Biographie de George A. Romero

George A. Romero
George A. Romero
Né dans le Bronx, George Andrews Romero quitte rapidement New York pour Pittsburgh, en Pennsylvanie. Il ne quittera plus les contrées verdoyantes du Pays Amish, au point d'y installer la plupart de ses films. Après des études aux Beaux-Arts, où il a tôt fait de s'y casser les dents, et dans le cinéma, nous le retrouvons finalement à la tête d'une modeste compagnie publicitaire, qu'il fonde avec quelques amis. Une activité qu'il mènera en binôme de sa carrière cinématographique jusqu'en 1973. En 1966, après quelques courts en 8 puis 16 millimètres, notre barbu décide de passer à l'étape supérieure et entreprend de réaliser son premier véritable film, avec son matériel et son équipe. Ce petit long métrage, tourné en 35 millimètres avec une peau de chagrin de 114 000 dollars deviendra un classique de l'épouvante, mais pour l'instant, George et sa bande sont loin de s'en douter. Intitulé Night of the Flesh Eaters, s'inspirant de Carnival of Souls mais aussi du Je suis une Légende de Richard Matheson, Night of the Flesh Eaters, transformé plus tard en Night of the Living Dead, ne décrit ni plus ni moins que l'assaut d'une maison par une horde de zombies.

De ce premier film sorti en 1968 et devenu culte, Romero tirera une saga en cinq volets par l'ajout de Zombie (1978), Le jour des morts vivants (1986), Land of the dead (2005) et Diary of the Dead (2008).
Malgré une filmographie clairsemée, Romero est un des auteurs majeurs du cinéma d'horreur.

Lire l'article complet sur George A. Romero

 

Partager cet article

0 commentaires

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein cinéma, c'est l'actualité et les critiques de films qui sortent au cinéma, en dvd et en bluray .

Des grands classiques aux films d'actions hollywoodiens. Pas de tabous chez Krinein cinéma, hormis, peut-être, les films français qui sont trop souvent oubliés.

Rubriques