Biographie de John Carpenter

John Carpenter
John Carpenter
Né le 16 janvier 1948 à Carthage, New York, ce grand être voûté aux allures d'Apaches à la moustache tombante pratique un cinéma un peu revanchard, sec comme un coup de trique et glorifiant les westerns dont il ne manque pas de pleurer la mort prématurée. De fait, il apparaît quelque peu à part dans le circuit, ayant son lot de bides pour des films devenus cultes au fil des ans. Un statut étrange qu'il définit lui même par une phrase devenue célèbre : "En France, je suis un auteur, en Allemagne, je suis un cinéaste. En Grande Bretagne, je suis un réalisateur de film d'horreur. Aux Etats-Unis, je suis un bon à rien". Paradoxe d'un réalisateur à qui l'on doit quelques uns des plus grands films de l'histoire du cinéma d'horreur et de SF, ou tout du moins ceux qui eurent le plus d'influence sur celui-ci. Il a notamment inventé le slasher movie avec Halloween.

John Carpenter, c'est une vingtaine de films et presque autant de bras d'honneur à tout un système où il n'a pas sa place et ne l'aura sans doute jamais. Aux années Reagan, il répondra Invasion Los Angeles. Aux héros propres sur eux, il répondra par Snake Plissken. A la poignée de dollars qu'on voudra bien lui accorder, il répondra par Prince des Ténèbres. Et tout ce que Tarantino aura entrepris avec Kill Bill n'a fait sans doute que sourire en coin l'ami John, lui qui avait fait la même chose 20 ans plus tôt, avec Jack Burton...

Lire le dossier complet sur John Carpenter

Partager cet article

0 commentaires

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein cinéma, c'est l'actualité et les critiques de films qui sortent au cinéma, en dvd et en bluray .

Des grands classiques aux films d'actions hollywoodiens. Pas de tabous chez Krinein cinéma, hormis, peut-être, les films français qui sont trop souvent oubliés.

Rubriques