8/10

Bienvenue à Zombieland

Et si la fin du monde, c'était marrant ? Rythmé, bardé d'idées visuelles croquignolettes, ponctué par les constats ironiques du héros, le film contient bien quelques instants pathos vite désamorcés mais ne se départit jamais de sa bonne humeur.

Genre mordu jusqu'à l'os par quarante ans d'influence romerienne, le film de zombie avait connu en 2003 une petite bouffée d'oxygène par le biais de Shaun of the Dead, digression jouissive ayant trouvé la juste alchimie entre comédie, chronique douce/amère et déférence sans pour autant tomber dans la parodie. Sympathique ironie du sort, comme Zombie en son temps, le film a fini par engendré un mini-courant rigolo, baptisé un peu par défaut comme celui du sous-Shaun of the Dead. Parce qu'il n'engendre pas la sinistrose, le bien nommé Bienvenue à Zombieland y fut dont logiquement placé... quand bien même il se rapproche davantage, origines oblige, des errances comic-book d'un Retour des Morts Vivants que de l'espèce de distanciation flegmatique typiquement british des hurluberlus Edgar Wright et Simon Pegg.

Règle numéro 4 : Attacher sa ceinture

Le cinéma d'horreur a évolué depuis ses origines, et comme de juste, les films de morts-vivants d'aujourd'hui ne sont plus nécessairement les mêmes que ceux des années 60. Construit comme une sorte de version relax de Je suis une légende, ce qui ne manque pas de saveur lorsque l'on se souvient de l'influence de Matheson sur le zombie moderne, Bienvenue à Zombieland, avec ses zombies sous speed et ses ralentis frimeurs, se pose assez logiquement comme le contrechamp impoli de L'Armée des Morts. D'aucun diront que cela pendait au nez de Zack Snyder, cinéaste somme toute pas désagréable mais dont la lourdeur formelle n'appelait qu'à être tournée en dérision. Road-movie boîteux virant à la quête absurde du Twinkie perdu, Bienvenue à Zombieland nous présente pour sa part un duo sympathique en les personnes de Colombus, jeune ado complexé (mais débrouillard) aux règles de survie bien établies et Tallahassee, grande-gueule tonitruante bien décidé à exploser tous les non-morts présents sur sa route (voire sur les bas-côtés). Duo complété bientôt de deux jeunes filles -bandits de grand chemin. Un concept plutôt ludique qui n'est pourtant exploité, non sans une sympathique outrance, qu'aux extrémités du récit. Car les pérégrinations de ce quatuor restent bien le vrai propos de Bienvenue à Zombieland et c'est en cela que le film se rapproche finalement le plus de Shaun of the Dead, l'autoproclamée "comédie romantique avec des zombies". Et c'est alors, en lieu et place du défouloir attendu, que nous observons Colombus, nerd inadapté dont la caractérisation échappe à la plupart des clichés, retrouver sa place dans le monde, fusse-t-il rasé par la mort qui marche. De là, le personnage de Tallahassee, flingueur sans peur campé par un Woody Harrelson presque mythique, trouve une nouvelle justification, en servant à Colombus de tremplin pour assumer sa propre personnalité plutôt que de miroir fantasmé.

Règle numéro 2 : Toujours double dose

Pour autant, Bienvenue à Zombieland ne cherche pas vraiment à quitter les terres du divertissement amusant. Rythmé, bardé d'idées visuelles croquignolettes, ponctué par les constats ironiques de Colombus, Bienvenue à Zombieland contient bien quelques instants pathos vite désamorcés mais ne se départit jamais de sa bonne humeur. Très influencé par le domaine du jeu-vidéo (Dead Rising et Left 4 Dead en tête) voire du cartoon, le film finit par se fendre d'un dernier acte mémorable où toute la troupe démastique du mort vivant par grappes de 15 dans un parc d'attraction déserté. Une pépite qui, associée à d'autres - la première fille de Colombus, l'apparition ahurissante de Bill Murray...-, achève de faire de Bienvenue à Zombieland, un délicieux patchwork, frais, humble et aux protagonistes attachants. Le bonheur tient parfois à peu de chose.

A découvrir

Avatar

Partager cet article

A propos de l'auteur

6 commentaires

  • daria

    01/12/2009 à 08h39

    Répondre

    Excellentissimement drôle ! Un peu bavard, et pas très gore avec plein de zombies. ça parle pas mal d'adolescence, de passage à l'âge adulte, de relation à l'autre. Mais c'est tout léger, tout tendre, et Woody est réellement hilarant !

  • kou4k

    16/01/2010 à 20h56

    Répondre

    La scène de la mort de Bill Murray


    Cultissime .


     Pour le reste, le film est vraiment drôle, les zombies tournés en ridicule, mais dans un registre totalement différent de Shaun of the Dead. Du pur Made in US, sans prétentions, mais efficace.


    Pas prise de tête, un film à voir en fin de semaine difficile pour redonner le sourire.

  • emilay24

    23/01/2010 à 17h39

    Répondre

    ça a l'air sssssssssssssssssssssssuuuuuuuuuuuuuupppppppppppppppeeeeeeeeeeeeerrrrrrrrrrrrrr

  • sven

    04/04/2010 à 21h04

    Répondre

    Très marrant, effectivement!

    Moins que Shaun Of The Dead dans un genre très proche, mais quand même un très bon moment!

    Et Woody Harrelson excelle dans son rôle de badass!

  • nazonfly

    02/06/2010 à 16h28

    Répondre

    Divertissement amusant. Voilà le terme parfait pour ce film qui n'est ni très gore, ni très drôle, ni très teenager, ni très oldstyle. Un film qui veut plaire à tout le monde et qui y parvient sûrement. Woody Harrelson surnage de deux têtes au milieu de ce gentil monde. Un divertissement amusant.

  • hiddenplace

    02/06/2010 à 18h54

    Répondre

    Tiens, moi qui ne regarde pas trop ce genre de film, je l'ai trouvé sympa aussi^^ Notamment pour le caméo de vous savez qui que je citerai pas pour pas gâcher la surprise (ce que Lestat a fait allègrement cela dit )


    J'aime bien le petit jeune aussi, il me fait penser à Michael Cera dans la genre. (le petit cop' de Juno)

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein cinéma, c'est l'actualité et les critiques de films qui sortent au cinéma, en dvd et en bluray .

Des grands classiques aux films d'actions hollywoodiens. Pas de tabous chez Krinein cinéma, hormis, peut-être, les films français qui sont trop souvent oubliés.

Rubriques