8/10

Before Sunrise

Peu de films sonnent aussi juste que Before Sunrise. Comme s'il était le reflet de la vie, il nous emmène dans des contrées magnifiques où la poésie et le rêve règnent en maîtres.

A la suite de leur rencontre dans un train, on suit l'escapade à Vienne de Jesse (Ethan Hawke), un jeune américain, et de Céline (Julie Delpy), une étudiante française. Au travers d'anecdotes, de souvenirs, de pensées, ou encore de réflexions intelligentes de ses personnages, Richard Linklater nous offre une oeuvre extrêmement touchante, subtile, profonde et passionnante. Toutes les évocations verbales font appel à notre imagination qui doit se charger seule d'élaborer des images et des sensations variant d'un spectateur à un autre et qui génère ainsi des représentations infinies d'une même histoire, comme peuvent le faire les livres.

Les interprétations d'Ethan Hawke (Le Cercle des Poètes Disparus, Bienvenue à Gattaca...) et de Julie Delpy (Trois couleurs: Rouge, Trois couleurs: Blanc, Killing Zoe...) y sont d'une vérité et d'une sensibilité frissonnante. A eux deux, ils remplissent Vienne de romantisme, de grâce et de spiritualité, donnant une véritable âme au film. Avec leurs mots et pensées, ils se livrent aussi bien l'un à l'autre qu'à eux-mêmes. La Céline de Julie Delpy est somptueuse, de cette beauté la plus noble, celle pour laquelle on serait prêts à renoncer à la vie pour n'obtenir ne serait-ce qu'un regard. Sa façon de serrer dans les bras n'est par exemple qu'un des petits éléments qui expriment pleinement l'intensité qu'un amour peut créer. Le Jesse d'Ethan Hawke est à la fois tendre, drôle et touchant. Les deux acteurs mettent en place une palette phénoménale d'expressions et de gestes qui parlent tout autant que les dialogues. Ainsi, ils expriment justement les interrogations, les doutes et les sentiments de leurs rôles.

Commençant par de longs plans-séquences, excédant souvent les 5 minutes, reflétant pleinement une vérité fictionnelle, Before Sunrise est suivi d'une réalisation qui fait dans la douceur, la caresse et la discrétion: la caméra s'envole légèrement, se déplace en finesse pour s'arrêter divinement sur nos amoureux et participer à la virtuosité de l'ensemble. Tous ces aspects convergent vers un monde magique où tout devient beau, où le réalisme fusionne avec la poésie et où la force de l'esprit l'emporte.

Plus qu'une comédie sentimentale, Before Sunrise est un film sur l'amour, celui qui nous fait oublier tout le reste, celui qui nous transporte dans un monde parfait, celui qui remplit d'un bonheur inexplicable nos vies trop souvent monotones et solitaires.

A découvrir

Trouble

Partager cet article
A voir

Before Sunset

A propos de l'auteur

1 commentaires

  • hiddenplace

    16/03/2005 à 17h08

    Répondre

    Comment expliquer l'efficacité d'un film fondé presque uniquement sur des dialogues, et sur l'intensité émotionnelle du jeu des acteurs?

    [i]Before Sunrise, que j'ai vu alors que j'étais encore adolescente, est un appel à l'épicurisme, à prendre consience que la vérité, la sincérité peuvent résider dans des évènements simples, et surtout nous donne confiance en un simple hasard: Jesse et Céline ne se connaissent pas, un regard et un sourire les rapprochent, et alors débute pour une petite heure et demie un véritable périple, une quète commune de réponses à des questions que n'importe quel quidam se pose une fois dans sa vie...

    "Before Sunrise" signifie "avant que le soleil se lève". C'est le seul objectif des deux protagonistes: arriver au bout de cette nuit qu'ils imaginent d'abord comme quelques heures à tuer confortablement, et qui s'avère être en fait un passage transitoire symbolique de leur vie de jeune adulte. Ils sont plus ou moins étudiants, ne savent pas encore ce qu'ils veulent. Et cette incertitude universelle qui touche tous les gens de cet âge commence alors à affecter la tonalité de leur simple conversation.

    C'est, comme l'a dit Vincent, une histoire d'amour, et elle en a toutes les vertus: le côté éphémère et irréfléchi, l'impression que l'on est seuls face au monde entier, et l'idée que plus rien n'est important. Car même si Jesse et Céline abordent des sujets sérieux, on sent à travers leur échange un regard insouciant et/ ou impuissant qui est conforté par leur errance aveugle et nocturne à travers les fort jolies rues de Vienne. Ils semblent avoir encore un pied dans l'adolescence dans certains passages (le bar, le resto où ils mettent en scène un touchant faux-dialogue au téléphone, la Grande Roue...), et c'est ce coté un peu brut et instinctif qui fait que l'on se sent plus dans une chronique que dans une comédie romantique typiquement américaine.

    Maintenant les deux acteurs ont donné une suite à leur vibrante complicité d'une nuit à Vienne, en filmant leur retrouvailles en tant qu'adultes dans une ville non moins "romantique" (Paris), dans la suite : Before Sunset, qui se passe 9 ans après. J'ose espérer que mon regard complice, alors adolescent lorsque j'ai vu Before Sunrise, restera complice devant Before Sunset[/i]. Il aura juste grandi.

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein cinéma, c'est l'actualité et les critiques de films qui sortent au cinéma, en dvd et en bluray .

Des grands classiques aux films d'actions hollywoodiens. Pas de tabous chez Krinein cinéma, hormis, peut-être, les films français qui sont trop souvent oubliés.

Rubriques