2/10

Bienvenue au gîte

Un couple de Parisiens décide de tout plaquer sur un coup de tête pour aller reprendre un gîte rural en Provence. Comme ils n'avaient quasiment rien prévu, tout va aller évidemment de travers pour ces nouveaux ruraux. C'est malheureusement aussi le cas de cette mauvaise comédie qui part dans le n'importe quoi scénaristique et humoristique.

Une comédie française sur le thème des différences entre le mode de vie des campagnards et des urbains, c'est plutôt rare. Et bien heureusement quand on regarde le résultat. Ce film n'est ni commencé ni abouti. Il devait montrer comment vit un couple de Parisiens en Provence et leur mentalité bien éloignée de celle d'un provençal mais il n'en est rien. Bienvenue au gîte propose ainsi une vision très urbaine de son environnement. Le réalisateur doit sûrement être parisien et l'on se retrouve avec un film stéréotypé et incomplet. D'abord pour comparer les deux modes de vie, il aurait peut-être fallu montrer la vie parisienne. Le film aurait été plus long à commencer mais on aurait vu la légendaire amabilité parisienne ainsi que son côté speed. Mais le réalisateur en bon parisien a dû se dire : « pas la peine de faire ça, tout le monde connaît ». Et bien non. Sinon le côté vie à la campagne est représentée comme un cliché de ce que voient les Parisiens en vacances en Provence, c'est-à-dire les courses sur le marché, la fête du village et le club gay de la côte d'Azur pour être "in". On passe donc totalement à côté du thème d'un nouveau mode de vie avec l'éloignement des distances, le calme, pas ou peu de services, la connerie des urbains justement et j'en passe. Ce film traite donc d'un sujet que le réalisateur, scénariste ou producteur ne connaissent même pas. Et si dans l'histoire, la fille (Marina Foïs) s'énerve et ne supporte pas sa nouvelle maison, c'est uniquement de sa faute et pas de celle de la campagne. Cela aurait été même pire à Paris. Seul l'acteur principal (Philippe Harel) semblait ne pas être perdu puisqu'il a réussi à remonter le niveau bien bas de bienvenue au gîte à lui seul. Mais il ne fallait pas trop lui en demander quand on regarde la pauvreté générale du scénario.

Le film se devait en plus d'être comique mais là aussi c'est complètement raté. Marina Foïs joue toujours de la même manière et ceci d'un rôle sur l'autre. C'est amusant au début mais gonflant à la fin. Sinon, l'aspect humoristique aurait dû se produire grâce aux seconds rôles mais ce n'était que du cliché et je n'en retiens qu'un côté pathétique. Alors voici une liste des personnages soit disant drôles dans le désordre : les gays, les scouts, le couple de lesbiennes, l'actrice porno, le curé à l'écoute des djeuns, la gothique, la copine toujours somnolente et j'en oublie. Rien de tout cela n'est amusant ou même passable. C'est souvent mal joué, tellement que l'on se serait cru dans un téléfilm de France 2 de mauvaise qualité.

A découvrir

Halloween Resurrection

Partager cet article

A propos de l'auteur

0 commentaires

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein cinéma, c'est l'actualité et les critiques de films qui sortent au cinéma, en dvd et en bluray .

Des grands classiques aux films d'actions hollywoodiens. Pas de tabous chez Krinein cinéma, hormis, peut-être, les films français qui sont trop souvent oubliés.

Rubriques