Biographie de Cate Blanchett

Née le 14 mai 1969 à Melbourne, l'Australienne Catherine Elise Blanchett suit des études de théâtre et intègre la Sydney Theatre Company, où elle s'illustre au début des années 90. Elle décroche ensuite quelques rôles à la télévision, mais reste une femme de scène, et se fait notamment remarquer pour son interprétation d'Ophélie dans une mise en scène de Hamlet en 1995.

Blanchett va rougir
Blanchett va rougir
En 1997, elle fait ses premiers pas sur le grand écran dans Paradise Road de Bruce Beresford, où Glenn Close tient le premier rôle. L'an d'après, elle joue le rôle-titre de Elizabeth, film sur les premières années de règne de Elizabeth I d'Angleterre ; elle y partage l'affiche avec Joseph Fiennes, Geoffrey Rush et Christopher Eccleston. A partir de ce moment, les réalisateurs se l'arrachent : on la voit chez Sam Raimi (Intuitions, 2000), Barry Levinson (Bandits, 2001), Peter Jackson (Le seigneur des anneaux, 2001), Jim Jarmusch (Coffee and cigarettes, 2003), Wes Anderson (La vie aquatique, 2004), Martin Scorsese (Aviator, 2004 - elle obtient l'Oscar du Meilleur Second Rôle pour sa performance), Steven Soderbergh (The good German, 2006), Steven Spielberg (Indiana Jones et le royaume du crâne de cristal, 2008) ou encore David Fincher (L'étrange histoire de Benjamin Button, 2009). En 2007, dix ans après Elizabeth, elle reprend le rôle dans Elizabeth - l'âge d'or où le réalisateur Shekhar Kapur dépeint une période ultérieure de la vie de la reine.

Elle est mariée depuis 1997 à Andrew Upton, avec qui elle a trois enfants.

Partager cet article

0 commentaires

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein cinéma, c'est l'actualité et les critiques de films qui sortent au cinéma, en dvd et en bluray .

Des grands classiques aux films d'actions hollywoodiens. Pas de tabous chez Krinein cinéma, hormis, peut-être, les films français qui sont trop souvent oubliés.

Rubriques