Biographie de Jean-Pierre Darroussin

Né le 4 décembre 1953 à Courbevoie, Jean-Pierre Darroussin se lance dans le théâtre au lycée, puis entre au Conservatoire en 1976. Après quelques petits rôles dans les années 80, il est révélé par le film de Jean-Marie Poiré Mes meilleurs copains (1989), où son personnage de baba-cool anémique vole la vedette à ses Dard ou sein ?
Dard ou sein ?
compagnons d'écran Christian Clavier, Jean-Pierre Bacri, Gérard Lanvin ou encore Philippe Khorsand. A cette époque, il est déjà un habitué du cinéma de Robert Guédiguian, et le restera par la suite ; on le voit ainsi dans Ki lo sa (1985), Dieu vomit les tièdes (1989), A la vie à la mort (1995), Marius et Jeannette (1997), A la place du coeur (1998), A l'attaque (2000), La ville est tranquille (2000), Marie-Jo et ses deux amours (2002), Mon père est ingénieur (2004), Le voyage en Arménie (2006), Lady Jane (2008) et L'armée du crime (2009).

Dans les années 90 et 2000, sa bouille de victime qui cache son jeu fait le bonheur de multiples comédies souvent douce-amères (Cuisine et dépendances, Un air de famille, Ah si j'étais riche, Le coeur des hommes 1, 2 et 3...), mais Jean-Pierre Darroussin sait également s'illustrer dans le polar noir (Le Poulpe en 1997 - réalisé par Guillaume Nicloux qu'il retrouve en 2010 pour Holiday) ou le thriller angoissant (Feux rouges en 2004).

Il est passé une fois à la réalisation, en 2006, pour Le pressentiment, adapté d'un roman d'Emmanuel Bove.

Partager cet article

0 commentaires

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein cinéma, c'est l'actualité et les critiques de films qui sortent au cinéma, en dvd et en bluray .

Des grands classiques aux films d'actions hollywoodiens. Pas de tabous chez Krinein cinéma, hormis, peut-être, les films français qui sont trop souvent oubliés.

Rubriques