'est moi
malgré lui dans eXistenz de David Cronenberg (1999), et en manipulateur dans Le talentueux M. Ripley de Anthony Minghella (2000).

Echappant à son image de beau gosse, il se transforme en robot dans A.I. de Steven Spielberg (2001) et en tueur difforme dans Les sentiers de la perdition de Sam Mendes (2002). Il joue également de son image, en incarnant Errol Flynn dans Aviator de Martin Scorsese (2004). Il retrouve Minghella pour Cold Mountain (2003), tourne avec Kenneth Branagh (Le limier en 2007). En 2009, il aide Terry Gilliam à terminer L'Imaginarium du docteur Parnassus malgré la mort de Heath Ledger, et interprète le docteur Watson aux côtés de Robert Downey Jr. dans les deux Sherlock Holmes de Guy Ritchie.

Au Festival de Cannes 2011, il intègre le jury présidé par Robert de Niro.

Il a été marié à l'actrice Sadie Frost de 1997 à 2003, a eu trois enfants avec elle mais sort désormais avec Sienna Miller.

Partager cet article

0 commentaires

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein cinéma, c'est l'actualité et les critiques de films qui sortent au cinéma, en dvd et en bluray .

Des grands classiques aux films d'actions hollywoodiens. Pas de tabous chez Krinein cinéma, hormis, peut-être, les films français qui sont trop souvent oubliés.

Rubriques