Biographie de George Sanders

George Henry Sanders, gentleman anglais par excellence, naît pourtant le 3 juillet 1906 à Saint-Pétersbourg et se suicide le 25 avril 1972 à Barcelone. Deux sarcasmes caractéristiques d'un homme qui ne manquait ni d'humour ni d'esprit, et qui fut marié à quatre femmes dont deux soeurs (Zsa-Zsa Gabor et Magda Gabor). Son allure flegmatique et son charme goguenard font de lui le Roger Moore du début
des années 40 : une comparaison rétroactive mais imparable, puisqu'il est l'interprète de Simon Templar, dit 'Le Saint' dans cinq films produits par RKO. Il enchaîne avec le rôle de Gay Lawrence, dit 'Le Faucon' dans quatre films du même acabit. A la même époque et la même année (1940), on le voit deux fois chez Alfred Hitchcock, dans l'oscarisé Rebecca et l'excellent Correspondant 17.

Par la suite, George Sanders prend de la bouteille et joue les gentlemen inquiétants dans bon nombre de grands films : Le portrait de Dorian Gray (1945), L'aventure de Mme Muir (1947), Eve (1950), Ivanhoe (1952), Moonfleet (1955), Le village des damnés (1960). Dans les années 60 cependant, il n'est plus qu'une guest star pour séries TV (Batman où il joue Mr. Freeze, Des agents très spéciaux, Daniel Boone, Mission impossible). En 1972, il choisit donc de se donner la mort conformément à ce qu'il avait annoncé à son ami David Niven. Il laissa une note disant « Cher Monde, je m'en vais parce que je m'ennuie. J'ai le sentiment d'avoir vécu assez longtemps. Je vous laisse avec vos soucis dans votre douce fosse d'aisance. Bonne chance. »

Partager cet article

0 commentaires

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein cinéma, c'est l'actualité et les critiques de films qui sortent au cinéma, en dvd et en bluray .

Des grands classiques aux films d'actions hollywoodiens. Pas de tabous chez Krinein cinéma, hormis, peut-être, les films français qui sont trop souvent oubliés.

Rubriques