Biographie de Dustin Hoffman

Né le 8 août 1937 à Los Angeles, Dustin Lee Hoffman se tourne très jeune vers les cours d'Art Dramatique, dans lesquels il obtient de meilleures notes que dans n'importe quelle autre matière. Etudiant, il est colocataire de Gene Hackman, qu'il connaît depuis l'âge de 18 ans.

Après de nombreuses années de galère sur scène et à la télévision, Dustin
Hoffman décroche en 1967 le rôle principal du Lauréat de Mike Nichols, qui lui vaut d'emblée une nomination à l'Oscar. Très rapidement, il s'impose comme un acteur exceptionnel, capable d'endosser des rôles aussi différents que celui de Ratso dans Macadam Cowboy en 1969 (bing, une nouvelle nomination à l'Oscar), Jack Crabb dans Little Big Man (il joue le rôle du personnage de 17 à 121 ans !), David Sumner dans Les chiens de paille en 1971 (de Sam Peckinpah), Louis Dega dans Papillon en 1973 (au côté de Steve McQueen) ou encore Lenny Bruce dans Lenny en 1974 (encore une nomination à l'Oscar !).

A force d'être nominé aux Oscars, et d'impressionner dans différents registres (le politique Les hommes du président en 1976 avec Robert Redford, le haletant Marathon Man la même année avec Laurence Olivier), il finit par remporter la statuette du meilleur acteur pour Kramer contre Kramer en 1980. Il sera à nouveau nominé en 1983 pour son rôle de comédien déguisé en femme dans Tootsie, mais ne remportera le prix qu'en 1988 pour son rôle d'autiste dans Rain man de Barry Levinson. Souvent accusé d'être difficile et pointilleux, il déclare : « Il n'y a qu'aux acteurs qu'on ose reprocher d'être perfectionnistes. Un cameraman, s'il ne l'est pas, on le vire ! Et c'est pareil pour tous les autres métiers. Si, juste avant de passer sur la table d'opération, on vous disait : "Vous allez adorer ce chirurgien, c'est un type très sympa, vous verrez, il n'est pas du tout perfectionniste !", vous demanderiez tout de suite : "Euh, est-ce que je pourrais avoir un perfectionniste ?" »

Dans les années 90, Dustin Hoffman reste présent mais ses prestations sont
moins remarquées : le capitaine Crochet dans Hook (1992), un loser dans Héros malgré lui (1993), un journaliste dans Mad city (1997) et un producteur dans Des hommes d'influence (1997)... Le grand public retiendra surtout de lui les films-catastrophe Alerte (1995) et Sphere (1998).

A partir de 1999, il devient un second rôle prestigieux, une présence qui donne du piquant aux films mais n'en est plus l'attraction principale. On le voit ainsi dans Jeanne d'Arc (1999), Le maître du jeu (2003), Neverland (2004), Mon beau-père, mes parents et moi et sa suite (2004, 2010), Le parfum (2006) et L'incroyable destin de Harold Crick (2006).

En 2009 cependant, on le retrouve enfin en premier rôle dans la comédie romantique Last chance for love, de l'Anglais Joel Hopkins.

Partager cet article

0 commentaires

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein cinéma, c'est l'actualité et les critiques de films qui sortent au cinéma, en dvd et en bluray .

Des grands classiques aux films d'actions hollywoodiens. Pas de tabous chez Krinein cinéma, hormis, peut-être, les films français qui sont trop souvent oubliés.

Rubriques